Publié le 04 mai 2018

ENVIRONNEMENT

Climat : l'assureur Allianz se désengage du charbon

Le leader de l'assurance, Allianz, ne va plus assurer les centrales et mines associées au charbon et veut complètement se désinvestir du secteur d'ici 2040, a annoncé vendredi le groupe allemand. Dans l'immédiat, l'assureur ne va plus investir dans les entreprises construisant "d'importantes centrales au charbon".

Le siège social de l'assureur Allianz, à Munich, en Allemagne.
Allianz

"En tant que leader de l'assurance et des investissements, nous souhaitons promouvoir la transition vers une économie respectueuse du climat", a expliqué le PDG d'Allianz, Oliver Bäte, dans un communiqué daté du 4 mai, annonçant son désengagement total du charbon d’ici 2040. 

"Allianz cessera avec effet immédiat de proposer des solutions d'assurance aux centrales au charbon ou aux mines de charbon individuelles, qu'elles soient en activité ou en projet", indique le groupe.Le groupe emboîte ainsi le pas à d'autres grands assureurs comme le groupe italien Generali ou français Axa qui ont déjà fait des annonces similaires de désengagement du secteur.

Financer une économie bas carbone

Les sociétés qui produisent de l'électricité à partir de plusieurs sources, comme le charbon, d'autres combustibles fossiles ou des énergies renouvelables, continueront d'être assurées. L'objectif du premier assureur européen est toutefois d'éliminer complètement d'ici 2040 les risques liés au charbon de ses activités d'assurance.

"Nous allons travailler avec ces clients pour trouver des solutions appropriées nous permettant d'évoluer ensemble vers une économie à faible émission de carbone", déclare Chris Fischer Hirs, qui coiffe la branche risques industriels d'Allianz.

En tant que très gros investisseur sur les marchés financiers, l'assureur a commencé en 2015 d'exclure de ses placements les entreprises qui dépassent une part de 30% de charbon dans leur activité. Depuis, Allianz a désinvesti pour 225 millions d'euros du secteur, a indiqué une porte-parole du groupe à l'AFP.

0% de charbon à terme

Dans ses choix futurs d'investissement, Allianz veillera que la part d'utilisation du charbon chez un émetteur passe de 30% aujourd'hui à 0% d'ici 2040. Mais dès aujourd’hui, l'assureur ne va plus investir dans les entreprises construisant "d'importantes centrales au charbon". Celles-ci représentent en effet une menace pour l'objectif de limiter la hausse des températures mondiales à 2°C, selon l'accord mondial de Paris signé en 2015 contre le réchauffement climatique.

Allianz annonce également qu’il rejoint l’initiative Science based targets pour aligner ses objectifs climatiques sur les recommandations des scientifiques du Giec et contenir le réchauffement climatique bien en dessous de 2 °C. L’assureur va ainsi formuler des méthodes et des objectifs d’ici la fin de l’année, indique-t-il.

Un doublement des investissements dans les renouvelables

Enfin, le groupe entend aussi "doubler" à terme sa part investie dans des projets d'énergies renouvelables mais communiquera plus tard sur le sujet, a ajouté la porte-parole d'Allianz. A fin 2017, l'assureur était investi pour à peine 2,5 milliards d'euros dans les énergies vertes, alors que ses placements financiers portent en totalité sur plus de 660 milliards d'euros.

Avec ses annonces du jour, l'assureur répond aux demandes du réseau d'ONG internationales Unfriend Coal qui, "depuis des mois, tentent de mettre fin aux activités d'assurance dans le charbon en tant que prédateur numéro un du climat", s'est félicité vendredi l'ONG allemande Urgewald dans un communiqué. La pression des acteurs pro-environnementaux devrait toutefois se poursuivre sur le secteur allemand de l'assurance pour emboîter le pas d'Allianz. Notamment sur le deuxième géant allemand de l'assurance, Munich Re, "à la traîne en matière de protection du climat", selon Urgewald.

La rédaction avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Ursula von der leyen CE 270520

Plan de relance européen : la Commission veut construire une "Union de la durabilité pour les générations futures"

Très attendu, le plan de relance européen a été présenté mercredi 27 mai par la Commission européenne. Il propose un nouvel instrument de relance de 750 milliards d'euros, dont 500 milliards de subventions, qui seraient mutualisées entre tous les États membres. L'objectif est d'aider les pays les...

A320 AIr France

Air France va réduire de 40 % ses vols domestiques pour limiter son empreinte environnementale

Air France a annoncé, lors de son assemblée générale, vouloir réduire de 40 % son offre sur son réseau domestique. Une décision qui répond aux attentes du gouvernement, qui avait conditionné son aide de 7 milliards d'euros à des contreparties environnementales. Mais pour le think tank The Shift...

Barbara pompili AN

Le groupe LREM tente de se réinventer avec la création d’une association axée sur la transition écologique et sociale

Une cinquantaine de députés LREM viennent de créer une association, "En commun", pour orienter les débats sur le futur plan de relance vers une transition écologique et sociale. Ils entendent ainsi faire bouger les choses de l'intérieur alors que d'anciens députés marcheurs viennent de lancer un...

Session a bonn negociations internationales CCNUCC

La crise du Covid-19 est l’occasion de réinventer les négociations climat et biodiversité, aujourd’hui à bout de souffle

Congrès mondial de la nature, sommet biodiversité de New York, COP15 sur la diversité biologique, COP26 sur le climat : tous les grands événements environnementaux de 2020 ont été reportés à l’année prochaine en raison de la crise du Covid-19. Une occasion manquée ou une opportunité pour accélérer...