Publié le 16 décembre 2018

ENVIRONNEMENT

[Calendrier de l'Avent] Les moules peuvent nous sauver du réchauffement climatique

On le sait peu, mais les moules sont de véritables puits de carbone. Une nouvelle étude révèle même que leur production limite le réchauffement climatique. Jusqu’à Noël, Novethic vous propose d’ouvrir une case de son calendrier de l’Avent. Chaque jour, vous découvrirez une bonne nouvelle qui prouve que le combat pour le climat, l’environnement, la biodiversité, l’égalité n’est pas perdu. 

Pour former leur coquille, les moules captent le carbone émis par les activités humaines et responsable du réchauffement climatique.
@CC0

Et si les moules avaient le pouvoir de réduire le réchauffement climatique ? Des chercheurs de l'INRA et l'Ifremer se sont penchés sur le sujet. Ils ont étudié les moules de bouchot de la baie du Mont-Saint-Michel dont la production annuelle représente environ un huitième de la production française. Et leur conclusion est claire : "la production de moules de bouchot contribue à diminuer la quantité de CO2 atmosphérique".

Concrètement, les moules sont des puits de carbone. Elles filtrent l'eau de mer pour en récupérer le carbone et fabriquer leurs coquilles. "Au moment du tri, coquilles cassées et coquillages trop petits sont rejetés en mer où ils participent au contenu en carbonate de calcium des sédiments", notent les chercheurs. "Après consommation, les coquilles vides, enterrées dans leur grande majorité avec les déchets ménagers, contribuent encore à piéger du carbone".

Les moules limitent la pollution des autres activités agricoles

Et ce n'est pas leur seul pouvoir. Pour se développer, les moules absorbent du phosphore et de l'azote, deux éléments nutritifs qui proviennent en grande partie des effluents agricoles et qui participent à l'eutrophisation. Ce phénomène déséquilibre le milieu aquatique et provoque la prolifération d'algues à l'origine des marées vertes.

Ainsi, la production de moules a, intrinsèquement, un impact environnemental faible, mais "elle pourrait même compenser les effets d'autres activités agricoles", concluent les chercheurs. Des effets positifs à condition de ne pas détruire les coquilles de moules.

Marina Fabre @fabre_marina


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Ursula von den Leyen COP25 UE

Green Deal européen : 1 000 milliards d’euros sur les dix années à venir pour le climat

Mercredi 11 décembre, la nouvelle commission européenne révélera son Pacte vert. Tandis que sa présidente Ursula von der Leyen en a donné un avant-goût au cours de la COP25 en annonçant 1 000 milliards d’euros d’investissements sur 10 ans, le commissaire en charge de ce dossier, Frans Timmermans, a...

Manif climat changer le systeme

[Génération climat] Précarité étudiante et urgence climatique : les jeunes veulent changer de modèle

Alors que 20 % des étudiants vivent sous le seuil de pauvreté, l'immolation du jeune Anas K., 22 ans, devant le Crous de son université, pour dénoncer sa précarité financière, a marqué les esprits. Et relancé la question d'une transition juste. Plusieurs étudiants mobilisés dans des collectifs ou...

Inondations pixabay 01

Événements climatiques extrêmes : la France, quatrième pays le plus touché au monde en termes de décès

Les Philippines de nouveau balayées par un typhon, l’Australie en proie à d’incontrôlables incendies, l’Afrique de l’Est touchée par des pluies torrentielles et le sud-est de la France noyée par des inondations meurtrières. Les impacts du changement climatique touchent désormais tant les pays riches...

Valerie Masson Delmote Giec JungYeon Je

Trois questions à Valérie Masson-Delmotte, coprésidente du GIEC : "Les femmes ont moins de capacité à réagir en cas d’aléas climatiques"

C'est un angle mort des politiques climatiques des États. Les femmes subissent de plein fouet les effets du changement climatique, elles ont 14 fois plus de risques de mourir en cas de catastrophe naturelle que les hommes. Valérie-Masson Delmotte, climatologue et co-présidente du Giec s'est plongée...