Publié le 15 mai 2017

ENVIRONNEMENT

Au Conseil de l’Arctique, les États-Unis reconnaissent l'Accord de Paris

En signant la déclaration de Fairbanks qui conclue traditionnellement le Conseil de l’Arctique, les Etats-Unis se placent aux côtés des nations qui appellent à mettre en place l’Accord de Paris sur le Climat. Une bonne nouvelle alors que Donald Trump doit prochainement préciser sa position sur la lutte contre le réchauffement climatique.  


@vladsilver

Le Conseil de l’Arctique tenait la semaine dernière à Fairbanks, en Alaska, sa dixième réunion ministérielle avec les États membres. Créée en 1996, cette instance réunit les cinq pays riverains de l’Arctique ainsi que les représentants des peuples autochtones. Avec l’arrivée à la Maison Blanche de Donald Trump, les membres du Conseil s’attendaient à une déclaration a minima sur le climat. Mais le secrétaire d’État américain Rex Tillerson a créé la surprise.

Il a en effet accepté de signer telle quelle la "déclaration de Fairbanks" qui appelle à l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris. Rex Tillerson a ainsi assuré que les États-Unis voulaient poursuivre leur participation au sein du Conseil et qu'ils n'avaient pas l'intention de se précipiter pour réviser leur politique en matière de climat. "Nous sommes sensibles au fait que chacun d'entre vous a un point de vue important et vous devez savoir que nous prenons le temps de comprendre quelles sont vos inquiétudes", a promis le nouveau ministre des Affaires étrangères et ex-PDG du pétrolier ExxonMobil.

 

Une sortie de fait de l'Accord de Paris

 

Ne nous réjouissons pas cependant trop vite. Donald Trump avait promis pendant sa campagne de sortir de l’Accord de Paris. Sa décision devrait être rendue à la fin du mois. Mais dans les faits, sa politique conduit déjà à une sortie du texte. Fin avril, il a ainsi signé un décret ordonnant un réexamen des restrictions imposées par son prédécesseur Barack Obama à l'exploration et à l'exploitation offshore de pétrole et de gaz, notamment en Arctique.

Après avoir été présidé par les États-Unis, le Conseil de l’Arctique est désormais sous la houlette de la Finlande. Par ailleurs, la Suisse est le 13e membre du Conseil à avoir désormais un statut de l’observateur. Elle rejoint notamment la France, la Chine ou encore l’Inde. L’Arctique est particulièrement vulnérable aux effets du changement climatique. La région se réchauffe deux fois plus vite que le reste de la planète.    

Concepcion Alvarez
© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Alerte rouge pixabay a roesler

Records battus pour quatre indicateurs majeurs du changement climatique en 2021

L'Organisation météorologique mondiale indique dans un nouveau rapport que quatre marqueurs majeurs du changement climatique ont battu des records en 2021. Une alerte de plus quant à l'impact des activités humaines sur les écosystèmes terrestres et marins mais aussi sur les émissions de gaz à effet...

Tudiants grandes ecoles pollution 02

Polytechnique, AgroParisTech, ENS… Quand les futures élites claquent la porte

Après la vidéo virale des "ingénieurs qui bifurquent" d'AgroParisTech appelant leurs camarades à "déserter", c'est au tour des Écoles normales supérieures de se mobiliser pour que "la pratique scientifique" s'aligne sur "les enjeux impérieux de ce siècle", à savoir l'urgence écologique et sociale....

Canicule chaleur extreme pakistan AAMIR QURESHI AFP 01

Pakistan, Mexique, Égypte… Le monde suffoque sous des températures extrêmes

+51°C au Pakistan, +48°C au Mexique, +46°C en Égypte. Partout dans le monde, des températures historiques sont enregistrées, menaçant la santé humaine, l’approvisionnement en eau, les récoltes futures et même la biodiversité, qui ne résiste pas à une chaleur si accablante. Du côté de l’Hexagone, un...

Elisabeth borne premiere ministre matignon investiture CHRISTIAN HARTMANN POOL AFP

Ces chantiers écologiques qui attendent la nouvelle Première ministre, Élisabeth Borne

La cheffe de gouvernement devra être "attachée à la question sociale, à la question environnementale et à la question productive", a récemment promis le Président qui a multiplié les annonces en matière d’écologie depuis sa réélection. Ces intentions doivent se concrétiser à Matignon mais aussi lors...