Publié le 04 mai 2019

ENVIRONNEMENT

[Science] 200 000 populations virales identifiées au cœur des écosystèmes océaniques

De nouveaux travaux portent de 16 000 à 200 000 le nombre de populations virales abritées dans les océans, et notamment dans l’Arctique, "berceau" méconnu de cette biodiversité. Or, ces virus jouent un rôle indirect dans les mécanismes de captage du CO2 au fond de l'océan. Avec le réchauffement climatique en cours, qui affecte déjà les pôles, les virus pourraient perturber le fonctionnement des pompes à carbone que constituent les planctons et aggraver encore plus la situation.

Jusqu'alors, les chercheurs ignoraient que l'océan Arctique abritait autant de virus, or la zone est déjà frappée par le changement climatique.
@CC0

Leur nombre est douze fois plus important qu'estimé jusqu'alors. Selon de nouveaux travaux, dirigés par des chercheurs de l’université de l’État d’Ohio et publiés dans le magazine Cell le 16 mai prochain, le nombre de populations virales présentes dans les océans est porté de 16 000 à 200 000. Étonnant également : cette diversité virale a été mesurée jusque dans l’océan Arctique.

Les précédentes études avaient conclu que la plus haute diversité se situait au niveau des tropiques, et qu’elle diminuait à mesure que l’on se déplace vers les pôles. L’océan Arctique se révèle en fait être "un berceau méconnu de la biodiversité virale" précisent les auteurs dans un communiqué. "Ces résultats soulignent l’importance des régions arctiques, fortement impactées par le changement climatique, pour la biodiversité mondiale."

Accélérer le changement climatique

Ces virus ont en effet des impacts sur l’ensemble des organismes du plancton marin (bactéries, animaux...). Ils jouent notamment un rôle dans le transport du carbone depuis la surface vers les fonds marins. Avec le changement climatique en cours, ils peuvent changer la structure de ces "pompes biologiques" et influencer la capacité de l’océan à séquestrer le carbone de l’atmosphère. Et donc accélérer ce même changement climatique.

"Ces travaux seront un référentiel pour comprendre le rôle des virus dans les réactions de l’écosystème océan sous la pression du changement climatique", précisent les chercheurs. Ces nouvelles conclusions proviennent essentiellement des données de l’expédition Tara Oceans (2009-2013) qui a permis de récolter et d’analyser en profondeur 35 000 échantillons de plancton marin à travers le monde entier.

Concepcion Alvarez, @conce1 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

[Bonne nouvelle] Les terres et mers australes françaises inscrites au patrimoine mondial de l'Unesco

Situées à plus de 2 000 kilomètres de tout continent, les Terres et mers australes françaises, dans le sud de l'océan Indien, viennent d’être classées au patrimoine mondial par l'Unesco. De quoi garantir des activités durables sur l’ensemble de cette vaste zone, selon le gouvernement.

Une nouvelle coalition internationale appelle à un New Deal ambitieux sur la biodiversité

En 2020, la COP15 de la Biodiversité qui aura lieu à Pékin pourrait donner lieu à un accord comparable à celui de Paris sur le climat. Pour s’y préparer, plusieurs grandes fédérations d’entreprises viennent de s’allier avec des ONG et think-tank environnementaux au sein d’une coalition appelée...

[Science] Les chimpanzés ne survivent plus que dans des "ghettos forestiers"

Sous la pression de l'urbanisation et de la chasse, les chimpanzés ne survivent plus que dans des ilôts de nature de plus en plus petits, se sont alarmés des primatologues spécialistes de ce plus proche parent des humains.

Comme la planète, la biodiversité a une limite... qui est déjà franchie

Il y a une limite à ne pas franchir pour le climat, et on la connaît. Le seuil fatidique a été fixé à +1,5°C par l'Accord de Paris. C'est cette limite qui permet aux entreprises, investisseurs, Etats d'agir. Or, sur la biodiversité, le seuil n'est pas encore bien défini ralentissant la mise en place...