Publié le 17 juillet 2014

ENVIRONNEMENT

Rosneft et ExxonMobil menacent le berceau des ours polaires en Russie

L’or noir de l’Arctique vaut-il de mettre en danger la pouponnière des ours blancs ? L’Etat russe a accordé en catimini des licences d’exploitation à Rosneft et ExxonMobil qui empiètent sur la "zone tampon" de l’île Wrangel, classée au patrimoine mondial. Sans en informer l’Unesco. L’enjeu est de taille : il s’y trouverait une partie des 90 milliards de tonnes de pétrole de l’Arctique.

Ours polaire menace Siberie Rosneft Exxon Mobil Greenpeace2
Ours polaire
© Greepeace

C’est l’une des trois plus importantes "maternités" du monde pour les ours polaires. Au nord de la Sibérie, sur l’île Wrangel, des centaines de bébés ours naissent chaque année dans ce qui restait jusqu’alors un sanctuaire. Protégée par son statut de réserve naturelle et de patrimoine mondial de l’Unesco (l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture), cette zone est aujourd’hui menacée par la course au pétrole. Depuis l’an dernier, Rosneft et ExxonMobil ont l’autorisation d’y exploiter des hydrocarbures.

"L’octroi de ces licences par l’Etat russe est une violation flagrante de la loi", s’indigne Mikhaïl Kreindlin, expert zones protégées de Greenpeace Russie. L’ONG (organisation non gouvernementale), alliée à l’antenne russe de WWF, a demandé des comptes au ministère des Ressources naturelles et de l’Environnement, qui a reconnu cette irrégularité, il y a un an. Il devait enclencher les procédures pour modifier les frontières des licences. "Mais depuis, rien n’a changé", déplore le militant.

 

L’Unesco ignorée

 

Les géants pétroliers continuent d’avancer leurs pions dans l’Arctique russe : en mer des Tchouktches où se situe l’île, en mer de Laptev et dans la mer de Kara, où des études sismiques débuteront en août. S’ils découvrent des gisements, promis, ils investiront massivement, pour en trouver davantage. C’est ce qu’a annoncé Glenn Waller, le dirigeant d’ExxonMobil Russie, le 27 juin dernier.

Les deux plus gros groupes pétroliers de la planète déclarent ne pas vouloir s’attaquer à la pouponnière d’ours, bien qu’ils y soient autorisés : "Les plans d’exploration sont encore en cours d’élaboration, Rosneft et ExxonMobil respecteront les frontières du parc ainsi que la zone de protection spéciale qui s’étend à 24 miles autour de l’île", garantissent d’une seule voix leurs porte-parole.

Pour les ONG, cela ne suffit pas. "Le gouvernement russe a pris la décision d’inclure la zone dans la licence sans en informer l’Unesco, ce qui viole aussi les règles de la Convention du patrimoine mondial", insiste Mikhaïl Kreindlin. Non averti, le Comité de l’Unesco n’a pas abordé cette question lors de sa 38e session, fin juin. Mais "si nous recevons une documentation d’un tiers sur le sujet, nous écrirons à l’Etat partie afin d’obtenir des explications", explique diplomatiquement Guy Debonnet, expert nature du comité.

C’est bien ce que compte faire Greenpeace lors de la prochaine session, dans un an. Ce sera ensuite au Comité de décider si le projet est susceptible de menacer la valeur universelle exceptionnelle du site.

 

Une "zone de protection" menacée

 

Dotée d’un écosystème unique, l’île Wrangel jouit du plus haut niveau de biodiversité dans le Haut-Arctique. Y vivent ou séjournent plus d’une centaine d’espèces d’oiseaux, dont l'oie des neiges ou le faucon pèlerin  – en danger d’extinction –, la plus vaste population de morses du Pacifique, des baleines grises ou encore 417 variétés de plantes vasculaires.

Un accident pétrolier aux abords de ce sanctuaire engendrerait une catastrophe écologique. Aucune technologie, à ce jour, n’est suffisamment efficace pour extraire du pétrole sans danger dans les conditions polaires, rappellent les ONG. Et les fuites sont très difficiles à détecter dans les eaux glacées.

Impossible de mesurer l’implication écologique de Rosneft et ExxonMobil. Les ONG n’ont eu accès ni à leur étude d’impact environnemental ni à leur plan d’intervention en cas de déversement. Pour obtenir des détails, WWF Russie a tenté de s’enregistrer en tant qu’expert environnemental indépendant sur le projet des compagnies, comme l’autorise la loi russe. "Aussi bien à Moscou qu’au Tchoukotka, les autorités nous ont dénié ce droit sans raison valable, estime Alexeï Knijnikov. Un procureur nous a confirmé qu’il s’agissait bien d’un refus illégal." L’association compte donc renouveler sa tentative. Avant qu’il ne soit trop tard.

Les sanctions économiques américaines qui touchent depuis le 16 juillet le groupe Rosneft interdit désormais aux entreprises US de mener des transactions avec des compagnies visées par ce type de mesure. Une interdiction qui ne devrait cependant pas remettre en cause la mise en oeuvre des projets actuels de Rosneft avec ExxonMobbil, comme l'affirme Igor Setchine, le PDG de l'entreprise.

Jeanne Cavelier, correspondante en Russie
© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Armes chimiques: la Russie dans les eaux troubles de la Crimée

Alors que la situation ne cesse de s’envenimer entre La Russie et l’Ukraine, le sort de la Crimée ne fait aujourd’hui plus débat. En annexant cette province russophone, Moscou a hérité de ses munitions et barils d’armes chimiques. Des produits hautement toxiques jetés dans la mer Noire et...

La Russie, zone d’exclusion pour les investisseurs responsables

Malgré un récent accord diplomatique pour une résolution de crise en Ukraine,  les menaces militaires de Vladimir Poutine contre Kiev donnent corps aux projets de sanctions économiques contre la Russie. Rejoindra- t-elle les pays sur liste noire comme l’Iran ou, en son temps, l’Afrique du...

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

Visuel podcast SITE Cabanes

Podcast #LesEngagés : "J'ai l'impression d'avoir semé des petites graines qui ont germé", Valérie Cabanes

Pour le dernier épisode de la saison, #LesEngagés, le podcast de la rédaction de Novethic, a rencontré Valérie Cabanes. La juriste internationale, impliquée dans la défense des peuples autochtones et la reconnaissance des droits de la nature annonce se replier et passer la main à une jeunesse très...

Jaguar grand mammifere unsplash

La réintroduction de vingt grands mammifères pourrait sauver la biodiversité

Lynx, jaguars, hippopotames, loups… Les grands mammifères sont des exemples emblématiques de l’extinction du vivant. Mais ils sont aussi la clé de l’équilibre des écosystèmes. Selon une récente étude, leur réintroduction pourrait accroître la biodiversité sur près d’un quart des terres de la...

Secheresse kenya Khadija FarahOxfamfevrier 2022

Sécheresse, dégradation des terres, famine... L'infographie qui montre à quel point la planète va mal

Alors que la COP15 Désertification se tient jusqu'au vendredi 20 mai à Abidjan, en Côte d'Ivoire, plusieurs rapports ont été publiés sur l'état très inquiétant de la planète. Le plus récent, publié par Oxfam ce mercredi 18 mai, estime que la faim fait une victime toutes les 48 secondes en Afrique de...

Oiseaux tombes du ciel desyhdrates chaleur inde SAM PANTHAKY AFP

En Inde, des oiseaux tombent du ciel sous l'effet de la chaleur extrême

Avec des températures frôlant les 50°C depuis plus de deux mois, la chaleur extrême qui s'abat sur l'Inde ne pèse pas que sur les humains. Des milliers d'oiseaux tombent littéralement du ciel, épuisés et déshydratés. Aucun répit n'est attendu avant le mois de juillet. Le pays pourrait devenir...