Le géant de la transformation digitale, Atos vient d’annoncer un accord pour acquérir EcoAct, une société de conseil en stratégie de réduction des émissions de carbone. Une opération destinée à renforcer l’ambition d’Atos et à enrichir son portefeuille d’offres numériques responsables pour ses clients.

Cap sur le numérique décarboné ! C’est, avec la cybersécurité, le nouvel axe stratégique annoncé par Atos, le géant français de services informatique, qui se veut "leader de la transformation digitale" dans le monde. Pour la mettre en musique, il vient d’annoncer son intention d’acquérir EcoAct, une société internationale de conseil en stratégie de réduction des émissions de carbone.
Pour le nouveau directeur général d’Atos, Elie Girard, il s’agit d’une "étape majeure" dans la stratégie du groupe en matière de décarbonation. L’entreprise, reconnue pour sa politique climatique, s’engage en effet à devenir neutre en carbone d’ici 2035 et d’aider ses clients dans cette voie. C’est tout l’intérêt de l’acquisition d’EcoAct qui va permettre de combiner "la position de leader du cabinet de conseil en stratégie climatique et du développement de projets de compensation" au "portefeuille de solutions et de services de décarbonation et à la force de frappe d’Atos", explique le groupe.  
En juin, devant les analystes financiers, le directeur général d’Atos avait déjà insisté sur son ambition en matière de "numérique sécurisé et décarboné" via une stratégie de croissance externe d’acquisition de sociétés spécialisées. À moyen terme, "le numérique, le cloud, la sécurité numérique et la décarbonation devraient représenter 65 % du chiffre d’affaires" contre 40% aujourd’hui. Atos, qui table sur un repli de 2 à 4 % de son chiffre d’affaires pour 2020 et une baisse de 9 à 9,5% de sa marge opérationnelle, voit en effet un potentiel de relance, le marché du numérique vert étant estimé à 30 milliards de dollars d’ici 2025.
L’effet accélérateur du Covid-19
"Aujourd’hui 80 % de nos clients ont pris des engagements carbone dont 30 % alignés sur l’Accord de Paris (Science Based Targets). Le digital peut jouer un rôle clé pour les aider à décarboner leurs activités, en accélérant le retour sur investissement", assure Nourdine Bihmane, responsable de l’offre décarbonation d’Atos. Il prévoit ainsi de multiplier le chiffre d’affaires généré par ces services, à 500 millions d’euros à moyen terme. "Nos outils vont bien au-delà des services numériques de nos clients : ils permettent de décarboner des pans importants de leurs activités, comme le transport par exemple", précise-t-il. Cela va de l’utilisation des objets connectés, du cloud, de l’Intelligence Artificielle, des super-calculateurs de la modélisation climatique ou du Digital Twin (qui combine toutes ses techniques).
Pour EcoAct, l’opération est également porteuse de sens, de croissance et de pérennité dans un monde bouleversé par la pandémie, précise Thierry Fornas, Président et co-fondateur du cabinet de conseil. "Le Covid-19 a mis en exergue la nécessité pour les entreprises de mieux anticiper les crises et défis, particulièrement climatiques. Nous l’avons vu chez nos clients qui maintiennent leurs investissements en la matière et nous avons également été approchés par plusieurs grands groupes. Mais c’est avec Atos que nous avons vu une convergence de vision autour de notre approche holistique de la neutralité carbone et une vraie complémentarité de l’offre", assure-t-il.
Béatrice Héraud, @beatriceheraud

Découvrir gratuitement l'univers Novethic
  • 2 newsletters hebdomadaires
  • Alertes quotidiennes
  • Etudes