Publié le 04 avril 2020

ENVIRONNEMENT

[Science] La vie marine peut être restaurée d’ici 2050 si la pression sur les écosystèmes se réduit

La nature est résiliente si on lui en laisse le temps. Selon une étude publiée dans la revue Nature cette semaine, la vie marine pourrait être restaurée en l'espace d'une génération seulement. Pour cela, les pressions humaines doivent être réduites. Il faut notamment accélérer dans la lutte contre le changement climatique.

La reconstitution de la vie marine ne sera possible qu’avec la mise en œuvre de l’Accord de Paris.
@CC0

La vie marine, les populations, les habitats et les écosystèmes, peuvent être restaurés en seulement une génération. Cette excellente nouvelle a été publiée dans la très sérieuse revue Nature cette semaine. Selon les scientifiques qui ont abouti à cette conclusion, il faut pour cela que les pressions humaines, y compris celles liées au changement climatique, soient atténuées d’ici 2050.

"L’océan est gravement menacé par les activités humaines mais nous démontrons qu’il fait preuve d’une surprenante résilience lorsque les bonnes solutions sont mises en œuvre. Nous avons le choix de transmettre aux générations futures soit un océan fonctionnel plein de vie et de ressources, soit un océan irrémédiablement dysfonctionnel" explique Jean-Pierre Gattuso, directeur de recherche au CNRS et à Sorbonne Université, chercheur associé à l’Iddri et coauteur de cette étude.

Un retour sur investissement multiplié par 10

Les chercheurs estiment ainsi qu'entre 50 et 90 % de la vie marine pourraient être restaurés en l'espace de trente ans moyennant une série d’interventions telles que la protection des espèces, la pêche responsable, la restauration des habitats, la réduction de la pollution et l’atténuation du changement climatique. Les auteurs insistent sur le fait que la reconstitution de la vie marine ne sera possible qu’avec la mise en œuvre de l’Accord de Paris qui vise la neutralité carbone d’ici 2050 et un maintien du réchauffement global sous la barre des 2°C d’ici 2100.

Or, sous l’effet du changement climatique, les océans deviennent à la fois plus chauds, plus acides, plus salés et moins riches en oxygène. Leur rôle d’absorbeur carbonique s’en trouve de plus en plus affecté, limitant leur action bénéfique et aggravant encore le bilan carbone mondial. La capacité du puits de carbone de l'océan austral est par exemple dix fois inférieure aux précédentes estimations. Depuis 1993, le réchauffement des océans a plus que doublé et leur concentration en oxygène a baissé de 2 % en 50 ans, avec des effets dévastateurs sur les écosystèmes marins.

Préserver la vie océanique a également un intérêt économique. Les chercheurs estiment que pour chaque dollar investi, le retour est dix fois supérieur, en termes de pêche, d’écotourisme, de protection des rivages et de prévention des inondations. Dans son rapport "Global Futures", publié en février, le WWF a calculé que le coût économique du déclin de la nature était de 479 milliards de dollars par an jusqu’en 2050, dont 327 milliards de dollars proviennent de la dégradation des zones côtières, due aux événements extrêmes et à l'élévation du niveau de la mer. Cela reviendrait à effacer les PIB cumulés du Royaume-Uni, de la France, de l'Inde et du Brésil.  

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

IStock @ratpack223 exploitation minière abysse océan fonds marin

Exploitation minière : la ruée dangereuse vers le trésor des abysses

Les grands fonds marins, riches en minerais nécessaires à la transition énergétique, sont des espaces de plus en plus convoités. Fin juin, l'île de Nauru, au coeur du Pacifique, a notifié à l'ONU sa volonté de débuter l'exploitation de ces ressources. Alors qu'aucune réglementation n'existe...

Heart Pixabay @Alicia3690 grande barrière de corail Australie

La Grande barrière de corail, Venise, Budapest... menacées d'être déclassées par l'Unesco

La Liste du patrimoine mondial de l’Unesco est emblématique. Mais les sites qui y sont classés pour leurs qualités culturelle ou naturelle exceptionnelles sont reconsidérés chaque année. Tourisme de masse à Venise, blanchiments des coraux, démolitions à Budapest... plusieurs sites emblématiques...

Biodiversite nature renard Xeppo

Malgré le report de la COP15 Biodiversité, l’ONU dévoile son projet d’accord mondial pour sauver les écosystèmes

L’ONU a dévoilé de grands objectifs sur lesquels les États doivent s’entendre pour essayer de ralentir l’effondrement en cours de la biodiversité. Un enjeu existentiel qui passe par la réduction des déchets, une maîtrise des pesticides rejetés dans la nature ou encore la protection de vastes aires...

IStock @jokuephotography

[Bonne nouvelle] La pêche électrique officiellement interdite dans toutes les eaux de l’Union européenne

Fin de partie pour la pêche électrique. Ce 1er juillet, elle a été officiellement interdite dans toutes les eaux en Europe. Si elle est prohibée depuis 1998 dans la zone, l'UE avait jusqu'alors accordé des dérogations aux Pays-Bas face à la pression des pêcheurs néerlandais, défenseurs de cette...