Publié le 30 août 2019

ENVIRONNEMENT

101 entreprises françaises s'engagent à investir 73 milliards d'euros pour le climat

101 entreprises françaises se sont engagées lors de la rencontre des entrepreneurs de France du Medef à investir au total 73 milliards d'euros dans les énergies renouvelables, les technologies bas carbone et les pratiques agricoles durables pour la période allant de 2020 à 2023. Une initiative qui enrichit celle prise il y a deux ans lors du One Planet Summit et regroupe aujourd’hui 101 entreprises française.

French climate pledge medef
101 entreprises ont signé le French Climate Pledge, un engagement à investir davantage pour le climat, à la rencontre des entrepreneurs de France
@Medef

101 entreprises représentant plus de 1 650 milliards d'euros de chiffre d'affaires et 6 millions d'emplois dans le monde ont réaffirmé jeudi 29 août "la nécessité de changer collectivement de cap en accélérant l'innovation et la recherche-développement à travers leurs investissements dans des solutions bas carbone, afin d'engager une baisse drastique des émissions de gaz à effet de serre de la planète". Ces engagements pour le climat ont été pris en marge de la Rencontre des entrepreneurs de France (REF), le nouveau format de l'université d'été de l'organisation patronale.

Des investissements plus importants que prévus depuis deux ans

En décembre 2017, 91 entreprises avaient déjà pris des objectifs de réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre en signant le French Business Climate Pledge (engagement des entreprises françaises pour le climat). Ils ont été dépassés en deux ans, d'après le Medef. Leurs investissements verts ont ainsi atteint 68 milliards d'euros en 2017 et 2018, alors que l'objectif initial était d'atteindre 60 milliards sur la période courant jusqu'en 2020. Cette année, l’initiative a été ralliée par 22 nouvelles entreprises, dont Capgemini, Casino, Europcar, Safran et Vivendi, mais 14 autres qui avaient signé des engagements en 2017 n'ont pas souhaité les renouveler cette année, dont Elior, Essilor ou encore la SNCF, selon un communiqué du Medef.

Huit nouveaux milliards dans le déploiement et la R&D des énergies renouvelables, l’efficacité énergétique, le déploiement d’autres technologies bas carbone, et des pratiques agricoles durables. A cela s’ajoutent des investissements à hauteur de 10 milliards d’euros dans le nucléaire en développement et des investissements à hauteur de 18 milliards d’euros dans le gaz naturel comme énergie de transition, prévus sur la même période.

Des opportunités business

Pour Sophie Le Pennec, directrice RSE de Thales, l’entreprise "n’a pas attendu l’initiative pour investir, que ce soit dans la réduction de son empreinte carbone, l’éco-conception de produits ou la création d’outils destinés à améliorer l’empreinte de leurs clients industriels". Mais ces dernière années, l’entreprise s’est rendu compte « du cercle vertueux de la démarche, notamment en termes d’opportunités business ».

La directrice générale d'Engie Isabelle Kocher, après avoir insisté sur le redressement opéré par son groupe grâce au tournant pris vers les énergies bas carbone, a constaté que la planète n'était "pas du tout" sur une trajectoire de limitation à deux degrés du réchauffement climatique à la fin du siècle. Mais "il n'y a pas la place pour une augmentation de prix de l'énergie aujourd'hui", notamment pour des raisons de pouvoir d'achat comme l'a montré en France la crise des "gilets jaunes", a-t-elle regretté.

"Le marché a longtemps ignoré les atteintes à l'environnement", a reconnu la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne. Mais dorénavant, "opposer transition écologique et efficacité économique serait stérile et contre-productif".

Béatrice Héraud avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Cow Pixabay vaches

Le méthane devient (enfin) un sujet majeur de la lutte contre le changement climatique

Si la réduction du CO2 dans l'atmosphère occupe le devant de la scène, la lutte contre les émissions de méthane s'est progressivement imposée comme une mesure indispensable et prometteuse pour atteindre les objectifs de lutte contre le réchauffement climatique. Si la problématique émerge depuis...

Raffinerie Exxon Slagen Norvege 01

Les émissions mondiales du secteur pétrole et gaz sont largement sous-estimées, selon la coalition Climate Trace

Le secteur du pétrole et gaz aurait émis près d’un milliard de tonnes de CO2 de plus que celles reportées officiellement, selon un rapport de Climate Trace. Cette coalition d’ONG, d’entreprises de la tech et d’universités a développé une base de données sur les émissions des grands secteurs...

Neutralite carbone compensation credits carbone istock

COP26 : Le Pacte de Glasgow fixe enfin des règles pour les marchés carbone

À la COP26, les États sont enfin parvenus à un accord sur l'article 6 de l'Accord de Paris, régissant les marchés carbone. Ces derniers, en plein essor, n'étaient plus régulés depuis deux ans. Le texte négocié à Glasgow a permis d'exclure le risque de double-comptage, encore défendu ardemment par...

Mesures fiscales cco 01

Un impôt sur la fortune climatique : l'idée fait son chemin avant les présidentielles

Des termes différents, ISF Climat, ISF climatique ou ISF grand pollueur, recouvrent une même idée : celle d'une taxe verte sur les ménages les plus fortunés. Un projet imaginé par Greenpeace, repris par de multiples candidats de gauche avant l'élection présidentielle. Mais est-ce vraiment la...