Publié le 05 juin 2021

ENVIRONNEMENT

Journée de l'environnement : il faut tripler les financements pour la nature d'ici 2030 pour éviter l'effondrement des écosystèmes

À l'occasion de la Journée de l'environnement, ce 5 juin, l'ONU lance la Décennie pour la restauration des écosystèmes. Un objectif qui demande des moyens. Quelques jours auparavant, un rapport du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) alertait l'insuffisance des financements destinés aux solutions fondées sur la nature. Les investissements devraient tripler d'ici 2030, et les auteurs appellent le secteur privé à multiplier les efforts, alors que plus de 80 % des financements sont actuellement issus du secteur public.

IStock @okugawa
8100 milliards de dollars sont nécessaires d'ici 2050 pour protéger les écosystèmes.
okugawa / Istock

Depuis le début de la civilisation, le monde a perdu la moitié de ses forêts et de ses récifs coralliens, 70 % de ses zones humides et endigué les deux tiers des principaux fleuves du monde. Pour la journée de l’environnement le 5 juin, l’ONU lance la Décennie pour la restauration des écosystèmes. Mais en matière de financement, le monde est à la traîne. À tel point que le 27 mai, les Nations-Unies tiraient la sonnette d'alarme : les investissements sont aujourd’hui insuffisants pour atteindre les objectifs de lutte contre le réchauffement climatique, la dégradation des sols, et la protection de la biodiversité. Le financement de solutions fondées sur la nature, comme l'agriculture régénérative, la préservation et la restauration des forêts, des mangroves ou des tourbières, devraient au moins tripler d’ici 2030 et quadrupler d’ici 2050, selon l'étude produite par le PNUE, le Forum économique mondial et l'initiative "Économie de la dégradation des terres". 

Cette accélération équivaut à investissement annuel de 536 milliards de dollars par an jusqu'à 2050 - soit l'équivalent du montant du plan d'aide des États-Unis aux PME dans le cadre de la pandémie - contre 133 milliards aujourd'hui. Une somme minimum pour permettre de préserver la sécurité alimentaire et l'accès à l'eau potable. "Le rapport est un signal d'alarme pour les gouvernements, les institutions financières et les entreprises", alerte la directrice exécutive du PNUE, Inger Andersen. La préservation et la conservation de la nature ne représentent actuellement que 2,5 % des dépenses des plans de relance post Covid-19, selon un précédent rapport du PNUE. 

Un investissement primordial

Alors que selon les auteurs le volume total des financements accordés à la nature est "considérablement inférieur" à celui destiné au climat, les écosystèmes n'en sont pas moins au cœur de l’économie. "Plus de la moitié du PIB mondial total dépend partiellement ou fortement de la nature. L’agriculture, l’alimentation et les boissons, ainsi que la construction, sont les plus grands secteurs dépendant de la nature, or ils génèrent 8000 milliards de dollars de valeur ajoutée brute", souligne le rapport. 

Et le temps presse. "La perte de biodiversité coûte déjà à l'économie mondiale 10 % de sa production chaque année, a déclaré la directrice exécutive du PNUE. Si nous ne finançons pas suffisamment les solutions fondées sur la nature, nous aurons une incidence sur la capacité des pays à progresser dans d'autres domaines essentiels tels que l'éducation, la santé et l'emploi. Si nous ne sauvons pas la nature maintenant, nous ne serons pas en mesure de parvenir à un développement durable."

Encourager le suivi

La répartition des financements est encore très inégale. Les fonds publics représentent 86 % d’entre eux, soit 115 milliards de dollars par an. Plus d’un tiers est investi par les gouvernements nationaux dans la protection de la biodiversité et des paysages et deux tiers dans la restauration des forêts et des tourbières, l’agriculture régénérative ou la conservation de l’eau.

Si une augmentation du financement public permettrait de se rapprocher des objectifs, le rapport souligne la nécessité d’intensifier les investissements du côté du secteur privé, qui ne représente que 14 % du total. Les fonds privés se tournent notamment vers les marchés de la compensation carbone, les chaînes d'approvisionnement agricoles et forestières durables ou le financement d’ONG ou fondations liés la conservation.

Mais ces données sont encore difficiles à chiffrer : elles sont insuffisantes et de mauvaises qualités. Les auteurs appellent à une amélioration de la labellisation et du suivi des flux d’investissement.

Pauline Fricot, @PaulineFricot 


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

Peche en eaux prodondes John Wallace NOAA NMFS NWFSC FRAMD

L’Union européenne fait un premier pas pour encadrer la pêche en eaux profondes

Cette semaine, la Commission européenne a annoncé la fermeture d'une partie de l'Atlantique à tous les engins de pêche entrant en contact avec le fond, au-delà de 400 mètres, afin de protéger les écosystèmes marins vulnérables. Cela représente 16 000 km² et environ 1% des eaux communautaires de...

Déforestation Amazonie istock

Déforestation : l’Amazonie a atteint un point de non-retour, les chiffres à retenir en une infographie

Le Parlement européen a adopté mardi 13 septembre la première loi au monde visant à mettre fin à la déforestation importée pour plusieurs produits comme la viande, le soja ou encore l’huile de palme. Un vote historique qui intervient au moment où un nouveau rapport alerte sur l’état de dégradation...

Foret Jean Claude Nouard

Jean-Claude Nouard : "Arrêtons de voir les forêts comme des planches et des charpentes"'

Ancien technicien forestier, auteur de "Ce que les arbres nous murmurent", Jean-Claude Nouard décrypte pour Novethic la "malforestation" en France où les forêts traditionnelles sont peu à peu remplacées par des forêts de "production" de résineux. Un choix lourd de conséquences pour la biodiversité...

Couverture BD La foret claire braud

"La Forêt" : une enquête dessinée pour reprendre contact avec la nature

Garde-forestier, chasseurs, scientifiques… L’inspectrice Colombro ne laisse rien au hasard et questionne tous les acteurs de la forêt dans sa quête pour se reconnecter avec la nature. Claire Braud signe avec "La Forêt, une enquête buissonnière" une bande-dessinée qui donne envie de se balader sous...