Publié le 01 janvier 2019

ENVIRONNEMENT

Ces six événements de 2018 qui devraient façonner 2019

La pétition "L’affaire du siècle", le mouvement des Gilets jaunes, la démission de Nicolas Hulot, le plan européen pour la finance durable, la garde à vue de Carlos Ghosn, la lettre de BlackRock… Ces six événements ont "disrupté" 2018 et seront le terreau de notre année 2019. À travers tous ces épisodes, comme une lame du fond, on entend le besoin d’une transition qui soit aussi responsable environnementalement que juste socialement.

Gilets jaunes carlos Ghosn Finance durable Macron Bloomberg

Gilets jaunes, arrestation de Carlos Ghosn, Finance verte à Bruxelles. Ces trois moments vont fortement influencer ce que sera 2019.

Le jour où les citoyens ont attaqué l’État français sur le climat

C’est un succès inattendu qui va sûrement amener le gouvernement français à repenser ses ambitions climatiques. La pétition "L’Affaire du siècle", qui soutient une attaque en justice du gouvernement pour inaction climatique, réunit près de deux millions de signatures. Cela en fait la pétition la plus signée en France. Pour l’instant, seul le ministre de la Transition écologique François de Rugy a réagi : "J'ai été agréablement surpris de ce succès (…) Il faut faire entendre la voix du climat. Sur ce sujet, le pire ennemi, c'est l'inertie". Puis il nuance : "Ce n'est pas dans un tribunal qu'on va faire baisser les émissions de gaz à effet de serre".

Romain Slitine, spécialiste des innovations et des transitions économiques, sociales et politiques, maître de conférences à Sciences-Po Paris, estime que ce succès "montre que la légitimité démocratique ne peut plus se limiter aux élections. Quand vous réussissez à mobiliser deux millions de personnes autour d'une cause, vous êtes largement aussi légitime qu'un député qui peut être élu avec moins de 12 000 voix".

 

Le jour où les Gilets jaunes ont dénoncé la fin d’un modèle économique

C’est une contestation qui est partie de la taxe carbone sur les carburants et qui s’est répandue comme une traînée de poudre. Le mouvement de Gilets jaunes, débuté mi-novembre, a acculé l’éxécutif, relativement impuissant face à un mouvement protéiforme aux revendications multiples. Emmanuel Macron en est venu à parler d’un "état d'urgence économique et sociale". Le Premier ministre annoncera pour sa part un abandon pur et simple de la hausse de la taxe carbone prévue en 2019.

L’ancien ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, a assuré que cette crise aurait pu être évitée si le gouvernement avait su réconcilier écologie et social. Il résumera le fond de cette crise avec sa formule : "Nous devons combiner les problèmes de fin du mois avec les problèmes de fin du monde".

Le jour où Nicolas Hulot a permis un sursaut écologique

C’est justement quelques semaines avant l’éclatement de cette crise, le 28 août, que Nicolas Hulot a quitté le gouvernement. Il part sur un constat d’échec assurant à l’antenne de France Inter : "Je sais que seul je n'y arriverai pas (...) j'ai un peu d'influence, je n'ai pas de pouvoir". "Je me surprends tous les jours à me résigner, à m'accommoder de petits pas alors que la situation nécessite un changement de scope, de paradigme", regrette-t-il.

C’est pourtant de cette résignation que va naître un vrai sursaut écologique en France. À travers des pétitions et des tribunes, beaucoup diront publiquement "Non, monsieur Hulot, vous n’êtes pas seul !". C’est surtout la marche pour le climat du 8 septembre qui enfonce le clou, avec 100 000 manifestants réunis à travers toute la France. Début décembre, une nouvelle marche rassemblera même écologistes et Gilets jaunes aux cris de "Fin du monde, fin du mois, même combat".

 

Le jour où l’Europe s’est vraiment mise à la finance durable

L’action climatique, c’est aussi au niveau européen qu’elle s’est ressentie en 2018. En particulier ce 22 mars quand la Commission célébrait la sortie de son plan d’action sur la finance durable tiré des recommandations du groupe d’experts de haut niveau (HLEG). Emmanuel Macron, seul chef d’État à prendre la parole, assurait vouloir consacrer "40 % du budget européen au financement de la transition vers un modèle bas carbone et inclusif, mais aussi d’éviter que les 60 % restants lui nuisent".

C’est l’aboutissement d’un travail de deux ans qui est allé plus loin qu’attendu. Au départ, il s’agissait de développer la finance verte. Mais, les recommandations finales offrent une vision beaucoup plus globale. Il s’agit d’actions à mettre en œuvre pour faire rentrer le fleuve finance dans son lit et réorienter le courant qui l’anime afin d’irriguer une économie respectueuse de l’environnement et créatrice d’emplois.

 

Le jour où le Japon a mis Carlos Ghosn derrière les barreaux

Au Japon, on ne rigole pas avec la garde à vue. C’est ce que le monde a découvert le 19 novembre lorsque Carlos Ghosn, le patron de l’alliance Renault-Nissan, véritable titan du monde de l’automobile, était arrêté à son arrivée à l’aéroport. Placé en garde à vue, celle-ci a été prolongée à mesure que les accusations tombaient concernant des dissimulations au fisc japonais, l’utilisation de biens de l’entreprise, des préjudices causés à Nissan.

L’homme d’affaires restera derrière les barreaux au moins jusqu'au 11 janvier. Si cet épisode va déstabiliser la fragile alliance entre le constructeur japonais et français, elle va aussi changer la donne sur la transparence demandée aux grands patrons et sur les contrôles demandés aux actionnaires sur ces grands groupes.

Au départ de l'affaire nippone, on trouve une inculpation du dirigeant pour avoir minoré son salaire dans des documents remis aux autorités. Or, la question du salaire de Carlos Ghosn a souvent été source de polémique lors des Assemblées générales du groupe. En février dernier, celui-ci avait même dû baisser son salaire (au titre de PDG de Renault) de 30 % sous pression de l’État actionnaire.

 

Le jour où BlackRock a secoué la finance

Le 12 janvier, le plus grand gestionnaire d’actifs de la planète, BlackRock (qui gère 6 000 milliards de dollars), a voulu donner le "La" de la finance pour l’avenir. Dans une lettre destinée aux patrons des entreprises dont la société de gestion est actionnaire (quasiment tout le CAC40), il assure : "Pour prospérer au fil du temps, toute entreprise doit non seulement produire des résultats financiers, mais également montrer comment elle apporte une contribution positive à la société. Les entreprises doivent bénéficier à l’ensemble de leurs parties prenantes".

Toutefois, l’engagement du monde de la finance reste à relativiser, notamment en ce qui concerne le climat. Le think tank britannique Influence Map a analysé un panel de fonds représentant 40 000 milliards de dollars d'actifs. Celui-ci aurait augmenté de 20 % son volume de réserves de charbon détenues indirectement depuis la signature de l’Accord de Paris. Un mauvais signal au moment où la COP24 vient justement de fournir un mode d’emploi pour cet accord.

Ludovic Dupin, @LudovicDupin


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Grand debat national les questions sur la transition ecologique seraient biaisees PHILIPPE WOJAZER POOL AFP

Grand débat national : les questions sont biaisées sur la transition écologique selon les experts

Pas de question sur l'alimentation durable, les déchets, une transition écologique conditionnée à la compétitivité économique... les questions posées dans le grand débat national sur le thème de la transition écologique sont trop orientées estiment plusieurs experts. Une semaine seulement après son...

L antarctique fond six fois plus vite qu il y a quarante ans

[Le chiffre] La fonte des glaces dans l'Antarctique est six fois plus rapide qu'il y a quarante ans

Le phénomène de fonte de glace est plus grave encore que ce que les scientifiques estimaient jusqu'ici. L'Antarctique fond en réalité six fois plus vite que dans les années 80. Un problème grave qui provoque une hausse du niveau des océans et de la température de l'eau.

Coca cola va capturer le CO2 pour gazeifer son eau valser

[Science] Le groupe Coca-Cola va capturer le CO2 de l’air pour gazéifier son eau pétillante

C'est une technique pour le moins originale. Le groupe Coca-Cola, associé à la startup Climeworks, va capter le CO2 présent dans l'air pour former les bulles de son eau pétillante suisse Valser. Un moyen de lutter contre le réchauffement climatique, assure la startup dont le but est de capter 1 % du...

Voeux de francois de ruby au monde de l ecologie

Taxe carbone : François de Rugy défend une écologie de l'effort partagé

Lors de ses vœux au monde de l'écologie, le ministre François de Rugy a prôné une "écologie du citoyen" qui concilie à la fois les enjeux de fin du monde et ceux de fin du mois. Un message d'ouverture aux gilets jaunes. D'autant qu'il propose d'engager la discussion lors du Grand débat national sur...