Publié le 21 janvier 2018

ENVIRONNEMENT

[LE CHIFFRE] Éléphants, girafes, antilopes... 71 % de la faune sauvage victime collatérale des guerres

La faune est une victime collatérale des conflits, à laquelle on pense peu. Selon une étude publiée dans la revue Nature, 71 % des zones protégées en Afrique ont été touchées par des conflits entre 1946 et 2010. Impossible de savoir précisément combien d’animaux ont disparu à cause des guerres. Mais on peut affirmer que, parmi tous les facteurs, les conflits ont l’impact le plus déterminant sur les grands mammifères africains.

Les éléphants sont abattus pour leur ivoire, qui finance les combattants.

Dans les zones déchirées par la guerre, les grands mammifères africains frôlent régulièrement l'extinction. Éléphants abattus pour l'ivoire, qui finance les combattants, antilopes chassées pour leur viande par des populations affamées, ou girafes abattues directement par les balles... Les grands animaux d'Afrique sont les victimes collatérales et souvent méconnues de ces conflits.

Selon une étude publiée début janvier dans la revue Nature, s’il est impossible de savoir exactement combien d’animaux ont disparu à cause des conflits, on estime que 71 % des zones protégées africaines ont été touchées par des conflits entre 1946 à 2010, parfois pendant des années durant. "Les trajectoires des populations sauvages déclinent avec l'augmentation de la fréquence des conflits", affirme l'étude, basée sur l'évolution de 36 espèces de grands mammifères herbivores, dans 126 zones protégées de 19 pays africains.

Les guerres ont un impact plus important que les sécheresses

L'étude passe en revue d'autres indicateurs connus pour leur impact sur la faune comme la fréquence des sécheresses ou la présence d'industries d'extraction, mais c’est bien la fréquence des conflits qui a l’impact le plus déterminant. Quelle que soit leur intensité, la fréquence des guerres conduit ces populations sauvages sous le seuil de remplacement. Et toutes les espèces en sont victimes, buffles, zèbres, gnous, girafes et beaucoup d'espèces d'antilopes.

Malgré tout, "un effondrement total des populations est rare", note l’étude. "La faune ravagée par la guerre peut s'en remettre", assure les serveurs. C’est le cas par exemple dans le parc national de Gorongosa au Mozambique, où ont travaillé les auteurs. Plus de 90 % des grands mammifères avaient disparu suite aux guerres qui ont ravagé le pays entre 1977 et 1992, mais "la faune sauvage est revenue à environ 80 % des niveaux pré-guerre", calculent les chercheurs.  

Concepcion Alvarez @conce1


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

Parc naturel congo ecogardes Brent Stirton Getty Images WWFUK

COP15 Biodiversité : l’objectif de 30 % de la planète sous protection remis en question

Ce mercredi 30 septembre, un sommet de haut-niveau sur la biodiversité se tient aux Nations-Unies afin de lancer la dynamique en vue de l’adoption d’un nouveau cadre mondial post-2020 lors de la COP15 Biodiversité. Au cœur du projet de texte, l’objectif de 30 % de protection de la planète d'ici 2030...

Fin animaux sauvages cirques pixabay

Le gouvernement va interdire les animaux sauvages dans les cirques et l’élevage de visons en France

La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a dévoilé ce 29 septembre plusieurs mesures concernant le bien-être animal. Elle a annoncé la fin progressive, sans date butoir, des animaux sauvages dans les cirques itinérants ainsi que l'interdiction de l'élevage de visons en France dans...

Chasse a courre Compiegne AVA

[Vidéo] Un cerf, traqué lors d’une chasse à courre, se réfugie dans le centre-ville de Compiègne

C'est une vidéo qui créé la polémique. Samedi 19 septembre, un cerf, traqué par un groupe de chasse à courre, s'est réfugié dans le centre-ville de Compiègne. L'animal, épuisé, qui a finalement rejoint la forêt, a été défendu par des riverains et AVA, une association anti-chasse. De quoi raviver le...

Tourterelle des bois flickr CC0

[Bonne nouvelle] Après la chasse à la glu, la chasse à la tourterelle est elle aussi suspendue

Après la chasse à la glu, la chasse à la tourterelle des bois a elle aussi été suspendue. Mais c'est le Conseil d'État qui l'a décidé, contre l'avis du gouvernement, qui avait autorisé pour la saison l'abattage de près de 18 000 oiseaux pourtant classés comme vulnérables. La plus haute juridiction a...