Publié le 14 mai 2020

ENVIRONNEMENT

Glencore, Anglo American... Le fonds souverain Norvégien met le secteur minier sur sa liste noire

En renforçant ses critères d’exclusion du charbon, le fonds norvégien, très engagé sur la lutte contre le réchauffement climatique, vient de classer les grandes entreprises minières au même rang que les électriciens et les pétroliers les plus émetteurs. Ainsi, Glencore et Anglo American se retrouvent sur la liste noire de l’investisseur géant. Seul BHP échappe temporairement à cette sanction.

Camion charbon glencore Australie Glencore
Le minier Glencore, trop exposé au charbon, est désormais exclu des portefeuilles du fonds souverain norvégien.
@Glencore

Mercredi 13 mai, le fonds souverain de la Norvège, le plus gros au monde avec plus de 1 000 milliards de dollars d'actifs, a placé sur sa liste noire 12 nouveaux groupes, dont des géants miniers comme le Suisse Glencore et le britannique Anglo American. Avec pour effet de devoir désinvestir de ces entreprises. Le fonds possédait 1,2 % du capital du premier et 2,4 % du capital du second. Un symbole puissant venant d’un acteur majeur de la planète finance, investi dans plus de 9 000 entreprises et contrôlant l'équivalent de 1,5 % de la capitalisation boursière mondiale.

Les décisions du fonds servent bien souvent de repères pour de nombreux autres investisseurs responsables. Ces nouvelles exclusions font suite à des mesures adoptées mi-2019 par le parlement norvégien. Celles-ci imposent de cesser d'investir dans les entreprises produisant plus de 20 millions de tonnes de charbon par an ou plus de 10 000 MW d'électricité à partir de cette énergie fossile. Les anciens seuils d’exclusion, beaucoup plus souples, concernaient les entreprises faisant plus de 30 % de leur chiffre d’affaires avec du charbon.

Mineurs, pétroliers, électriciens

Ces anciens critères avaient protégé jusqu’alors des grandes entreprises aux activités diversifiées comme les producteurs de minerai ou certains électriciens. Désormais, aux yeux du fonds souverain, les mineurs sont à classer au même rang que les producteurs d’électricité sur base charbon et que certains pétroliers. D’ailleurs l’électricien RWE, le premier émetteur de CO2 d’Europe, rejoint aussi la liste noire à la faveur des nouveaux seuils. L’année dernière, le fonds avait également exclu 134 entreprises pétrolières (mais pas les majors), un comble pour un pays premier producteur européen de pétrole.

Reste le cas de BHP Billiton, le géant australien de la mine. Contrairement à ses homologues, et alors qu'il produit bien plus de 20 millions de tonnes de charbon thermique par an, celui-ci est simplement mis sous observation, annonce la Banque de Norvège, en charge du fonds. L’entreprise de Melbourne bénéficie d’un sursis étant donné qu'elle a annoncé de lourds investissements pour abaisser ses émissions. Surtout, elle souhaite vendre ses parts dans des actifs charbon. Le fonds, qui détient 5 % de l’entreprise australienne, regarde de près l’évolution de cette stratégie avant de prendre sa décision.

Enfin, le fonds norvégien exclut sept autres sociétés pour des raisons éthiques. Cela concerne Canadian Natural Resources, Cenovus Energy, Suncor Energy et Imperial Oil en raison de leurs "émissions inacceptables de gaz à effet de serre". Le brésilien Vale et l'égyptien ElSewedy Electric en raison de "dégâts graves sur l'environnement". Et l'électricien brésilien Eletrobras pour des questions de droits humains à Belo Monte.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Ministres Pompili Castex Le maire Thomas COEX POOL AFP

Climat : cinq ministres visés par une plainte pour inaction, une première en France

Si les procès climatiques se multiplient, c'est la première fois que des ministres en fonction sont directement visés. Le député européen Pierre Larrouturou, et les militants Camille Étienne et Cyril Dion ont déposé plainte le 17 juin devant la Cour de Justice de la République contre plusieurs...

Secheresse Peter H de Pixabay

Coût économique : le Covid-19 n’est qu’un avant-goût du changement climatique

Le Covid-19 a plongé dans le rouge les économies du monde entier. Les pays du G7, regroupant les plus grands États industriels, ont d'ailleurs débloqué des plans de relance sans précédent pour y faire face. Mais cette crise économique n'est qu'un aperçu de ce que les pays subiront face au changement...

IStock @UlyssePixel Conseil d'Etat

Loi climat et résilience : un nouveau coup porté par le rapporteur du Conseil d'État

L'étau se resserre autour du projet de loi Climat. Dans le cadre de l'audience de Grande-Synthe le 11 juin, ville qui a attaqué l'État pour inaction climatique, le rapporteur public appelle le gouvernement à prendre des mesures à la hauteur des objectifs climat de la France, dans un délai de neuf...

Breaking Boundaries The Science of Our Planet

"Notre planète à ses limites", le documentaire à voir sur les basculements irréversibles de notre planète

Disparition des forêts tropicales, acidification des océans, fonte de l'Inlandsis du Groenland... Ces phénomènes sont des points de non-retour, des seuils critiques que l'humanité ne doit pas franchir sans se mettre en danger. Or aujourd'hui, sur les neuf "tipping points", quatre ont déjà été...