Publié le 30 avril 2019

ENVIRONNEMENT

LVMH : "nous n’avons pas de modèle économique sans la biodiversité"

Cette semaine, le groupe d’experts internationaux de l’IPBES pour la biodiversité se réunit à Paris pour adopter un rapport très attendu sur l’état du vivant dans le monde. Comme pour le climat, les entreprises sont appelées à lutter contre la dégradation de la biodiversité. Plusieurs entreprises l’ont bien compris comme LVMH ou RTE pour qui la sauvegarde de la biodiversité est consubstantielle à leur pérennité.

La perte de la biodiversité est l’un des cinq risques qui ont le plus de chance de se produire et auront le plus d'impact sur l'Humanité, selon le panorama des risques du Forum économique mondial de Davos
@istock

La perte de la biodiversité est l’un des cinq risques qui ont le plus de chance de se produire et auront le plus d'impact sur l'Humanité, selon le panorama des risques publié à l'occasion du Forum économique mondial de Davos. C’est dans ce contexte que le prochain rapport de l’IPBES (Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques), sorte de GIEC de la biodiversité, sera scruté avec attention par les entreprises.

Moins visibles que les actions climatiques qui ont été poussées par la COP21 et l’Accord de Paris, les actions pour sauvegarder la biodiversité n’en sont pas moins indispensables. "Nous n’avons pas de modèle économique sans la biodiversité", résumait ainsi Cécile Joucan, responsable filières au sein de la direction environnement du groupe de luxe LVMH, lors d’une table ronde au salon Produrable. "La biodiversité est à la fois notre source d’inspiration et de matière premières pour nos parfums, la maroquinerie, les vêtements… Mesurer notre dépendance et nos impacts sur la faune et la flore et surtout travailler à les réduire est donc crucial pour nous".

La biodiversité, urgence absolue

Le groupe a créé des standards éthiques et environnementaux pour l’ensemble de ses matières premières naturelles. Le coton devra être 100 % certifié (biologique, équitable ou better cotton) d’ici 2025. De leur côté, les méthodes d’élevage des crocodiles doivent respecter des critères de bien-être animal. Certaines marques du groupe, comme Guerlain, avancent en éclaireur pour assurer une traçabilité optimale des ressources et réduire l’impact environnemental via l’écoconception et des programmes de reforestation par exemple.

Même conscience de l’importance de la biodiversité chez RTE. "L’urgence est même peut-être plus importante que pour le climat", souligne Nathalie Devulder, directrice RSE chez l’opérateur de réseau de transports de l’électricité. Les conséquences dramatiques des incendies en Californie cet hiver ont prouvé que l’entretien de la végétation autour des lignes électriques à haute et très haute tension est essentiel.

Le gestionnaire du réseau français a donc décidé d'utiliser l’emprise des lignes au sol pour créer des zones de refuge et de reproduction pour la faune et la flore. Au final, cela représente un territoire équivalent à un petit département français… L’entreprise a donc choisi d’entretenir régulièrement ces espaces. Un changement de culture d'entreprise qui a porté ses fruits sur le plan de l’innovation et sur le plan financier, selon la directrice RSE. 

Les accords mondiaux, des cadres structurants pour les entreprises

Pour les entreprises, l’accord mondial sur la biodiversité qui devrait voir le jour à Pékin en 2020 lors de la COP 15, pourrait être aussi important que celui de Paris pour le climat. "Il s’agit de cadres très structurants pour les entreprises", souligne ainsi Cécile Joucan, qui suit les réunions onusiennes sur la biodiversité depuis plus d’une dizaine d’années.

Pour mobiliser les entreprises et leurs dirigeants à grande échelle l’association, Entreprises pour l’environnement (Epe) a lancé l’initiative Act4Nature en juin 2018. Elle compte une centaine de membres en France et entend profiter de l’année qui vient pour s’étendre, notamment à l’étranger.

Béatrice Héraud @beatriceheraud


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Total, SNCF, BNP... Des grandes entreprises s'engagent (enfin) sur la biodiversité

Le 10 juillet, 65 entreprises se sont engagées dans l’initiative Act4Nature. Lancée par "Entreprises pour l’environnement" (EpE) et soutenue par 20 partenaires parmi lesquels des réseaux d’entreprises, des ONG, des institutions scientifique et l’Agence française pour la biodiversité, cette...

Protection de la biodiversité : quand les PME donnent l’impulsion

Depuis une semaine, les experts de la biodiversité réunis à Medellin (Colombie) alertent sur la dégradation de la planète. Gouvernements et grandes entreprises peinent aujourd’hui à prendre des mesures pour éviter son érosion. Pourtant, sur le terrain, des PME se mobilisent pour changer la...

60 % des sols sont fortement dégradés et mettent en péril la biodiversité de la planète

Samedi 17 mars s’est ouvert la sixième session de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), une sorte de Giec du vivant sur la Terre. À cette occasion, plus de 750 experts vont étudier un travail inédit et...

Bientôt un outil standardisé pour mesurer l'impact sur la biodiversité des institutions financières et des entreprises

Face à la dégradation rapide des espèces, des acteurs financiers et des entreprises travaillent sur des outils de mesure standardisés pour évaluer leurs impacts en matière de biodiversité. À l’occasion de la COP14 sur la biodiversité à Sharm-El-Sheikh, CDC Biodiversité et des investisseurs...

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

Deforestation amazonie double en un an Greenpeace

L’Amazonie, en feu, a connu son pire mois de juin depuis 13 ans

Alors que le Brésil subit de plein fouet le Covid-19, un autre drame se déroule en fond, celui de la destruction de la forêt amazonienne. Jamais, depuis 2007, l'Institut national de recherches spatiales n'avait enregistré autant de foyers d'incendies dans cette réserve de biodiversité. Un phénomène...

Vison elevage fin pays bas

[Bonne nouvelle] Les Pays Bas mettent fin à l’élevage de vison après des cas de Covid-19 chez les animaux

Alors que plusieurs visons d'élevage néerlandais ont été contaminés par le Covid-19, transmettant probablement le virus à deux employés, les Pays-Bas ont décidé de mettre fin à l'industrie de fourrure de vison. Le pays, quatrième producteur au monde, devait y mettre un terme en 2024 mais le Covid-19...

Biodiversite istock cco

Pas de relance économique sans prise en compte de la biodiversité

Alors que la pandémie de Covid-19 bouscule l’agenda politique de la biodiversité, les entreprises ne doivent pas attendre pour agir, estime la coalition internationale Business for Nature. Dans une lettre, celle-ci enjoint les patrons à prendre en compte la nature dans leur plan de relance...

Feux de foret crime environnement

Reconnaître le crime d'écocide, est-ce vraiment la priorité ?

Les 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) souhaitent que les Français s’expriment, au cours d'un référendum, sur l'intérêt de légiférer sur le crime d’écocide pour sanctionner les atteintes graves à l'environnement. Si les parlementaires français ont rejeté à deux reprises une...