Publié le 26 juin 2019

ENVIRONNEMENT

153 milliards d’heures de travail perdues à cause de la canicule

La canicule qui touche la France cette semaine n'a pas que des conséquences sur notre santé. Elle affecte aussi notre productivité. Une étude publiée dans The Lancet a estimé qu'en 2017, année marquée par un été particulièrement chaud, 153 milliards d'heures de travail avaient été perdues à cause de la chaleur à travers le monde, majoritairement dans le secteur de l'agriculture.

Plus de 4 milliards de semaines de travail perdues en 2017 à cause de la canicule.
@DenisCharlet/AFP

Avec des températures qui dépassent les 40°C, notre cadence va forcément en prendre coup. Pauses à rallonge, fatigue, sueur… Difficile de fournir la même quantité de travail lorsque la canicule frappe. Pour preuve, en 2017 – année déjà marquée par un été parmi les plus chauds depuis 1900 – 153 milliards d’heures de travail ont été perdues en raison des vagues de chaleur dues au changement climatique, selon un rapport publié dans la revue médicale The Lancet.

Cela représente un peu plus de quatre milliards de semaines à 35 heures. Un chiffre en hausse de 60 % par rapport à l’année 2000. Le secteur le plus touché est celui de l’agriculture. Il cumule à lui seul 80 % des heures perdues, suivi par l’industrie (17,5 % des heures perdues) puis les services (2,5 %). Et sans surprise, ce sont les pays les plus pauvres qui sont davantage touchés tels que l’Inde, les pays d’Asie du sud-est, l’Afrique subsaharienne ou encore l'Amérique du Sud.

2 000 milliards de dollars par an

En 2016, une étude de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l’Organisation internationale du travail (OIT) avait calculé que la baisse de la productivité liée aux fortes chaleurs coûterait chaque année 2 000 milliards de dollars d’ici 2030. Pour certains secteurs comme l’agriculture ou l’industrie, la perte de productivité pourrait atteindre les 20 % entre 2050 et 2100.

Pour la région Asie et Pacifique, le Cambodge serait le pays le plus touché avec des pertes de productivité estimées à 5,1 % par heure de travail. En Afrique, le Burkina Fasso serait le plus frappé par ce phénomène avec des pertes potentielles de 4,1 %. Pour la France, la perte est évaluée à 0,01 % pour une hausse de 1,5°C, et 0,3 % pour une augmentation de 4°C.

Lors de la canicule de 2003, la croissance française avait été amputée de 0,1 à 0,2 point de PIB, soit entre 15 et 30 milliards d’euros. Mais celle-ci avait eu lieu la première quinzaine d’août, période réputée calme sur le plan économique. Le côté positif, c’est qu’au-delà de 25°C, chaque degré supplémentaire entraîne une hausse du volume des ventes de boissons de 5 à 7 %. Les ventilateurs et climatiseurs se vendent aussi comme des petits fours… Malgré leur impact négatif sur les îlots de chaleur et le réchauffement climatique.

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

IMG ours renne @Izabela Kulaszewicz

Réchauffement climatique : les images inédites d'un ours chassant un renne

C'est une scène inhabituelle. Pour la première fois, un ours polaire a été filmé en train de chasser et se nourrir d'un renne dans l'archipel du Svalbard, au nord de la Norvège. Un phénomène qui semble se multiplier à mesure que la banquise, terrain de chasse des ours, disparaît.

Cow Pixabay vaches

Le méthane devient (enfin) un sujet majeur de la lutte contre le changement climatique

Si la réduction du CO2 dans l'atmosphère occupe le devant de la scène, la lutte contre les émissions de méthane s'est progressivement imposée comme une mesure indispensable et prometteuse pour atteindre les objectifs de lutte contre le réchauffement climatique. Si la problématique émerge depuis...

Raffinerie Exxon Slagen Norvege 01

Les émissions mondiales du secteur pétrole et gaz sont largement sous-estimées, selon la coalition Climate Trace

Le secteur du pétrole et gaz aurait émis près d’un milliard de tonnes de CO2 de plus que celles reportées officiellement, selon un rapport de Climate Trace. Cette coalition d’ONG, d’entreprises de la tech et d’universités a développé une base de données sur les émissions des grands secteurs...

Neutralite carbone compensation credits carbone istock

COP26 : Le Pacte de Glasgow fixe enfin des règles pour les marchés carbone

À la COP26, les États sont enfin parvenus à un accord sur l'article 6 de l'Accord de Paris, régissant les marchés carbone. Ces derniers, en plein essor, n'étaient plus régulés depuis deux ans. Le texte négocié à Glasgow a permis d'exclure le risque de double-comptage, encore défendu ardemment par...