Publié le 15 mai 2019

ENVIRONNEMENT

À cause du réchauffement climatique, l'Indonésie va déplacer sa capitale

Jakarta s'enfonce. La capitale de l'Indonésie qui subit déjà la surpopulation et les embouteillages, est la cible de catastrophes naturelles renforcées par le réchauffement climatique. D'où la volonté de son président de déplacer la capitale en dehors de l'île de Java. Mais les critiques fusent : mieux vaut résoudre le problème que de le déplacer.

En avril 2019, Jakarta a été confronté à de massives inondations.
©DasrilRoszandi/AFP

Va-t-il falloir réapprendre le nom des capitales du monde entier ? Joko Widodo, président de l’Indonésie, a annoncé vouloir transférer la capitale du pays, Jakarta, en dehors de l’île de Java. En cause, la surpopulation, les embouteillages monstres, les risques sismiques, mais surtout les tsunamis et les inondations qui se multiplient à cause du réchauffement climatique.

"Si nous examinons nos modèles, d’ici 2050, environ 95 % du nord de Jakarta sera submergé", estimait en août 2018 Heri Andreas, un expert de l’affaissement des terres dans une enquête de la BBC. Le quartier nord de Jakarta se serait déjà enfoncé de 2,5 mètres en dix ans. Dans certaines régions, les spécialistes notent un affaissement allant jusqu’à 25 cm par an. "C’est le double de la moyenne mondiale des mégalopoles côtières", souligne la BBC. Au total, 40 % de la surface de la ville se situe en dessous du niveau de la mer.

Si le réchauffement climatique aggrave la situation, l'affaissement est aussi provoqué par le développement urbain de la ville. "Le pompage des nappes phréatiques est sans précédent pour une ville de cette taille", atteste à Reuters Fook Chuan Eng, spécialiste à la Banque mondiale, "Les gens creusent de plus en plus profond, le sol s'effondre". 

La Malaisie et le Bélize ont déjà déplacé leur capitale

Ce n’est pas la première fois que le Président indonésien fait part de sa volonté de changement de capitale, sans avoir officiellement désigné l’heureuse élue. La presse locale évoque la ville de Palangkaray comme future cœur du pays. Mais les suggestions sont ouvertes. Sur son compte Instagram, Joko Widodo a invité les Indonésiens à choisir la ville qu’ils préféraient.

Cela a déjà eu lieu dans d'autres pays. En 1999, la Malaisie a ainsi déplacé sa capitale à Putrajaya, au détriment de Kuala Lumpur devenue irrespirable à cause de la pollution. En 1970, nous rappelle France Inter, c’est le Belize qui change de capitale pour s’installer à Belmopan, ville moins ciblée par des aléas climatiques que Belize City. L’ancienne capitale a en effet été ravagée par un ouragan en 1961.

Résoudre le problème plutôt que l'éviter

Mais ces changements ne font pas toujours l’unanimité. En Indonésie, la relocalisation de la capitale pourrait coûter jusqu’à 33 milliards de dollars et s’étendre sur dix années. "Vous ne résolvez pas un problème en le déplaçant", a déclaré au Guardian Elisa Sutanudjaja, directrice du Centre d'études urbaines de Rujak. "Jakarta est assez similaire à Tokyo dans les années 1960, avec ses affaissements de terres, ses inondations, ses catastrophes naturelles et son surpeuplement. Si vous voulez vraiment vous attaquer au problème, ils doivent le résoudre et non le déplacer."

L’adaptation au changement climatique est une donnée encore trop peu prise en compte par les villes. Selon une nouvelle étude de l’organisation CDP, seulement la moitié des 630 villes étudiées ont un plan climat adapté et 7 % une politique climatique ambitieuse. Paris fait figure de très bonne élève grâce à son objectif de neutralité carbone d’ici à 2050. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

IStock 1152368018 1 01

Pêche illégale, braconnage... session de rattrapage à l'ONU pour tenter de réguler la haute mer, le Far West des océans

Ce nouveau rendez-vous accouchera-t-il d'un traité ambitieux ? Braconnage, pêche illégale... la haute mer est aujourd'hui considérée comme une zone de non-droit alors qu'elle représente 64 % des océans. Les Etats membres de l'ONU vont tenter de réguler ces espaces de biodiversité. L'enjeu est de...

Montage photo ok

Paysages calcinés, lacs asséchés, animaux morts, fleuves taris… l’été caniculaire en 8 photos choc

Des vagues de chaleur s'abattent sur l’Hexagone depuis le début de l’été et mettent les écosystèmes à rude épreuve. Chaque nouvel épisode de sécheresse accable un peu plus la faune et la flore qui paient un lourd tribut de cet été historiquement chaud en métropole. Des photos déjà tristement...

Incendie feux secheresse THIBAUD MORITZ AFP

Landes, Gironde, Jura, Drôme... En France, les feux monstres nécessitent du renfort européen

Alors que 50 000 hectares de forêts sont déjà partis en fumée en France depuis le début de l'année, les feux monstres continuent de dévorer de nombreux territoires. En Gironde et dans les Landes, où les brasiers sont intenses, les pompiers doivent s'adapter à des conditions climatiques extrêmes....

Alexandre florentin MIE mega canicules paris 50 degres AF

Alexandre Florentin : "Soit on cuit, soit on fuit, soit on agit… j’ai décidé d’agir"

Imaginez Paris en 2026 sous une canicule de 50°C qui dure depuis plusieurs semaines. Cette fiction*, racontée sur Twitter depuis le 30 mai dernier, donne des frissons tant certains faits paraissent bel et bien réels. Il faut dire qu’elle a coïncidé avec deux canicules qui ont frappé coup sur coup la...