Publié le 22 mai 2015

ENVIRONNEMENT

Aron Cramer (BSR) : "Quel que soit le résultat de la COP21, les entreprises devront agir contre le changement climatique"

Les entreprises prennent le changement climatique au sérieux. Mais elles doivent intensifier leurs efforts, notamment par le biais de collaborations, pour réussir à atteindre l'objectif d'un réchauffement climatique limité à 2°C d'ici la fin du siècle. C'est le message d'Aron Cramer, le président de l'organisation mondiale Business for Social Responsibility (BSR) qui accompagne 250 grandes entreprises sur les questions de développement durable et de responsabilité sociale.

Aron Cramer, président de BSR
BSR

Novethic : L'un des messages de la Climate week, et notamment du Business & Climate summit, dont BSR est partenaire, est de dire que "le climat a changé" dans les entreprises sur la question du changement climatique. Vous qui avez une vision globale des actions des entreprises, partagez-vous ce constat ?

Aron Cramer : Pour une vaste majorité des entreprises, oui. Depuis la conférence de Copenhague [2009, NDLR], qui a été un échec à plusieurs égards, la crédibilité des entreprises a considérablement augmenté sur le sujet. Aujourd'hui, le changement climatique est pris très au sérieux. Les entreprises se rendent compte que cela n'aura pas seulement un impact à terme, mais qu'elles sont déjà affectées en termes d'approvisionnement et de prix sur l'énergie, les ressources naturelles et l'eau notamment. Mais elle voient aussi les opportunités d'innovation qu'elles vont pouvoir mettre en place pour répondre au défi d'un monde contraint.

Novethic : Est-ce que l'on peut y voir un effet COP21 ?

Aron Cramer : Non. Enfin, pas seulement. Et il ne faut pas compter sur un effet magique. La COP21 est symptomatique de ces événements qui sont nécessaires pour progresser. Mais des événements qui ne sont pas suffisants pour mettre en place les éléments dont nous avons besoin. Il est absolument indispensable que, quelque soit le résultat de cette conférence – qu'il en ressorte un accord a minima ou au contraire solide -, le business reste focalisé sur l'innovation, l'efficacité, les mesures, les engagements et les collaborations destinées à lutter contre le changement climatique.

Novethic : Dans ce contexte, quelle est l'importance de ces événements - comme le Business and Climate summit, le Climate Finance day - pour le secteur privé ?

Aron Cramer : Ils sont extrêmement importants, car ils montrent où en sont les acteurs économiques sur la question du changement climatique, quels sont les progrès à faire et quels sont leurs besoins pour les accomplir. C'est aussi grâce à ce type d'événements que l'on peut identifier les industries qui prennent la tête de la course, et cela peut inspirer d'autres entreprises pour aller encore plus loin.

Cela envoie aussi un message clair aux hommes politiques chargés de négocier sur le climat : le monde économique est sérieux dans ses propres engagements climatiques, et appelle à des mesures politiques ambitieuses sur la question.

Novethic : Quels sont les messages que les acteurs engagés du monde économique veulent adresser aux politiques ?

Aron Cramer : D'abord, que les entreprises - du moins certaines - agissent déjà sur ce front-là. Ensuite, qu'elles sont favorables à des mesures ambitieuses pour lutter contre le changement climatique, car un cadre politique solide peut les emmener encore plus loin. Cela peut passer par un accord sur le prix du carbone, ou par d'autres mesures financières pour accélérer l'innovation dans les technologies bas carbone. Cela peut aussi passer par le fait de favoriser les collaborations, pour ceux qui souhaitent aller encore plus vite.

Novethic : Sur la question du prix du carbone justement, on voit en ce moment une presque unanimité sur la nécessité d'en fixer un. Mais rien ou très peu n'est dit sur la façon dont il doit être mis en œuvre. Faut-il, par exemple, suivre la voie montrée par certaines entreprises qui ont décidé d'en appliquer un pour leurs propres opérations internes ?

Aron Cramer : Il est vrai qu'il y a aujourd'hui un large consensus sur le concept lui-même. C'est un énorme progrès. Mais il y a un travail tout aussi énorme à faire pour définir quels en seront les mécanismes. Il est clair que nous devons avancer par expérimentations. C'est déjà ce qui se passe à plusieurs échelles, régionales ou nationales, avec le marché européen du carbone par exemple, mais aussi avec les initiatives chinoises, mexicaines et autres. Nous devons assumer différentes démarches et différents prix au début, pour aller vers une compatibilité des initiatives et une approche plus globale par la suite.

En ce qui concerne le prix interne du carbone, au sein des entreprises elles-mêmes, cela est très utile. Les entreprises ne font pas cela seulement parce que c'est symbolique, mais surtout parce que c'est un outil qui leur permet de prendre les bonnes décisions. C'est ce qui pousse des entreprises comme Chevron ou Exxon, qui ne sont pas exactement en tête de la lutte contre le changement climatique, à en adopter un [entre 60 et 80 dollars la tonne chez Exxon, NDLR]. Cela montre aussi le volontarisme des entreprises : on voit bien qu'elles n'attendent pas sans rien faire que des décisions politiques se prennent.

Novethic : Quelle est l'importance des réseaux comme le vôtre, ou des coalitions comme We mean business, auxquels vous appartenez dans cette dynamique ?

Aron Cramer : Les réseaux sont absolument essentiels pour progresser sur le front du changement climatique, et plus globalement sur les questions de durabilité. Chez BSR, nous menons entre 15 et 20 initiatives collectives. Cela est indispensable pour agréger les influences nécessaires, qui permettent d'obtenir des résultats systémiques. Les entreprises les plus intelligentes sont celles qui ont compris les limites de l'action en solo. C'est pour cela que chez BSR, nous rassemblons les forces de toutes les entreprises volontaires sur des thématiques aussi importantes que la réduction des émissions dans le transport maritime, l'avenir de la fourniture d'énergie pour internet ou le transport du fioul. Aucune entreprise ne peut résoudre ce type de problèmes seule. Quand vous mettez des partenaires commerciaux ensemble, en revanche, vous pouvez faire des progrès considérables.

La collaboration entre entreprises est un élément essentiel pour changer d'échelle. Car le réseau permet d'amplifier la voix des entreprises engagées dans la lutte contre le changement climatique, que ce soit pour la COP21 ou toute autre définition de politique sur la question. C'est ce que nous faisons avec des réseaux de réseaux comme We mean business.

Novethic : Pour réussir à atteindre l'objectif des 2°C, nous devons passer à une économie bas carbone. Pensez-vous que nous sommes sur la bonne voie ?

Aron Cramer : Malheureusement, nous ne sommes pas encore sur la trajectoire des 2°C. De nombreuses bonnes initiatives sont mises en place, créant un momentum positif, mais cela reste encore largement insuffisant. Il y a urgence à accélérer cette dynamique en marche.

Propos recueillis par Béatrice Héraud.
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Business and Climate Summit : Hollande demande aux entreprises une feuille de route

Le Business and Climate Summit s’est ouvert à Paris ce mercredi 20 mai en présence de François Hollande. Le président de la République a fortement incité les entreprises à fournir une feuille de route d’ici la COP21 (qui se tiendra du 30 novembre au 11 décembre), avec des objectifs de...

Climat : une semaine pour mobiliser les entreprises et investisseurs

La climate week aura lieu dans la capitale française du 18 au 24 mai. Elle se tiendra un peu moins de 200 jours avant la conférence de Paris sur le climat (COP21). Durant cette semaine, il s’agira de partager les bonnes pratiques, mais surtout d’inciter entreprises et investisseurs à...

Pascal Canfin : "Nous sommes à un point de basculement vers l'économie bas carbone"

À 192 jours de la Conférence de Paris sur le climat, plus d'un millier de leaders économiques et financiers sont réunis dans la capitale française pour parler de la prise en compte du changement climatique dans la sphère business. Décryptage des enjeux avec Pascal Canfin, ancien ministre...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

IStock @UlyssePixel Conseil d'Etat

Loi climat et résilience : un nouveau coup porté par le rapporteur du Conseil d'État

L'étau se resserre autour du projet de loi Climat. Dans le cadre de l'audience de Grande-Synthe le 11 juin, ville qui a attaqué l'État pour inaction climatique, le rapporteur public appelle le gouvernement à prendre des mesures à la hauteur des objectifs climat de la France, dans un délai de neuf...

Breaking Boundaries The Science of Our Planet

"Notre planète à ses limites", le documentaire à voir sur les basculements irréversibles de notre planète

Disparition des forêts tropicales, acidification des océans, fonte de l'Inlandsis du Groenland... Ces phénomènes sont des points de non-retour, des seuils critiques que l'humanité ne doit pas franchir sans se mettre en danger. Or aujourd'hui, sur les neuf "tipping points", quatre ont déjà été...

Football : L’urgence écologique, sur le banc de touche de l’Euro 2021

Pour la première fois, le championnat d'Europe, qui débute le 11 juin, ne se déroulera pas dans un seul pays hôte mais dans onze villes de onze pays différents. De quoi faire exploser les déplacements des supporters les plus assidus. Un format décrié par les militants écologistes alors que le Green...

IStock @audioundwerbung

Droit de l'environnement : des magistrats créent une association pour combler le manque de formation

Complexe, diffus, tentaculaire... Le droit de l'environnement est connu pour être particulièrement ardu. Et pourtant, c'est l'un des grands absents des bancs de l'université. À l'heure où les procès pour le climat explosent, des magistrats ont lancé le 5 juin l’Association française des magistrats...