Publié le 10 novembre 2015

ENVIRONNEMENT

Arabie Saoudite : une baisse des émissions de CO2 conditionnée au maintien de ses revenus pétroliers

Le premier producteur pétrolier vient de dévoiler sa contribution climatique à quelques semaines de la COP21. Une contribution tardive et pour le moins opaque puisque l’Arabie Saoudite soumet ses réductions d’émissions de CO2 au maintien de ses revenus pétroliers. Le royaume demande ainsi à ce que les conséquences économiques et sociales des politiques de lutte contre le changement climatique ne constituent pas pour lui un fardeau disproportionné. Explications.

Un puits de pétrole à Al Khobar en Arabie Saoudite. Michael Engler Bilderberg
Un puits de pétrole à Al Khobar en Arabie Saoudite.
Michael Engler Bilderberg AFP

Hors des clous. La contribution climatique de l’Arabie Saoudite l’est à plusieurs titres. D’abord, même si elle était très attendue, elle est publiée plus d’un mois après la date butoir fixée par la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC). Par ailleurs, la contribution surprend dans sa forme puisque l’Arabie Saoudite présente deux scénarios opposés. Leur principale différence : l’allocation du pétrole produit sur le territoire, soit à l’exportation, soit au marché intérieur.  

Dans le premier, le royaume promet une baisse significative de ses émissions de CO2 de 130 millions de tonnes équivalents CO2 par an d’ici 2030, si ses revenus pétroliers, liés à l’exportation, ne sont pas altérés par les politiques climatiques prises au niveau international.

Le second est un scénario "business as usual" dans lequel le royaume se dit obligé de continuer sur la même trajectoire. Vivant principalement de sa rente de pétrole, le pays s'estime contraint de brûler ses réserves en interne pour poursuivre ses objectifs de développement et son industrialisation en utilisant le "pétrole, le gaz et tous les minerais". Autrement dit, un scénario contraire à un engagement climatique concret. 

 

"Maximiser les bénéfices et minimiser les impacts négatifs"

 

L’Arabie Saoudite, qui émet 460 millions de tonnes de CO2 par an, soit 1,4 % des émissions mondiales (un chiffre en date de 2012 et fournit par l’AIE), explique ainsi qu’ "elle souhaite contribuer de façon active aux négociations de la COP21 [qui se tient à Paris du 30 novembre au 11 décembre, ndlr] en maximisant les bénéfices à long terme et en minimisant les potentiels impacts négatifs". Une phrase absconse qui résume le niveau de clarté du document publié aujourd’hui par l’Arabie Saoudite.  

Le royaume se dit en faveur du premier scénario car les revenus assurés par l’exportation de pétrole lui permettraient alors de réaliser "des investissements à haute valeur ajoutée dans les services financiers et médicaux, le tourisme, l’éducation, les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique". L’Arabie Saoudite compte également explorer le filon du captage et stockage de CO2 et souhaite construire la plus grande usine de capture du carbone avec un objectif de 1 500 tonnes de CO2 capturées par jour. Le gaz naturel, la valorisation du méthane et la réduction du torchage sont également mis en avant.  

Enfin, le pays, qui se dit particulièrement vulnérable au changement climatique, ne demande pas de financements particuliers mais insiste sur l’importance des transferts technologiques pour réussir sa transition énergétique. Il précise qu’il se réserve le droit de revoir sa contribution entre 2016 et 2020, juste avant l’application du futur accord de Paris.  

Parmi les producteurs pétroliers, manquent encore à l’appel le Koweït, le Qatar, l’Iran, l’Irak, le Nigeria ou encore le Venezuela qui n'ont toujours pas rendu leur contribution climatique.  

Concepcion Alvarez
© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

À quoi servent les contributions climatiques avant la COP 21 ?

Depuis février 2015 et la contribution de la Suisse, une centaine de pays ont soumis à l’ONU leurs " contributions climatiques ", appelées INDC (

Intended Nationally...

Pré-COP21 : dernière ligne droite avant le début officiel des négociations

A trois semaines du lancement de la COP21, une soixantaine de ministres se réunit à Paris à partir de dimanche pour une pré-COP, soit une dernière réunion informelle avant les...

COP21 : des engagements climatiques sur la bonne voie mais encore insuffisants

A un mois de la tenue de la Conférence onusienne sur le climat de Paris, près de 80 % des pays ont publié leurs engagements en matière de lutte et d’adaptation au changement climatique. Ceux-ci sont scrutés par de nombreuses institutions et ONG. Mais aussi par l’organisateur même de la...

COP21 : le nouveau brouillon du texte de négociation épuré et clarifié

A moins de deux mois de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques à Paris (COP21), les deux co-président de l’Assemblée des négociateurs aux Nations unies, l’Algérien Ahmed Djoghlaf et l’Américain Dan Reifsnyder, ont publié lundi 5 octobre un texte de négociation...

Négociations climatiques : la balle est renvoyée dans le camp des politiques

Au terme d’une semaine de difficiles négociations, les délégués des 195 pays se sont accordés sur un nouveau texte long de 54 pages aux options encore trop nombreuses pour le rendre...

COP21 : l’aide du Nord, une question de "vie ou de mort" pour les pays du Sud

En tapant du poing sur la table dès l’ouverture des dernières négociations préparatoires avant la conférence de Paris, les pays en développement ont profondément modifié la donne dans le jeu complexe de la diplomatie climatique. Ils ont rappelé qu’ils font déjà face aux dévastations...

Climat : La Chine publie une contribution prudente avant la COP 21

En visite officielle en France, Li Keqiang, le Premier ministre chinois, a dévoilé le contenu de la contribution de Pékin avant le sommet climatique de Paris (COP 21). La Chine se donne pour objectif d'atteindre son pic d'émissions de gaz à effet de serre en 2030 au plus tard. Le pays le...

Climat : L’Union européenne présente une contribution sans surprise

Et de deux. Après la Suisse, c’est au tour de l’Union européenne de présenter officiellement ses engagements en termes de lutte contre le changement climatique pour la conférence de Paris sur le climat. Mais celle-ci se cantonne aux objectifs déjà affichés il y a quelques mois dans le...

Climat : avant la COP 21, les États-Unis dévoilent une contribution ambitieuse

L'objectif affiché ce mardi 31 mars par la Maison-Blanche est de parvenir à une réduction de 28% des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2025 pour les États-Unis. Il s'agit de la fourchette haute de l'engagement pris il y a quelques mois déjà par Washington dans l'accord bilatéral...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Credits carbone marche carbone CO2 arbres istock

Après les enquêtes du Guardian et de Cash Investigation, voilà pourquoi il ne faut pas (encore) tuer les crédits carbone

De nouvelles enquêtes publiées ces derniers jours ont démontré une nouvelle fois le manque de fiabilité des crédits carbone, utilisés notamment par les grandes entreprises pour compenser leurs émissions de CO2 au lieu de les réduire. Un débat qui n'est pas nouveau et qui jette l'opprobre sur ce...

Scientifiques en rebellion devant dassault Lyuba XR France

Scientifiques en rébellion : "j’aurais plus peur pour mon avenir si j’étais un cadre de TotalEnergies qu’un scientifique engagé"

Il y a quelques semaines, Rose Abramoff, une scientifique américaine, était licenciée après avoir arboré une banderole appelant les scientifiques à l’action, lors d’un congrès. Un choc pour ses collègues du monde entier, dont Jérôme Santolini, biochimiste, directeur de recherche au CEA et l’un des...

Virus pandemie covid 19 pixabay

Maladies infectieuses : le changement climatique tue

Tuberculose, paludisme, le changement climatique va faire progresser ces maladies infectieuses, touchant des populations qui ne sont pas immunisées et qui auront du mal à y faire face, alerte le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. En outre, avec la fonte des...

Sophie Godin Beekmann couche d ozone CNRS

Reconstitution de la couche d’ozone : Une victoire qu'on ne peut pas répliquer au climat

Le trou dans la couche d'ozone devrait se résorber d'ici quarante ans au-dessus de l’Antarctique, et dès 2040 dans le reste du monde. Il avait été créé par la pollution humaine, particulièrement les chlorofluorocarbures (CFC) autrefois émis par de nombreux réfrigérateurs. Mais un protocole...