Publié le 16 février 2019

ENVIRONNEMENT

[Science] D’ici cent ans, les insectes pourraient avoir disparu... un vrai signe de la fin du monde

Si rien ne change, d'ici cinquante ans, la moitié des insectes seront morts, et d'ici cent ans, il n'y en aura plus. Voilà la principale conclusion d'une étude publiée dans la revue Biological Conservation fin janvier. Une extinction massive qui mènera à l'effondrement des écosystèmes naturels et aura un impact sur la totalité de la chaîne alimentaire. 

À cause notamment de l'agriculture intensive, la totalité des insectes pourraient avoir disparu à la fin du siècle.
©CC0

C’est une véritable hécatombe. Selon une étude publiée dans la revue scientifique Biological Conservation, près de la moitié des espèces d'insectes, essentiels aux écosystèmes comme aux économies, sont en déclin rapide dans le monde entier. Les chercheurs évoquent même un "effondrement catastrophique" des milieux naturels.

"C’est très rapide. Dans dix ans, il y aura un quart d’insectes de moins, dans cinquante ans, plus que la moitié, et dans cent ans, il n’y en aura plus", alerte dans les colonnes du Guardian Francisco Sanchez-Bayo, de l’université de Sydney. Ce déclin équivaut "au plus massif épisode d'extinction" depuis la disparition des dinosaures, notent les chercheurs.

L'agriculture intensive coupable

"La conclusion est claire : à moins que nous ne changions nos façons de produire nos aliments, les insectes auront pris le chemin de l'extinction en quelques décennies", soulignent les auteurs de ce bilan "effrayant", synthèse de 73 études, qui pointe en particulier le rôle de l'agriculture intensive.

"La proportion d'espèces d'insectes en déclin (41 %) est deux fois plus élevée que celle des vertébrés et le rythme d'extinction des espèces locales (10 %) huit fois plus," soulignent-ils. Quand on parle de perte de biodiversité, le sort des grands animaux capte souvent l'attention.

Or les insectes sont "d'une importance vitale pour les écosystèmes planétaires": "un tel événement ne peut pas être ignoré et devrait pousser à agir pour éviter un effondrement qui serait catastrophique des écosystèmes naturels", insistent les scientifiques dans leurs conclusions.

Des conséquences sur toute la chaîne alimentaire

À l’origine de la perte des insectes, les chercheurs australiens désignent le bouleversement de leur habitat et le recours aux pesticides de synthèse, au cœur de l'intensification de l'agriculture dans le monde ces soixante dernières années. 

L’impact des pesticides sur les abeilles par exemple, a de nombreuses fois été pointé du doigt. Chaque année, en France, 30 % des colonies d’abeilles disparaissent contre 5 % il y a 20 ans. Un déclin notamment dû aux néonicotinoïdes, ces pesticides qui s’attaquent au système nerveux des insectes. Cette surmortalité a des conséquences dans toute la chaîne alimentaire, notamment sur les oiseaux. Plusieurs études ont ainsi montré le déclin vertigineux des oiseaux de campagnes en France en 2018. Un tiers des oiseaux de campagne ont ainsi disparu en quinze ans. 

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

[Science] La vie marine peut être restaurée d’ici 2050 si la pression sur les écosystèmes se réduit

La nature est résiliente si on lui en laisse le temps. Selon une étude publiée dans la revue Nature cette semaine, la vie marine pourrait être restaurée en l'espace d'une génération seulement. Pour cela, les pressions humaines doivent être réduites. Il faut notamment accélérer dans la lutte contre...

Animaux sauvages villes cerfs japon AFP

Singes, cerfs, dindes... Avec le Coronavirus, les animaux sauvages s'aventurent en villes

Des hordes de singes dans une ville en Thaïlande, des cerfs en plein coeur d'une ville japonaise, des bandes de dindes sauvages en Californie... Face au Coronavirus, de multiples animaux sauvages, habitués à être nourris par les touristes, envahissent les villes en quête de nourriture. D'autres...

Madagascar reforestation

[Certifié sans Coronavirus] Madagascar fête son indépendance en plantant 60 millions d’arbres

Le 26 juin 2020, Madagascar fêtera ses 60 ans d'indépendance. Pour l'occasion, le président Andry Rajoelina a lancé un gigantesque plan de reforestation. Il espère qu'à cette date, 60 millions d'arbres seront plantés. Un défi de taille pour cette île qui a perdu 44 % de ses forêts naturelles depuis...

Coronavirus venise pollution Massimo Bertolini NurPhoto

Sans bateaux ni touristes, les eaux de Venise retrouvent leur clarté

Alors que l'Italie est confinée depuis le 8 mars dernier, l'absence de touristes et de bateaux de croisière à Venise se fait sentir. Les eaux de la Cité des Doges ont retrouvé leur transparence et les habitants ont remarqué des bancs de poissons dans certaines zones. Il y aura un avant et un après...