Publié le 19 septembre 2018

ENVIRONNEMENT

Les ruches en villes, un danger pour les abeilles

Mettre des ruches sur les toits des bâtiments n'est pas forcément une bonne idée. Les ruches urbaines participent à l'expansion des abeilles domestiques mais représentent à terme un danger pour les abeilles sauvages, pourtant pilier de la biodiversité grâce à leur rôle de pollinisateurs.

Les abeilles domestiques se multiplient dans la capitale grâce aux ruches urbaines, mais elles ont un impact néfaste sur les abeilles sauvages, déjà en déclin.
Pixabay

Les toits de paris accueillent 1000 ruches urbaines. Chacune abrite environ 50 000 abeilles. Il faut donc compter, rien que pour Paris, 50 millions d’abeilles domestiques. Mais aussi surprenant que cela puisse l’être, ce n’est pas forcément une bonne nouvelle pour la biodiversité. "Nous, notre action pour la biodiversité, c’est de ne pas mettre de ruche sur notre toit", ironisait un cabinet d’avocat lors de la présentation de Act4 Nature en juillet.

Les abeilles domestiques seraient en effet néfastes aux abeilles sauvages selon une étude réalisée par l’Université de Cambridge en début d’année. La première, appelée mellifère occidentale (Apis mellifera), est issue de l’élevage. Productrice de miel, elle est en activité environ neuf mois par an. Au contraire, les abeilles sauvages sont souvent solitaires et leur saison d’activité est plus courte. Or, en ville, les ressources florales sont limitées, et les abeilles sauvages souffrent de cette compétition, estiment les chercheurs.

Mieux vaut sauver les abeilles sauvages

"Il existe des centaines d'espèces d'abeilles sauvages, dont le bourdon par exemple. Elles jouent un rôle primordial de pollinisateurs et assurent donc la sécurité alimentaire", indique à Novethic Isabelle Dajoz, professeure d’écologie à l’université Paris-Diderot. "À Paris, on a atteint une densité d'abeilles domestiques trois fois plus importante que celle dans le milieu agricole".

Les abeilles domestiques et les abeilles sauvages subissent toutes deux les impacts des pesticides et surtout des néonicotinoïdes. Surnommés les "pesticides tueurs d'abeilles", les néonicotinoïdes attaquent leur système nerveux, les désorientent et les affaiblissent. Mais la perte d'une seule espèce d'abeilles, en l'occurrence les domestiques, est moins impactante pour la biodiversité que les centaines d'espèces d'abeilles sauvages qui constituent un réservoir de diversité pour assurer la pollinisation.

Les ruches urbaines, un vrai business

Pour Vincent Sonnay, biologiste, "il faut éviter d'installer plus de ruches en ville", indique-t-il dans les colonnes de Terre Nature. "Contrairement à l’abeille mellifère qui parcourt facilement trois kilomètres pour butiner, l’abeille sauvage à un rayon d’action de 300 à 500 mètres seulement. Cela la rend hyperdépendante de la flore locale et très vulnérable à la concurrence."

"Il faut juste être raisonnable", défend plutôt Isabelle Dajoz qui reconnaît que ces installations de ruches traduisent une bonne intention. Mais aujourd'hui, elles sont devenues un véritable business. Plusieurs sociétés installant des ruches sur les toits des entreprises se sont multipliées ces dernières années.

Londres qui en était très friande, commence d'ailleurs à faire machine arrière. De son côté l'UNAF, Union nationale des apiculteurs français, juge que ces ruches ne représentent pas un danger pour les autres pollinisateurs.

Marina Fabre @fabre_marina 


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

Pexels Pixabay apiculteurs

Protection des abeilles : les apiculteurs dénoncent un texte pas assez ambitieux

Trois associations et syndicats défenseurs des apiculteurs et des abeilles dénoncent le manque d'ambition de l'arrêté encadrant l'épandage de pesticides. Le document doit être publié sous peu. Les défenseurs demandent des mesures plus protectrices, dans un contexte de récoltes désastreuses.

Animal g4cf48a492 1280 01

Des chasses traditionnelles d’oiseaux réautorisées après leur interdiction

C'est une bataille qui n'en finit plus. Le gouvernement a réautorisé certaines chasses traditionnelles pour la saison 2021-2022 après que celles-ci aient été interdites en août par le Conseil d'État. L'instance avait jugé qu'elles étaient contraires à la réglementation européenne. Plusieurs ONG ont...

Ocean poisson biodiversite joakant de Pixabay

COP 15 Biodiversité : La déclaration de Kunming passe sous silence l'objectif de protéger un tiers des mers et terres

L'objectif de protection de 30% des terres et mers, objectif attendu de la COP15 biodiversité, est à peine mentionné dans la déclaration de Kunming publiée lors de la première partie de la COP qui s'est tenue du 11 au 15 octobre. Cette ambition suscite l'opposition d'une poignée de pays. Si rien...

Larzac © Community of the Ark of Lanza del Vasto.

Une histoire des luttes pour l’environnement : trois siècles de combats retracés dans un livre

Trois siècles de combats et de débats autour de l'environnement retracés en 100 récits. C'est le défi que se sont lancés quatre historiens dans la cadre de l'ouvrage Une histoire des luttes pour l'environnement, publié fin septembre. Avec l'appui d'images inédites, le livre retrace des évènements et...