Publié le 25 octobre 2016

ENVIRONNEMENT

Climat : Hillary Clinton, des ambitions et des doutes

Alors que la campagne électorale s'achève aux États-Unis, les questions climatiques et énergétiques n'ont que très peu occupé les débats. La démocrate Hillary Clinton elle-même est en retrait sur ces thématiques, mettant peu en avant son programme de développement des énergies renouvelables, pourtant ambitieux.

Hillary Clinton dans la dernière ligne droite de la campagne à l'élection présidentielle, le 24 octobre 24 au Saint Anselm College à Manchester, dans le New Hampshire.
Robyn Beck / AFP

Le troisième et dernier débat organisé mercredi 19 octobre entre les deux candidats à la présidentielle américaine a été à l'image du reste de la campagne : pas un mot sur le changement climatique et les questions énergétiques.

Le 8 novembre, c'est pourtant majoritairement pour Hillary Clinton que les défenseurs de l'environnement vont voter. Face au climato-sceptique Donald Trump, le choix est vite fait. Mais la candidate démocrate n'a pas levé tous les doutes sur la politique qu'elle mettra en œuvre si elle accède à la Maison-Blanche.

 

Un tiers d'électricité renouvelable en 2027

 

Sur le papier, le projet d’Hillary Clinton est pourtant ambitieux en matière de climat. Sur son site de campagne, les objectifs sont clairs : "Prendre à bras le corps la menace du changement climatique et faire de l'Amérique la plus grande superpuissance en matière d'énergies renouvelables". Et les jalons sont posés : la candidate entend réduire de 80% les émissions de gaz à effet de serre du pays d’ici 2050 par rapport à 2005.

Elle promet aussi qu'un tiers de la production d'électricité sera renouvelable d’ici 2027. Le président sortant Barack Obama avait fixé ce même cap mais à l'horizon 2030. Pour atteindre de tels objectifs, Hillary Clinton propose de débloquer 60 milliards de dollars pour les collectivités locales qui feront des investissements en matière de transports ou de rénovation énergétique des bâtiments. Elle promet aussi d’investir 30 milliards pour réorienter l'économie vers des activités plus durables dans des régions jusqu'alors très dépendantes du charbon.

 

L'incertitude plane

 

Ces chiffres sont-ils réalistes ? "Les objectifs énoncés par la candidate Hillary Clinton sont très ambitieux", se réjouit Robert Stavins, qui chapeaute le programme "Économie environnementale" à l'université de Harvard. Mais il prévient : leur succès dépendra "de la croissance de l'économie américaine, des prix du gaz naturel, des coûts des énergies renouvelables, etc. Tout cela crée de l'incertitude".

Pour réduire cette incertitude, une seule mesure pourrait être efficace, selon ce spécialiste : la mise en place d'une tarification du carbone au niveau des États-Unis. C’était l’une des propositions clés de Bernie Sanders, le challenger d’Hillary Clinton  lors de la primaire démocrate. Seulement, elle n’a pas été reprise dans le programme de la candidate, qui craignait la fronde des Républicains pendant la campagne mais aussi au Congrès, où ils pourraient bien conserver une majorité après le scrutin du 8 novembre…

 

Zone de flou sur Keystone XL et la fracturation hydraulique

 

Autre motif d'inquiétude : les positions prises dans le passé par Hillary Clinton sur des dossiers environnementaux particulièrement sensibles. C'est le cas par exemple sur Keystone XL. L'ex-secrétaire d'État a attendu des mois avant de s'opposer formellement, sous la pression des groupes écologistes, à ce projet de pipeline géant qui aurait dû traverser les États-Unis.

Hillary Clinton a entretenu le même flou autour de la fracturation hydraulique, utilisée dans l’extraction du gaz et du pétrole de schiste. "Je veux défendre la fracturation hydraulique. Les écolos devraient aller voir ailleurs si j'y suis", aurait-elle même écrit à l'un de ses conseillers dans un email révélé par Wikileaks. Elle a fini par indiquer qu'elle n'y était pas opposée par principe, mais qu'elle posait des conditions : pas d'opposition des populations locales, pas de pollution de l'eau, transparence sur les produits chimiques utilisés.

 

L'argent du lobby du pétrole et du gaz

 

La dernière ambiguïté entretenue par Hillary Clinton concerne le financement de sa campagne. Comme son challenger démocrate Bernie Sanders ou l'écologiste Jill Stein, la candidate aurait pu s'engager à refuser l'argent du puissant lobby des énergies fossiles. Elle ne l'a pas fait. Au final, selon le décompte réalisé par le Center for responsive politics, elle a touché officiellement 635 761 dollars. Soit plus que le républicain Donald Trump !

Pour gagner, la candidate démocrate sait pourtant qu'elle ne pourra pas se passer des électeurs sensibles aux questions environnementales. C'est le cas en particulier des 18-35 ans, ceux que les Américains ont surnommé les "Millenials". Or, cette génération, qui est en passe de peser aussi lourd sur le plan démographique que ses aînés "baby-boomers" aux États-Unis, s’était massivement portée sur la candidature plus "verte" du sénateur Bernie Sanders lors de la primaire et peine à reporter son vote sur Hillary Clinton.

"Hillary Clinton n'est pas la candidate parfaite, résume May Boeve, l'une des porte-voix de l'ONG 350.org. Mais je crois que notre mobilisation pourra la faire pencher vers plus d'action contre le changement climatique et pour la justice sociale. Ce n'est pas le choix du cœur, c'est le choix de la raison. Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre quatre années dans cette bataille." 

Signe de cette mobilisation "de raison" en faveur du vote Clinton, les lobbys pro-environnement américains, tels que le Sierra Club ou la League of conservation voters, ont dépensé cette année plus de 100 millions de dollars pour soutenir le camp démocrate. Un record.

Fannie Rascle, à Washington
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Climat : Trump président, le scénario catastrophe

Alors que se tient mercredi le dernier débat avant la présidentielle américaine, Donald Trump, le candidat républicain, n'en finit pas d'inquiéter les défenseurs de l'environnement. S'il est élu le 8 novembre prochain, il promet de relancer l'industrie du charbon, de détricoter toutes les...

Campagne américaine : 1 dollar sur 5 provient du secteur des énergies fossiles

A l'exception du démocrate Bernie Sanders et de l’écologiste Jill Stein, tous les candidats reçoivent depuis le début de la campagne des fonds très importants du lobby du pétrole et du gaz. Y compris Hillary Clinton, la favorite côté démocrate. Une source de financement que des...

Etats-Unis : le climat, grand absent de la campagne présidentielle

Alors que Barack Obama avait fait de la lutte contre le changement climatique une des ses priorités, et un...

Rachel Kyte : "il faut s'engager sur le chemin de la décarbonisation"

La Banque mondiale ne sera pas un des négociateurs directs de l'accord sur la table à Paris. Mais l'institution internationale compte bien apporter toute son expertise lors de la COP21,...

Clean Power Plan : un revers lourd de conséquences pour Obama

La Cour suprême a suspendu le 9 février le grand plan climat voulu par le président américain. Une victoire importante pour les États charbonniers qui mènent cette bataille juridique. Barack Obama n'a plus que neuf mois devant lui pour inscrire dans le marbre toutes les réformes...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Journal du dimanche THOMAS OLIVA AFP

Quand les Boomers prennent le pouvoir médiatique, la lutte contre le changement climatique recule

Le groupe Lagardère vient de nommer deux septuagénaires à la tête de Paris Match et du Journal du Dimanche. Si le groupe médiatique contrôlé par Vincent Bolloré, lutte ainsi contre l'âgisme, discrimination négligée, il hypothèque la capacité de deux médias très populaires à chroniquer les priorités...

There is no planet B pixabay

À dix jours de la COP26, des documents révèlent un intense lobbying anti-climat de la part de certains États

Ces documents destinés au Giec, le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, demandent à minimiser la nécessité de réduire le recours aux combustibles fossiles ou la consommation de viande. Ils remettent aussi en question le soutien des pays développés aux pays en...

Doctors for extinction rebellion

Avant la COP26, 45 millions de soignants appellent à mettre la santé au cœur de l'action climatique

Alors que le sixième rapport du Lancet Countdown, publié le 21 octobre, met en évidence des risques toujours croissants pour la santé et le climat, 45 millions de professionnels de santé interpellent les dirigeants mondiaux à l'approche de la COP26. Ils mettent en avant les nombreux co-bénéfices...

Monument girondins bordeaux

Montée des eaux : les simulations chocs des villes côtières englouties

Prendre conscience de la réalité derrière les chiffres n'est pas chose aisée. Une étude sur la montée des eaux publiée mi-octobre a été accompagnée de simulations pour se représenter l'impact de la hausse du niveau de la mer sur les villes côtières en fonction du degré de réchauffement. Des villes...