Publié le 23 avril 2018

ENVIRONNEMENT

Michael Bloomberg donne 4,5 millions de dollars à l’ONU pour compenser (un peu) le retrait américain de l’Accord de Paris

C’est un geste de panache de l’ancien maire de New York et grand défenseur de Bloomberg. Celui-ci a décidé de payer de sa poche une petite partie de la contribution financière des États-Unis à la lutte contre le changement climatique. Depuis que Donald Trump a annoncé le retrait américain de l’Accord de Paris, Washington n’honore plus ses engagements.

Michael Bloomberg COP23 americas Pledge Hennings Kaiser DPA
Michael Bloomberg lors de la COP23 à Bonn en 2017.
@DPA/PledgeHenning

L'ancien maire de New York, le milliardaire et philanthrope Michael Bloomberg, s'est engagé à donner 4,5 millions de dollars pour remplir les engagements des Etats-Unis envers l'accord de Paris pour le climat, que Donald Trump a décidé de quitter.

"L'Amérique a pris un engagement et en tant qu'Américain, (je pense que) si le gouvernement ne le fait pas, nous avons tous une responsabilité", a dit Michael Bloomberg à la chaîne CBS. "Je peux le faire", a ajouté le richissime homme d'affaires. "Donc oui, je vais leur envoyer un chèque pour les fonds que l'Amérique avait promis à l'organisation, comme si elle l'avait reçu de la part du gouvernement fédéral".

Bien sûr, cette donation est loin de couvrir la promesse de contribution des États-Unis, qui s’élève à 3 milliards de dollars. Mais elle assurera le financement américain du secrétariat du changement climatique de l'ONU.

Un retour américain

En juin dernier, le Président américain Donald Trump avait annoncé que les Etats-Unis allaient se retirer de l'accord historique signé par 195 pays à Paris en décembre 2015 sous l'égide de l'ONU. Quelques jours après cette annonce choc, Michael Bloomberg avait soumis aux Nations unies une lettre signée par plus de 1 000 organisations, entreprises et autorités locales américaines, prêtes à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Parmi les signataires, figurent les puissants États de New York et de Californie et des centaines d'entreprises comme les géants Apple, Google et Amazon, qui ont dénoncé le retrait des Etats-Unis comme une "grave erreur".

Donald Trump a laissé entendre qu'il pourrait accepter un éventuel retour des États-Unis au sein de l'accord de Paris, mais seulement si de vastes changements étaient apportés au texte. Michael Bloomberg a dit espérer que le président change d'avis d'ici le prochain paiement attendu des Etats-Unis. "Il est connu pour changer d'avis", assure-t-il. " L'Amérique fait partie du problème. L'Amérique est (aussi) une grande partie de la solution et nous devrions intervenir pour aider le monde à stopper une catastrophe potentielle" ajoute-t-il.

La rédaction avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Greta thunberg cop 25 UNFCC

Ambition, expulsions, Greta... Cinq infos à retenir de la seconde semaine de la COP25

Officiellement, la COP25 doit s’achever ce vendredi 13 décembre, mais les discussions vont sans doute déborder ce week-end. L’enjeu est de s’accorder sur les dernières règles de mise en œuvre de l’Accord de Paris et d’assurer la relève de l’ambition pour 2020. La société civile et les entreprises...

Conseil europeen neutralite climatique sans la pologne Commission europeenne

Neutralité climatique en 2050 : un accord européen sans la Pologne

C'était la première étape à franchir dans la mise en place du Pacte vert européen annoncé cette semaine : convaincre tous les pays de s'engager à atteindre la neutralité climatique en 2050. Réussite en demi-teinte puisque la Pologne a maintenu son refus d'y adhérer sans toutefois bloquer l'adoption...

Pollution usine CO2 captage et stockage pixabay

Attendu depuis longtemps, le stockage de CO2 à grande échelle pourrait devenir une réalité bientôt

C'est l'une des technologies plébiscitées par l'Agence internationale de l'énergie pour réduire les émissions de gaz à effet de serre : le captage et stockage de CO2. Pour l'instant, il n'existe qu'une vingtaine de projets à l'échelle industrielle dans le monde. Il en faudrait 100 fois plus d'ici...

Apre s la rue les jeunes s engagent en politique

[Génération climat] Après les marches pour le climat, des jeunes prennent le chemin de la politique

Les marches pour le climat ne suffisent plus. Une partie de la génération climat, celle qui est descendue dans la rue pour crier l'urgence climatique, a fait le choix de s'engager en politique. L'enjeu, pour elle, est de garder sa radicalité, tout en changeant les choses de l'intérieur. Un choix que...