Publié le 04 mars 2015

ENVIRONNEMENT

COP 21 : la Suisse s’engage à réduire de moitié ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030

Berne a présenté le 27 février son projet de réduction d'émissions de gaz à effet de serre à la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (Ccnucc). Il s’agit du premier pays à publier sa contribution, obligatoire en amont de la COP 21 qui se tiendra cet automne à Paris.

Le barrage suisse d'Emosson photographié en 2014
Godong / Robert Harding premium

La Suisse est la première à dévoiler son projet. 

Elle vient de publier son projet de contribution nationale (Intended nationally determined contribution, ou INDC) à la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (Ccnucc).

Tous les États membres ont en effet obligation de dévoiler leur INDC d’ici la fin de l’année, en amont de la COP21. Rappelons que l’ambition de la COP21 est de donner lieu à un nouvel accord climatique universel qui entrera en vigueur en 2020, afin de limiter le réchauffement climatique en dessous de la barre des 2°C.

 

Moins d'émissions de gaz à effet de serre qu'en 1990

 

La Confédération helvétique se félicite d’émettre aujourd’hui moins de gaz à effet de serre qu’en 1990, bien que son produit intérieur brut (PIB) ait augmenté de 36% pendant la période.

À ce titre, elle estime avoir atteint son objectif de réduction pour la première période d’engagement du Protocole de Kyoto (2008-2030). Mais l’objet du document est surtout d’annoncer les mesures prévues pour la période 2021-2030, période concernée par l’INDC.

Le Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC) suisse décrit son engagement comme renforcé. La cible est en effet de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 50 % par rapport à 1990 d’ici 2030, dont au moins 30% devront être réalisées sur le territoire suisse.

Cet objectif de 50% s’avère plus ambitieux que celui de l’Union européenne, fixé à 40%.

 

Effet d’annonce ou modèle à suivre ?

 

Toutefois, la Suisse n'émet que très peu de gaz à effet de serre. Sa part n'est que de 0,1% seulement des émissions globales, soit 6,4 tonnes par an et par habitant. En termes de responsabilité historique, ses émissions depuis 1990 ne s’élèvent qu’à 0,2% des émissions totales.

De plus, son mix énergétique se concentre principalement sur l’hydroélectricité, à hauteur de 58%, et son industrie lourde est peu développée. En effet, le secteur industriel n’est responsable que de 20,5% des émissions, part inférieure à celle des transports et du bâtiment. Or, initier des changements dans ces secteurs prend du temps.

Arguant de cette faible responsabilité envers le réchauffement climatique et de la marge de manoeuvre réduite de son économie, le projet suisse indique qu’une partie de l’objectif de réduction pourra être réalisé via des investissements à l’étranger.

Le flou sur la nature de tels engagements a été vivement décrié par l’Alliance climatique suisse, regroupant une cinquantaine d’associations, notamment le WWF et Greenpeace.

Elles jugent l’annonce suisse “nettement insuffisante”, et lui reprochent également de ne pas respecter 14 des 16 critères d’évaluation d’une politique climatique équitable et ciblée, définis pendant la conférence de Lima.

La question du fonds vert n’a pas non plus été résolue, pour les associations environnementales suisses. Elles déplorent l’absence d’application du principe du pollueur payeur.

“Il n’est toujours pas clair de savoir comment la Suisse va contribuer équitablement au soutien des pays les plus pauvres, qui doivent s’adapter aux conséquences du changement climatique”, se désole Jürg Staudenmann, d’Alliance Sud. “C’est aux pays riches comme la Suisse d’en faire plus.”

Pour le think tank américain WRI (World ressources institute), qui prévoit de travailler sur chacune des contributions publiées, le document suisse constitue pourtant un “bon modèle de départ”, le WRI saluant sa volonté de transparence.

Sarah Sermondadaz
© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Alix Mazounie, de Réseau Action Climat : "On s’achemine vers un accord climatique insuffisant"

Après les négociations de Genève sur le climat, qui se sont tenues du 9 au 13 février 2015, on chemine doucement vers un accord global. Une bonne nouvelle pour Alix Mazounie, membre et conseillère du Réseau Action Climat (RAC), chargée des politiques internationales. Pourtant, ces progrès...

Climat : la France et les Philippines lancent l’appel de Manille

Ce jeudi 26 février, les présidents français et philippin ont appelé à un accord “ambitieux, équitable et universel” sur le climat lors de la conférence de Paris en décembre prochain. Les deux chefs d’État ont aussi annoncé une alliance entre leurs pays, visant à élargir la coopération...

Climat : l'Union européenne cherche à réformer son marché du carbone

C'est une réforme clé si l'Europe veut atteindre son objectif de réduction de 40% des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030. Il s'agit de créer une "réserve" de quotas d'émissions de CO2 pour réguler le prix du carbone. L'enjeu : faire remonter son prix pour qu'il envoie le bon...

A Colmar, un premier exemple de coopération énergétique entre la France et l’Allemagne voit le jour

C’est une première: deux coopératives énergétiques, l’une française, l’autre allemande, développent ensemble un projet photovoltaïque sur un ancien site industriel de Colmar. Et pour garantir un financement 100% citoyen, les initiateurs français et allemands s’appuient sur

l’association...

Allemagne : le charbon, tache noire de la KFW

La banque publique d’investissement allemande, la Kreditanstalt für Wiederaufbau, plus connue sous le sigle KFW, se présente volontiers comme le plus grand financier du monde des mesures de protection de l’environnement et de lutte contre le réchauffement climatique....

Journées mondiales de désinvestissement: le Fonds de Réserve des Retraites au coeur de la controverse

Les premières Journées mondiales pour le désinvestissement ont eu lieu les 13 et 14 février. Des dizaines de manifestations se sont déroulées partout dans le monde pour réclamer des banques, des assurances et des investisseurs publics qu’ils cessent de financer les énergies fossiles. En...

Un compte épargne CO2 pour lutter contre le réchauffement climatique

Le Compte Epargne CO2 est un concept créé en 2013 par une start-up brestoise. Il permet de donner une valeur marchande aux kilos de CO2 économisés. Et le principe fonctionne : deux ans après son lancement, 3400 ménages et une vingtaine d’entreprises adhèrent à ce produit d’épargne original...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Csm emploi job recrutement istock AndreyPopov 7aed59f1b1

Transition écologique : Voici les cinq métiers qui recrutent

C’est un signal fort qui montre que les acteurs économiques s’emparent de plus en plus des risques liés au changement climatique. Alors que le métier de responsable du développement durable est l’un des 25 métiers le plus en croissance selon LinkedIn, le cabinet Birdeo vient de publier son Top 5 des...

Chili gouvernement JAVIER TORRES AFP

Au Chili, un gouvernement jeune, paritaire, avec une climatologue à l’environnement

Le nouveau président du Chili, Gabriel Boric, entend bien mettre la lutte contre le changement climatique en haut de la pile de ses priorités. Il vient de passer les commandes du ministère de l'Environnement à Maisa Rojas, climatologue et co-autrice du dernier rapport du Giec. Un symbole fort.

Education transition

Transition écologique et sociale : l’enseignement supérieur se transforme doucement

Pour répondre à la quête de sens d'une jeunesse dont la moitié déclare souffrir d’éco-anxiété, mais aussi aux besoins des entreprises, des établissements lancent des formations entièrement dédiées à la transition. Un premier pas en cette journée mondiale de l’éducation, même si les enjeux du climat...

Couv Criminels climatiques

"Criminels climatiques" : une enquête édifiante sur les trois entreprises les plus climaticides au monde

Vous pensez à Amazon, Total ou BP ? Mais aucune de ces entreprises ne se situent dans le trio de tête. Les trois entreprises les plus climaticides au monde sont beaucoup moins connues du grand public. Il' s'agit du pétrolier Saudi Aramco, du géant chinois du charbon China Energy, et de la compagnie...