Publié le 04 mars 2009

ENVIRONNEMENT

Adapter les forêts aux changements climatiques

Les prévisions climatiques ont conduit la société forestière à anticiper les changements à l'horizon 2050. Premier gestionnaire privé en France, elle a d'ores et déjà fixé des mesures d'adaptation pour préserver la valeur écologique et économique de cette ressource.

119630_GF.jpg

« La forêt en 2100 ne ressemblera en rien à la forêt actuelle », explique d'emblée Laurent Piermont, président de la Société forestière de la Caisse des dépôts. Les écosystèmes forestiers et la syviculture sont en effet au cœur de la problématique climatique, même si , à court terme, l'augmentation des émissions de CO2 et des témpératures ont un effet positif sur la croissance des arbres... Mais il s'agit bien d'une « opportunité temporaire », souligne Laurent Piermont. A plus long terme, les prévisions du GIEC et de Météo France, dont s'inspirent les orientations de la société forestière sont bien plus alarmantes. Mortalité accrue, voire définitive, de certaines essences, stress hydrique des sols, perte de biodiversité... Si la nature peut toujours s'adapter, on ignore encore comment elle le fera. Or, les ressources forestières et les services qu'elles rendent sont indispensables. D'où la nécessité d'anticiper : « Malgré l'incertitude qui pèse sur les hypothèses climatiques, nous avons opté pour l'action précoce, et ne pas attendre que les prévisions se confirment, explique le président de la Société forestière. Nous ferons forcément des erreurs, mais d'une part nous aurons acquis de l'expérience, et de l'autre nous éviterons de payer le coût de l'inaction". Une stratégie qui a pour objectif de préserver la valeur écologique (captation du CO2, maintien de la biodiversité...), mais également économique, de la forêt. Outre les activités industrielles et commerciales qui en dépendent, la France est le premier producteur européen de bois énergie, et mise sur cette source renouvelable, qui représente aujourd'hui 50% de la production d'énergie renouvelable du pays.

Un marché rentable

La forêt représente plus d'un milliard d'euros d'actifs, gérés la société forestière. Pour les propriétaires, c'est un investissement rentable et défiscalisé -exonération d'ISF, réduction d'impôts sur le revenu-. Décorrélé des marchés financiers, « ce secteur ne connaît pas la crise, affirme Laurent Piermont. Et gérer durablement une forêt ne représente pas un coût excessif... Mais cela n'a pas non plus d'effet immédiat sur le marché », reconnaît-il.
A terme, en revanche, introduire de nouvelles espèces résistantes aux canicules, aux sécheresses et aux tempêtes est un choix judicieux si l'on en croit les scénarios du GIEC. Par ailleurs, la vitesse d'évolution du climat sera supérieure à la capacité d'adaptation des arbres, d'où la nécessité de déterminer des espèces qui, à la fois, acceptent le climat actuel et futur, tout en produisant le bois dont l'activité humaine a besoin... Plusieurs « nouveautés 2009 » vont être testées dans cette stratégie de transition : tilleul, châtaigner, pins maritimes, sapins de Turquie entre autres. Objectif : prévoir de nouveaux peuplements d'espèces qui pourront être récoltés après 2050.

Pour autant, aucune stratégie ne peut éviter les conséquences désastreuses des phénomènes extrêmes, à l'image des tempêtes de 1999 et de 2009. Les orientations prises par la société forestière (couper les arbres de 40 ans par exemple) ont certes pu « sauver » 150 000 m3 de bois mais 2 millions de m3 ont été perdus. D'où la nécessité de revoir, là aussi, le mode de sylviculture dans la région.

Véronique Smée
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Emissions CO2 Olivier Moal

[Science] La baisse des émissions, due au confinement mondial, n'aura aucun effet sur le climat

La chute sans précédent des émissions de gaz à effet de serre pendant les confinements ne servira à "rien" pour ralentir le réchauffement climatique, selon une étude vendredi, qui insiste sur la nécessité de s'éloigner durablement des énergies fossiles.

Et nos lendemains seront radieux couv bh

[Les livres du changement] "Et nos lendemains seront radieux"… Le grand soir écolo d’Hervé Bourhis

Peut-on sauver la planète le temps d’un orage ? C’est en tous cas le défi que se sont lancé deux conseillers politiques à la ville qui oeuvrent en réalité depuis leur plus tendre enfance pour imposer au pays une politique écologique radicale. Avec un trait simple mais efficace, l’auteur de bande...

Fuite de methane Antarctique 01

Une fuite active de méthane découverte en Antarctique alarme les scientifiques

Des scientifiques viennent de découvrir une fuite active de méthane dans la mer de Ross en Antarctique. Si cette fuite, active depuis 2011 selon les estimations, ne serait pas liée au changement climatique, ils craignent la multiplication de ces dernières avec la fonte des glaces alors que le...

Climatisation rechauffement climatique 1

Canicule : comment la climatisation aggrave le réchauffement climatique

Alors que l'Hexagone subit un deuxième pic de chaleur de l'été, de plus en plus de Français se dotent de climatiseurs. Ceux-ci participent pourtant au changement climatique en raison de l'énergie consommée et des fuites de fluides frigorigènes, gaz au fort pouvoir réchauffant. Les États ont un...