Publié le 11 avril 2021

ENVIRONNEMENT

[Bonne nouvelle] La SNCF lance son éco-comparateur pour "voyager sans polluer"

Pour un trajet Marseille-Paris ou un Lyon-Lille, quel est le mode de transport le moins émetteur de CO2 ? La SNCF vient de lancer un éco-comparateur qui permet de classer le train, l'avion, la voiture, le covoiturage ou le bus selon son impact en carbone. Si le train rafle la mise le comparateur permet de mieux comprendre à quel point le transport ferroviaire est écologique. 

Train scnf pixabay
En moyenne, un trajet de TGV émet jusqu’à 50 fois moins de CO2 que la voiture et 80 fois moins que l’avion.
CCO

C’est un petit outil qui pourrait nous aider à faire le bon choix dans nos modes de déplacement. La SNCF propose depuis le mois de mars un outil comparatif qui permet de calculer l’empreinte carbone de nos déplacements selon le mode de transport choisi :  train, avion, car, voiture... En un clic, le voyageur peut ainsi avoir un aperçu du voyage le moins polluant.

Pour un trajet Paris-Nantes, un passager émettra ainsi 0,8 kg de CO2 soit l’équivalent de 20 jours d’utilisation moyenne d’un four électrique, écrit la SNCF contre 75,4 kg de CO2 pour la voiture l’équivalent de quatre ans d’utilisation d’un four électrique. Parmi les cinq modes de transports, c’est donc l’automobile qui est le moins écologique, juste derrière l’avion qui est 84 fois plus polluant que le train. Pour un Lyon-Lille, le train gagne encore, largement devant le bus ou le covoiturage qui émet 41 fois plus de CO2 que le train.

Le TGV 80 fois moins émetteur que l'avion

La SNCF avait lancé une version expérimentale de cet écocomparateur en 2006 en réponse au développement des sites comme Booking ou Tripadvisor. L'enjeu était de montrer au grand public l'intérêt écologique du train. Quinze ans plus tard, le comparateur, plus complet, s'est étendu à d'autres moyens de transports comme le covoiturage. Une soixantaine de trajets, les plus utilisés, sont ainsi référencés par l’écocomparateur. 

On ne va pas vous mentir, en termes de quantité de gaz à effet de serre émis par voyage, le train gagne à tous les coups. Paris- Marseille, Bordeaux, Bruxelles, Amsterdam… Le train est toujours plus écologique que le bus, le covoiturage, l’avion ou la voiture. En moyenne, un trajet de TGV émet jusqu’à 50 fois moins de CO2 que la voiture et 80 fois moins que l’avion. 

"Nous devons davantage faire connaître le bénéfice écologique du train à nos voyageurs ou à de nouveaux clients qui sont de plus en plus nombreux à vouloir prendre en compte l’empreinte environnementale dans leurs choix de déplacements", explique Christophe Fanichet, PDG de SNCF Voyageurs. "Avec cette innovation qui facilite l’accès à la mobilité verte, nous œuvrons concrètement à nos engagements écologiques", note-t-il. 

Temps utile contre temps de trajet

Au-delà du critère environnemental, le comparateur permet également de classer les modes de transport selon deux autres critères : le temps de trajet et le temps utile, c’est-à-dire le temps moyen dont dispose un voyageur pour vaquer à ses occupations comme lire, travailler ou regarder un film. Pour le temps de trajet, sans surprise, c’est l’avion qui rafle la mise. Quant au temps utile, le train se place en première position au détriment de la voiture.

Alors que le secteur des transports est le deuxième émetteur de gaz à effet de serre au niveau mondial, la SNCF entend tirer son épingle du jeu avec ce comparateur. Une aubaine alors que les députés ont donné leur accord, en Commission, à l’article 36 du projet de loi Climat visant à interdire les liaisons aériennes intérieures quand il existe une alternative en train de moins de 2h30. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Journal du dimanche THOMAS OLIVA AFP

Quand les Boomers prennent le pouvoir médiatique, la lutte contre le changement climatique recule

Le groupe Lagardère vient de nommer deux septuagénaires à la tête de Paris Match et du Journal du Dimanche. Si le groupe médiatique contrôlé par Vincent Bolloré, lutte ainsi contre l'âgisme, discrimination négligée, il hypothèque la capacité de deux médias très populaires à chroniquer les priorités...

There is no planet B pixabay

À dix jours de la COP26, des documents révèlent un intense lobbying anti-climat de la part de certains États

Ces documents destinés au Giec, le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, demandent à minimiser la nécessité de réduire le recours aux combustibles fossiles ou la consommation de viande. Ils remettent aussi en question le soutien des pays développés aux pays en...

Doctors for extinction rebellion

Avant la COP26, 45 millions de soignants appellent à mettre la santé au cœur de l'action climatique

Alors que le sixième rapport du Lancet Countdown, publié le 21 octobre, met en évidence des risques toujours croissants pour la santé et le climat, 45 millions de professionnels de santé interpellent les dirigeants mondiaux à l'approche de la COP26. Ils mettent en avant les nombreux co-bénéfices...

Monument girondins bordeaux

Montée des eaux : les simulations chocs des villes côtières englouties

Prendre conscience de la réalité derrière les chiffres n'est pas chose aisée. Une étude sur la montée des eaux publiée mi-octobre a été accompagnée de simulations pour se représenter l'impact de la hausse du niveau de la mer sur les villes côtières en fonction du degré de réchauffement. Des villes...