Publié le 02 juillet 2017

ENVIRONNEMENT

[LE CHIFFRE] Loups, jaguars, aigles... 93 espèces fragiles menacées par le mur de Trump

Avec ou sans panneaux solaires, le mur que le président américain souhaite ériger entre le Mexique et les États-Unis pour empêcher les immigrés illégaux et les trafiquants de drogue de passer n’aura pas seulement des conséquences catastrophiques sur les droits humains mais aussi sur la biodiversité. Loups, jaguars, ours, aigles… 93 espèces déjà menacées d’extinction seraient d'autant plus en danger, tandis que d’autres experts évoquent le nombre de 800 espèces affectées négativement au total.


United States Fish and Wildlife Service

Une étude du Center for Biological Diversity (CBD) (1) estime que 93 espèces en danger ou protégées pourraient être affectées par le mur que veut construire Donald Trump sur la frontière mexicaine. En particuliers, 25 d'entre elles verraient leur habitat naturel détruit. Une autre étude réalisée par des scientifiques mexicains avance le chiffre de 800 espèces menacées.

"Le mur frontalier de Trump est un désastre pour les populations et la faune", déclare Noah Greenwald, directeur des espèces en voie d'extinction du CDB dans un communiqué. "Il pourrait conduire à l'extinction d’espèces magnifiques comme le jaguar et l'ocelot aux États-Unis".

Le futur mur "de la honte" comme l’ont baptisé ses opposants, long de 3 000 km, doit être érigé dans une région particulièrement riche en biodiversité. La vallée du Rio Grande abrite par exemple 700 espèces de vertébrés.

Danger pour la reproduction

Le mur contraindrait les animaux à rester d’un côté ou l’autre de la frontière. Or, pour la survie des espèces, se mélanger est une condition essentielle en particulier quand elles sont menacées. "S’il n’y a pas de mélange, les loups risquent d’être consanguins. Ils doivent franchir librement la frontière pour améliorer leur patrimoine génétique", explique Bryan Bird de l’ONG américaine de protection animale Defenders of Wildlife.

Le mur priverait aussi les animaux de ressources alimentaires, d’eau ou encore d’abris contre la chaleur. Et il n’y a pas que les animaux qui sont menacés. Les plantes, privées d’eau, seront également affectées d’autant que leurs graines ne pourront plus être disséminées librement.  

Des portions de murs (sur 1 000 km au total) existent déjà le long de la frontière avec le Mexique et d’ores et déjà des études ont évalué leurs conséquences négatives sur la biodiversité. Seize espèces ont ainsi vu leur territoire diminuer de 75 %. Le pire est que plusieurs chercheurs ont conclu à l’inutilité du mur pour faire barrage aux migrants et à la drogue.  

Concepcion Alvarez @conce1

(1) A wall in the wild


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

One planet summit

Un One Planet Summit consacré à la biodiversité se tiendra en janvier prochain à Marseille

Le Président Emmanuel Macron entend faire de 2021 l'année de la biodiversité. Dès janvier, il va organiser un One Planet Summit dans le cadre du Congrès mondial de la nature de Marseille, pour mobiliser la communauté internationale et placer le sujet au centre de leur agenda. Ce sommet doit servir...

Abeilles bonne nouvelle

[Bonne nouvelle] Au Costa Rica, une ville donne la citoyenneté aux abeilles et plantes

Dans la banlieue de la capitale du Costa Rica, la ville de Curridabat vient de donner la citoyenneté aux pollinisateurs et aux arbres. Le but est de faire de ces espèces vivantes non humaines le cœur de la restructuration urbaine de la ville et non l'inverse. Un projet qui devrait permettre aux...

Rorqual DanielBenhaim

[Bonne Nouvelle] Quand le coronavirus protège les baleines des chasseurs

Cette année, les baleiniers islandais ne partiront pas au large pour traquer les baleines. Les entreprises estiment que les obligations de distanciation sociale et de sécurité, liées au coronavirus, ne permettront pas de mener à bien les opérations de pêche. Mais au-delà de la crise sanitaire,...

Cerf espaces sauvages JMrocek

Déconfinement : appels à protéger les animaux qui se sont réappropriés les espaces naturels

Le déconfinement de millions d'humains risque d'être dramatique pour les animaux qui se sont réappropriés des espaces désertés par l'activité humaine, avertissent l'Office national des forêts (ONF) et la Ligue de protection des oiseaux (LPO).