Neuf mois après la première édition à Paris du One Planet Summit, le sommet climat pour la finance durable,  les décideurs se retrouvent à New York en marge de l’Assemblée générale des Nations unies. L’objectif est de faire un point sur l’état d’avancement des engagements pris contre le réchauffement climatique dans la capitale française fin 2017. 

À San Francisco en Californie, les portes du Global Climate Action Summit viennent de se refermer entre espoirs d’atténuer le réchauffement climatique et crainte qu’il ne soit déjà trop tard. Cet événement réunissait la société civile. Désormais, c’est une séquence avec les décideurs qui débutent avec la deuxième édition du "One Planet Summit". Elle se tiendra le 26 septembre à New York afin de faire le point sur les engagements pris fin 2017 à Paris en faveur des financements climatiques. 
Cette "réunion de restitution", organisée en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies, rassemblera dirigeants politiques et économiques à l’invitation du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, du Président de la Banque mondiale Jim Yong Kim, de Michael Bloomberg ainsi que du Président français, Emmanuel Macron, initiateur du 1er rendez-vous, tenu à Paris en décembre.
Elle se veut "une étape clé pour rehausser l’ambition", "dans un effort constant pour encourager les dirigeants mondiaux" à agir contre le dérèglement climatique, expliquent les organisateurs dans un communiqué. "Nous soulignerons les progrès réalisés et mobiliserons davantage acteurs publics et privés", annoncent-ils.
De grandes annonces
Parmi les participants, le fondateur de Microsoft, Bill Gates, la directrice du FMI, Christine Lagarde, le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Mark Carney, le président de la Banque interaméricaine de développement, Luis Alberto Moreno, ou le PDG d’Unilever, Paul Polman. Sont aussi attendus le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis, la Première ministre de Norvège, Erna Solberg, ou le PDG du fonds public d’investissement d’Arabie saoudite, Yasir bin Othman Al-Rumayyan.
Le 1er Sommet avait été proposé par Emmanuel Macron après le retrait des Etats-Unis de l’Accord de Paris sur le climat. Il avait réuni une cinquantaine de chefs d’État et de gouvernement le 12 décembre 2017, date du 2e anniversaire de l’Accord. À cette occasion, de grandes annonces avaient été faites comme celle de la Banque de mondiale de renoncer au financement des énergies fossiles, la mise sous surveillance par des investisseurs des 100 plus grands pollueurs (initiative Climate 100+) ou encore l’investissement de 300 milliards de dollars pour la transition énergétique du French Business Climate Pledge.
"L’action climatique nécessite une réponse collective", estime Emmanuel Macron, cité dans le communiqué. "Nous traversons des temps difficiles mais des solutions existent partout sur la planète. Nous devons agir ensemble pour encourager l’innovation, stimuler les projets transformateurs, réunir les investissements publics et privés".
Une longue séquence climat
"Les secteurs public et privé doivent collaborer plus efficacement pour coordonner les réformes politiques qui favorisent l’investissement", ajoute Jim Yong Kim. Ce second One Planet Summit aura lieu de 14h à 16h30 à l’hôtel Plaza, en pleine "Climate Week NYC", une semaine d’événements consacrés à l’enjeu climatique.
Plusieurs évènements vont se succéder sur le même sujet jusqu’à la fin de l’année, allant de la remise d’un nouveau rapport du GIEC à Bahreïn le 8 octobre, au Positive Investors Forum le 6 novembre, le Climate Finance Day du 26 au 28 octobre ou la COP24 en Pologne du 2 au 14 décembre.
Ludovic Dupin @LudovicDupin avec AFP

Découvrir gratuitement l'univers Novethic
  • 2 newsletters hebdomadaires
  • Alertes quotidiennes
  • Etudes