Publié le 25 décembre 2018

ENVIRONNEMENT

[Calendrier de l’Avent] Trois solutions, pas si folles, pour sauver l’Humanité

Le génie de l’Humanité est sans limite. Des cerveaux féconds œuvrent déjà à la sauver du pire. Pour cela, trois directions possibles : le sous-sol, le fond des océans et Mars. Jusqu’à Noël, Novethic vous propose d’ouvrir une case de son calendrier de l’Avent. Chaque jour, vous découvrirez une bonne nouvelle qui prouve que le combat pour le climat, l’environnement, la biodiversité, l’égalité n’est pas perdu.

Un projet architectural à Mexico vise à bâtir des bâtiments souterrains, dits Earthscrappers, afin de limiter l'emprise de la ville.
@Bnkr

Enterrer nos villes

Avec 9,5 milliards d’habitants en 2050, à 75 % en zone urbaine, il est sûr que l’avenir de l’Homme et de la planète se joue en ville. Or, celles-ci, de plus en plus tentaculaires, ont un poids environnemental grandissant et colonisent les terres agricoles. Une piste pour minimiser leurs impacts est d’arrêter leur expansion horizontale pour viser un développement sous-terrain.

Le sous-sol, aujourd’hui réservé aux canalisations et aux transports est pourtant un abri sûr, tempéré, à l’abri des catastrophes (séismes, ouragans…). Helsinki, capitale de la Finlande, mène un très sérieux projet en la matière. La ville veut déployer 400 "lieux" sous terre lors de la prochaine décennie : logements, stades sportifs, commerces, bureaux… Une ville souterraine de 600 000 habitants, soit autant que celle en surface.

Montréal au Canada a déjà un vaste réseau souterrain pour faire face au froid. Or, la ville laisse de plus en plus de place dans ses galeries aux magasins et aux restaurants. La métropole du Québec calcule même que 12 % de ses commerces du centre-ville sont sous le sol.

 

Même Paris, dont le sous-sol est un immense gruyère, entend reprendre la main sur son espace sous-urbain. Dans le cadre du Grand Paris, la capitale a lancé un vaste appel à projets pour exploiter au mieux ses stations de métros abandonnées, ses vieux parkings, ses champignonnières…

 

Vivre sous l’océan

Ocean Spiral ville sous marine @ShimizuL’Humanité est partout sur la Terre. Mais la terre justement ne représente que 30 % de la surface de la planète. Reste les 70 % d’océan que l’Homme (sur)exploite, mais qui pourrait aussi devenir son habitat un jour.

C’est le projet que propose l'une des plus importantes entreprises japonaises du bâtiment Shimizu Corporation. Baptisé "Ocean Spiral", le concept repose sur des sphères de 500 mètres de diamètre capables d’accueillir 4 000 habitants. Immergées à 90 %, ces boules géantes seraient reliées au fond marin profond à 3000 ou 4000 mètres.

Pour l’entreprise, ce milieu serait idéal. Les ressources en nourriture sont abondantes. Les matières premières dans l’eau et sur le plancher océanique sont en quantités considérables. Les courants thermiques et les organismes méthanogènes fourniraient tous les besoins énergétiques nécessaires. Enfin, il suffirait de désaliniser l’eau environnante.

Cette structure n’est bien sûr qu’un projet d’architecte qui ne ressemble que très vaguement à ce que pourrait être une véritable ville sous-marine du futur. Toutefois, elle doit aussi nous sensibiliser à la protection de ce milieu, gorgé de nos plastiques, mais qui sera peut-être demain notre maison.

 

Aller sur Mars

SpaceX Mars Elon MuskPour certains, la planète Mars n’est pas seulement une zone d’exploration intrigante pour l’Humanité. La Planète rouge serait l’arche de Noé de notre espèce. Pour le patron de Tesla et SpaceX Elon Musk, la conquête de notre voisine est un enjeu crucial pour que l’Humanité survive à une dégradation irréversible de notre environnement ou à une nouvelle guerre mondiale.

C’est pourquoi il promet pour 2019 les premiers essais de sa BFR, pour "Big Falcon Rocket", un engin spatial capable de rallier Mars et d’y emmener 100 personnes. Dans des présentations au Congrès international d'Astronautique, le dirigeant envisage d’envoyer des premiers colons au milieu de la prochaine décennie. Mais pour ce qui est d’une vraie cité martienne, ce serait pour la seconde moitié du siècle.

Du côté de la Nasa - la seule organisation spatiale au monde qui a réussi l’exploit de poser des robots sur Mars -, il faudra au moins 25 ans pour surmonter les obstacles techniques avant d’atteindre la planète rouge. Mais déjà, pour l’agence américaine, le travail sur des habitats martiens, sobres et autonomes, est une piste pour participer à endiguer le changement climatique, ici, sur Terre.

Ludovic Dupin, @LudovicDupin


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Xi jinping onu 2020 Brian Smith Sputnik via AFP

Nucléaire, solaire, éolien... : Comment la Chine veut atteindre la neutralité carbone en 2060

L'annonce a fait l'effet d'une bombe et remis l'Accord de Paris sur les rails. En septembre, lors de l'Assemblée générale des Nations, le président chinois Xi Jinping s'engageait à atteindre la neutralité carbone en 2060. Selon plusieurs experts, cette mesure est réaliste bien qu'elle implique des...

GAFAM CLIMAT

[Élection US] Aux premières loges de la crise climatique dans la Silicon Valley, les GAFAM misent désormais sur le climat

Ravagée par les incendies depuis plusieurs années déjà, en Californie, la Silicon Valley, siège des géants du numérique, commence à prendre la mesure du changement climatique. Face à l’inertie présidentielle et poussés par les ONG et leurs salariés, les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon,...

Julien Vidal Visuel podcast SITE

Podcast #LesEngagés : rencontre avec Julien Vidal, ambassadeur du changement

Aujourd'hui, le podcast #LesEngagés part à la rencontre de Julien Vidal, l'auteur du best-seller "Ça commence par moi". Le trentenaire a changé de voie et décidé d'entamer sa propre transition écologique qu'il partage via différents médias. Il n'hésite pas à multiplier les projets pour sauver la...

La timide feuille de route du gouvernement pour réduire l'empreinte environnementale du numérique

Ces derniers mois, les rapports dénonçant l'empreinte écologique du numérique se sont multipliés, sur fond de polémique autour de la 5G et du renouvellement des téléphones. Le gouvernement a rétorqué avec une feuille de route qui s'attaque à la durée de vie des terminaux, à la consommation des...