Publié le 06 mai 2019

ENVIRONNEMENT

Les ministres réunis au G7 Environnement adoptent une charte biodiversité

Les ministres de l'Environnement du G7 ont adopté lundi 6 mai une charte pour la biodiversité, non contraignante, au moment où un groupe d'experts de l'ONU lance un cri d'alarme sur l'état catastrophique de la nature.

Brune Poirson, secrétaire d'État au ministère de la Transition écologique, a ouvert la deuxième journée du G7 Environnement.
@MinistèreÉcologie

Les sept pays les plus industrialisés (France, Canada, Allemagne, Etats-Unis, Italie, Japon, Royaume-Uni) sont également parvenus à la rédaction d'un communiqué final commun, après deux jours de discussions, mais avec un paragraphe différent pour marquer les divergences avec les Etats-Unis sur le climat.

Ce communiqué "est vraiment partagé sur tous les aspects", a assuré le ministre français de la Transition écologique François de Rugy lors d'une conférence de presse. "Je remercie notre ami américain d'avoir accepté de travailler, y compris sur ce sujet du climat, de partager le texte avec simplement un petit paragraphe différent qui présente la position américaine mais qui n'est pas en rupture globale", a-t-il dit en s'adressant à Andrew Wheeler, le patron de l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA).

Donald Trump avait fait savoir mi-2017 son intention de faire sortir son pays de l'Accord de Paris sur le climat. Le commissaire européen à l'Environnement et neuf pays invités (Mexique, Chili, Niger, Gabon, Egypte, Inde, Indonésie, îles Fidji, Norvège) ont aussi participé à cette réunion à Metz. La charte adoptée par les pays du G7 et une partie des pays invités servira de "socle" aux politiques publiques, a expliqué la secrétaire d'Etat française à la Transition écologique Brune Poirson.

Rendez-vous au G7 d’août

"Notre objectif est d'atterrir à Biarritz", a-t-elle rappelé. Elle fait allusion au G7 de fin août des dirigeants des pays les plus industrialisés sera le point d'orgue de la présidence tournante française du G7, avant qu'elle ne soit assurée par les États-Unis en 2020. D'autres rencontres internationales auront lieu d'ici l'an prochain autour de la biodiversité, question un temps occultée par la lutte contre le réchauffement climatique.

La plus importante sera la réunion des États membres de la Convention de l'ONU sur la diversité biologique (COP15) à Kunming, en Chine, à l'automne 2020. Elle doit fixer un agenda pour protéger la biodiversité dans les années à venir, après l'échec à remplir la plupart des engagements pour 2011-2020, connus comme les "objectifs d'Aichi".

Les responsables politiques pourront s'appuyer sur le rapport publié lundi par le groupe d'experts de l'ONU sur la biodiversité (IPBES). Le constat est sans appel : un million d'espèces animales et végétales sont menacées d'extinction et le déclin de la nature ne pourra être enrayé sans des changements majeurs de société.

La Rédaction avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

[Bonne nouvelle] Les terres et mers australes françaises inscrites au patrimoine mondial de l'Unesco

Situées à plus de 2 000 kilomètres de tout continent, les Terres et mers australes françaises, dans le sud de l'océan Indien, viennent d’être classées au patrimoine mondial par l'Unesco. De quoi garantir des activités durables sur l’ensemble de cette vaste zone, selon le gouvernement.

Une nouvelle coalition internationale appelle à un New Deal ambitieux sur la biodiversité

En 2020, la COP15 de la Biodiversité qui aura lieu à Pékin pourrait donner lieu à un accord comparable à celui de Paris sur le climat. Pour s’y préparer, plusieurs grandes fédérations d’entreprises viennent de s’allier avec des ONG et think-tank environnementaux au sein d’une coalition appelée...

[Science] Les chimpanzés ne survivent plus que dans des "ghettos forestiers"

Sous la pression de l'urbanisation et de la chasse, les chimpanzés ne survivent plus que dans des ilôts de nature de plus en plus petits, se sont alarmés des primatologues spécialistes de ce plus proche parent des humains.

Comme la planète, la biodiversité a une limite... qui est déjà franchie

Il y a une limite à ne pas franchir pour le climat, et on la connaît. Le seuil fatidique a été fixé à +1,5°C par l'Accord de Paris. C'est cette limite qui permet aux entreprises, investisseurs, Etats d'agir. Or, sur la biodiversité, le seuil n'est pas encore bien défini ralentissant la mise en place...