Publié le 04 août 2020

ENVIRONNEMENT

[Vive la biodiversité] La nature, source d’une alimentation de qualité

La nature est à la base de notre alimentation. Plus celle-ci est variée et plus elle permet de résilience à la fois pour la santé mais aussi pour la pérennité du système alimentaire et agricole dans son ensemble. Or, face à l'uniformisation de notre alimentation et l'intensification de nos modèles agricoles, la diversité végétale dans les champs cultivés se réduit considérablement. Toute la semaine Novethic se penche sur les bienfaits d’une biodiversité pourtant en déclin et qu’il est vital de préserver. 

Biodiversite alimentation iStock marilyna
Plus notre alimentation est variée et plus elle permet de résilience à la fois pour la santé mais aussi pour la pérennité du système alimentaire et agricole dans son ensemble.
@marilyna

Marre du riz et du poulet ? Pas étonnant, ces deux ingrédients constituent le top 15 de l’alimentation mondiale. Aujourd’hui, selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), 75% de la nourriture dans le monde provient de douze plantes et de cinq espèces animales. Et alors même qu’il existe entre 250 000 et 300 000 espèces de plantes, seulement 150 à 200 espèces sont utilisées pour l’alimentation humaine selon le GCRAI (Groupe Consultatif pour la Recherche Agricole Internationale).

Depuis 1900, 75% de la diversité génétique des plantes agricoles a été perdue. En Asie, le nombre de types de riz cultivés a rapidement diminué, passant de milliers à une douzaine. Même tendance aux États-Unis, qui ont perdu 80% de leurs variétés de chou, de pois et de tomate au cours du XXe siècle. Une uniformisation générée par l’agriculture intensive qui valorise les espèces à haut rendement. Or, la diversité génétique des plantes cultivées est essentielle pour le bon fonctionnement des écosystèmes et pour entretenir la résistance aux ravageurs, aux maladies ou aux aléas naturels comme la sécheresse…Une diversité garante de notre sécurité alimentaire déjà fragile, rappelle la FAO. Et pour nos papilles, atout loin d’être négligeable, la diversité des cultures permet aussi de multiplier les saveurs !

C’est ainsi que le mouvement alternatif Slow food, né dans les années 80 en réaction à la diffusion de la fast et junk food (alimentation rapide et "malbouffe"), a mis la défense des aliments en danger au cœur de son action. L’"Arche du Goût" qu’il a monté pour les recenser, répertorie aujourd’hui plus de 5 000 aliments en voie d’extinction, dans plus de 150 pays. Des aliments que Slow Food essaye de promouvoir via son réseau de distributeurs et de restaurateurs mais aussi en éduquant et en incitant les consommateurs à diversifier leur alimentation notamment par le biais de programmes pédagogiques dans les écoles et cantines.

Une mobilisation autour des semences paysannes

Des associations agissent, elles, directement sur les semences, comme Kokopelli qui conserve près de 2 200 variétés de semences libres et reproductibles pour les diffuser à des jardiniers amateurs ou de pays en développement.  Carrefour a aussi créé la surprise en 2017 avec une nouvelle offre de fruits et de légumes issus des semences paysannes (1) agrémenté d’une campagne presque politique pour la défense de ces graines "interdites". Non intégrées au catalogue officiel des semences, celles-ci sont en effet interdites à la commercialisation pour les professionnels. Elles sont donc de plus en plus rares, tant les semences hybrides, (c’est à dire sélectionnées, croisées et standardisées) des géants de l'agrochimie -Bayer, Syngenta et Corteva, exercent un monopole.

Le 11 juin 2020, la France a cependant adopté une loi permettant enfin de vendre officiellement des semences paysannes aux jardiniers amateurs. Un "grand pas pour la biodiversité," selon l’actuelle ministre de l’Ecologie, Barbara Pompili mais qui contrevient à la politique européenne, a rappelé la Commission. Cette dernière estime que la commercialisation des semences doit être soumise aux directives européennes.

Béatrice Héraud, @beatriceheraud 

(1) Les semences paysannes sont prélevées dans la récolte des agriculteurs en vue d'un semis ultérieur. Contrairement aux semences de ferme, elles ne sont pas préalablement issues de semences certifiées achetées à un semencier. 


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

Seaspiracy

"Seaspiracy", le documentaire à voir sur les insoutenables dessous de la pêche

Surpêche, mythe de la "pêche durable", recours à l’esclavagisme… En une heure et demie, le documentaire Seaspiracy, accessible sur la plateforme de streaming Netflix depuis fin mars, plonge le spectateur dans les secrets les plus sombres et dissimulés de la pêche industrielle. Le réalisateur l'admet...

Animal ville dain HamieHall

Ce que l’Homme a fabriqué pèse désormais plus lourd que tout le vivant sur Terre

L’espèce humaine, qui représente une toute petite partie du vivant, a désormais laissé une trace indélébile sur sa planète, inscrite dans sa lithosphère et son atmosphère. Si la notion est difficile à se représenter, l’étude d’une équipe de l’Institut Weizmann y aide. Ceux-ci ont calculé que la...

Lake balkhash nasa

Surexploité, le lac Balkhach pourrait subir le même sort que la mer d’Aral

Le lac Balkhach, situé au Kazakhstan, va-t-il s'éteindre comme la mer d'Aral ? C'est que ce craignent plusieurs experts alors que ce lac, un des plus grands d'Asie, ne cesse de s'assécher. En cause, un pompage excessif de la Chine sur une rivière en amont du lac. Pekin irrigue ainsi en masse ses...

IStock fond marin GoranStimac

La pêche au chalut libère autant de CO2 que l'ensemble du secteur aérien

Les sédiments marins sont des réservoirs de carbone. Or, la pêche au chalut, qui racle le fond des océans, libère dans les eaux du monde entier des tonnes de CO2 jusqu'alors stockés. Une étude publiée mi-mars dans la revue Nature en a révélé l'ampleur : la pêche au chalut rejette autant, voire plus...