Publié le 05 décembre 2014

ENVIRONNEMENT

En Allemagne, le nouveau plan climat élude la question du charbon

Alors que débute un nouveau round des négociations onusiennes sur le climat à Lima, Berlin dévoile son nouveau "plan national d’action pour le climat". Véritable feuille de route climatique pour les prochaines années, ce plan réitère l’objectif de l’Allemagne de réduire ses émissions de CO2 de 40% d’ici 2020 (par rapport à 1990). Mais il élude la question qui fâche, celle de la sortie du charbon.

Mine de lignite et centrale à charbon exploitées dans l’est de l’Allemagne.
© Patrick Pleul / ZB / Picture Alliance / AFP

"Avec notre paquet de mesures, nous nous apprêtons à multiplier nos efforts en matière de lutte contre le réchauffement climatique par trois par rapport aux quinze dernières années." Cest ce qua annoncé la ministre de l’Environnement allemande, Barbara Hendricks, lors de la présentation de son plan climat le 3 décembre à Berlin. "Cela montre à quel point notre programme est ambitieux. Mais c’est uniquement de cette manière que nous pouvons rattraper notre déficit climatique." Ce nouveau plan climat est très attendu, car le pays est en passe de rater ses objectifs climatiques.

 

Economiser au moins 62 millions de tonnes de CO2 d’ici 2020

 

Au rythme actuel, l’Allemagne manquerait de cinq à huit points de pourcentage son objectif de réduction de 40% des émissions de gaz à effet de serre entre 1990 et 2020. Principal responsable: le secteur de lénergie, et en tout premier lieu le charbon. Et ce, en dépit de la forte progression des énergies renouvelables dans le pays (25,4% de la production d’électricité en 2013). Selon les chiffres du ministère, avec 40% des émissions nationales, c’est de loin le secteur le plus émetteur du pays (le secteur industriel suit avec 20%). Avec son nouveau plan climat, Berlin cherche donc à combler cette différence, ou "climate gap" dans le jargon des climatologues, en économisant au moins 62 millions de tonnes de CO2 dans les 5 années à venir.

Concrètement, le gouvernement allemand mise en tout premier lieu sur l’efficacité énergétique pour réduire les émissions du secteur de l’énergie, avec un objectif d’économies de 25 à 30 millions de tonnes de CO2. Viennent ensuite des mesures favorisant les transports doux (entre 7 et 10 millions de tonnes en moins) et une agriculture durable (3 millions de tonnes d’économies). Mais c’est sur la question du charbon que les ministres de l’Environnement, de l’Economie et celui de l’Energie étaient particulièrement attendus.

 

Pas de sortie officielle du charbon

 

Les opérateurs de centrales à charbon devront donc réduire leurs émissions de CO2 de 22 millions de tonnes. Ils pourront le faire soit en fermant des centrales devenues inefficaces et polluantes, soit en étalant les réductions sur plusieurs sites.

La déception est grande pour les organisations environnementales et chez les Verts, qui n’ont de cesse de réclamer une sortie du charbon par l’Allemagne. Pour Hubert Weiger, président de l’organisation BUND, la branche allemande des Amis de la Terre, le nouveau plan climat s’apparente à "un fromage suisse plein de trous et de vides". Pour son organisation, un grand nombre de possibilités ont été ignorées, comme la fin des privilèges financiers pour les industries électro-intensives. Surtout, "l’objectif de réduire de 22 millions de tonnes les émissions de CO2 des énergies fossiles aurait dû être multiplié par trois. Cet effort aurait été rendu possible grâce à une loi préparant la sortie du charbon. Cela n’a pas été fait, c’est décevant".

Claire Stam, à Francfort
© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Dont look up pop culture influence climat netflix

Mobilisation climatique : la pop culture plus efficace que le rapport du GIEC

Climat, limites planétaires, perte de biodiversité… Les rapports scientifiques se multiplient pour nous pousser à agir face à l’urgence écologique, mais peinent à toucher le grand public. Pour changer d’échelle, la culture populaire a un rôle à jouer. Dans une nouvelle étude, l’Ademe et Place to B...

Elisabeth borne Julien de rosa afp

Les ministres et haut-fonctionnaires vont être formés aux enjeux écologiques

Le gouvernement a entendu l’appel de la société civile. Alors qu’une pétition réclamait la formation des ministres aux enjeux environnementaux, la Première ministre Élisabeth Borne a approuvé leur demande. En plus des équipes ministérielles, 25 000 fonctionnaires cadres devraient être formés. Si...

Haut conseil pour le climat JULIEN DE ROSA AFP

Le Haut conseil pour le climat appelle à un "sursaut" de la France

C'est un appel à un "sursaut" qu'a lancé le Haut Conseil pour le climat dans un nouveau rapport publié le 29 juin. L'instance pointe un "risque majeur" de ne pas atteindre les objectifs climatiques renforcés pour 2030. Un message fort qui intervient au moment où la ministre de la Transition...

New normal meteoo

Réchauffement climatique : Météo France revoit à la hausse ses "normales" saisonnières

Paris prend les températures de Bordeaux, Strasbourg celles de Lyon... La mise à jour des normales de saison dessine une France plus chaude et plus sèche, particulièrement dans l'Est, et au printemps et en été. Sur la nouvelle période de référence 1990-2020, Météo-France a calculé une hausse des...