Publié le 23 avril 2020

INFOGRAPHIES & VIDÉOS

[Infographie] Changer notre alimentation pour éviter d’autres crises comme le coronavirus

La perte de biodiversité favorise l'émergence de virus comme le Covid-19. Or, la production de viande en est l'une des principales causes entraînant déforestation et destruction d'habitats naturels. De nombreux chercheurs appellent à réduire notre consommation carnée en la remplaçant par des protéines végétales.

Notre alimentation de viande devrait encore augmenter de 76 % d'ici 2050.
@CC0

Une nouvelle étude pointe la responsabilité de l'activité humaine et de la destruction de la biodiversité dans l'apparition de nouveaux virus venus du monde animal, tel le coronavirus. Les chercheurs de l'école vétérinaire de l'Université de Californie ont étudié 142 cas de "zoonoses" virales (maladies transmises de l'animal à l'humain) et ont identifié les rongeurs, primates et chauve-souris comme hôtes de la majorité des virus transmis à l'Homme (75,8 %) et les animaux domestiques comme porteurs de 50 % des zoonoses identifiées. 

Parmi les espèces sauvages menacées, "celles dont les populations sont en baisse en raison de l'exploitation et de la perte d'habitat partagent plus de virus avec les humains", notent les chercheurs. "Nos données illustrent la manière dont l'exploitation de la faune sauvage et la destruction de l'habitat naturel sous-tendent les transferts de maladies, nous confrontant au risque de maladies infectieuses émergentes", a déclaré à l'AFP Christine Johnson, qui a dirigé l'étude. Selon les experts biodiversité de l'ONU (IPBES), 60% des maladies infectieuses et 75% des maladies émergentes chez l'Homme étaient d'origine animale. 

Or, "la première cause de perte de biodiversité est le changement d’usage des sols au profit d’une agriculture de plus en plus industrialisée, pour satisfaire un régime alimentaire de plus en plus mondialisé, de plus en plus carné, gras et sucré", constate Yann Laurans, directeur du programme Biodiversité et écosystèmes à l’Iddri. Pour éviter d’autres crises comme le coronavirus, il est donc impératif de revoir nos régimes alimentaires et nos modes de production afin de réduire notre consommation de viande et les élevages intensifs.   

Infog alimentation et perte de biodiversite

 

Transmission des virus et antibiorésistance

Afin de répondre à la croissance démographique et à l'apparition de nouvelles classes moyennes, notre consommation de produits animaliers est depuis des dizaines d’années une cause majeure de l’effondrement de la biodiversité en contribuant à la déforestation et en réduisant ainsi la surface disponible pour les espèces sauvages. Celles-ci se trouvent davantage en contact avec les humains et les animaux d’élevage. Or, l’élevage, qui utilise 80 % des terres agricoles, ne fournit que 18 % des calories que nous consommons. En outre, notre consommation de viande mobilise un tiers des cultures via les céréales uniquement pour l'alimentation des animaux.

Les élevages intensifs sont également pointés du doigt car ils nécessitent d'importantes quantités de soja dont la culture contribue à la déforestation au Brésil et en Argentine et qu’ils favorisent la transmission des virus et la sur-utilisation d’antibiotiques. 38 % des antibiotiques consommés en France et 73 % des produits antimicrobiens dans le monde sont destinés aux animaux d’élevage, selon Greenpeace. Et l’OMS estime que l’antibiorésistance pourrait tuer 10 millions d’humains tous les ans si rien n’est fait d’ici 2050 alors qu’elle cause déjà 12 500 morts par an en France.

"Faire le choix collectif d’une alimentation ne contenant plus de produits d’origine animale serait un changement bien moins contraignant que celui que nous subissons actuellement", estiment des scientifiques et militants de la cause animale dans une tribune publiée dans Libération. "La préservation des habitats naturels, la diminution de la consommation carnée, la réduction de la taille des élevages intensifs et l’arrêt de la commercialisation (légale ou non) de la viande d’animaux sauvages constitueraient autant de mesures cohérentes et efficaces pour les politiques de santé publique de demain", plaident également trois chercheurs dans un autre appel paru dans Le Monde.

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

IPBES : Notre alimentation est la première cause de perte de biodiversité dans le monde, alertent les experts mondiaux

Après une semaine de négociations à Paris, 132 pays ont adopté ce week-end une évaluation sans précédent de l'état de la nature. Elle démontre le besoin urgent de transformer notre système économique et social. Le premier facteur d’effondrement de la biodiversité terrestre est le...

76% de viande consommée en plus dans le monde d'ici 2050, une menace pour l'environnement

Nouvelle alerte de la communauté scientifique sur la consommation mondiale de viande. Dans un article publié cet été dans la revue Science, des chercheurs alertent sur la menace que va faire peser une augmentation de la consommation de viande sur l’environnement.

Le soja, ennemi caché numéro 1 de la forêt

Le gouvernement s’apprête à publier dans les prochains jours sa stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée (SNDI), afin d’y mettre terme d’ici 2030 conformément au Plan climat français. Pour éclairer le débat, deux ONG, Envol vert et le WWF France, ont calculé...

Pour respecter l’Accord de Paris, les pays développés doivent fixer un "pic de viande" à ne pas dépasser d’ici 2030

Après le "peak oil", voici le "peak meat", littéralement le pic de viande. Des scientifiques de plusieurs États appellent les pays développés à définir, dans la prochaine décennie, une production maximum de viande avant sa diminution progressive. Si le secteur de l'élevage continue à ce...

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

Mangrove 01

[Vive la biodiversité] Entre biodiversité et changement climatique, il ne faut plus choisir

La protection de la biodiversité peut jouer un rôle essentiel dans la lutte contre le changement climatique. Les écosystèmes sont en effet d'importants puits de carbone, mais ils permettent également de s'adapter aux impacts du changement climatique. Pour cela, le concept de "Solutions fondées sur...

Biodiversite nature finance iStock sarayut

[Vive la biodiversité] Des fonds pour sauvegarder la nature !

Alors que la perte de biodiversité s’accélère, il est de plus en plus nécessaire de flécher les investissements vers des pratiques de production plus respectueuses de la nature. Jusqu’à présent pourtant, ceux-ci restaient l’apanage des Institutions publiques. Cependant, entreprises et investisseurs...

Biodiversite economie bord iStock BsWei

[Vive la biodiversité] La nature, socle de l’économie

Coûteuse la protection de la nature ? Peut-être. Mais sa destruction causerait une perte inestimable, même d’un point de vue strictement économique. 40 % de notre économie repose sur les services fournis par la nature. La sauvegarder est donc une nécessité pour les entreprises. Mieux, en lui donnant...

Biodiversite alimentation iStock marilyna

[Vive la biodiversité] La nature, source d’une alimentation de qualité

La nature est à la base de notre alimentation. Plus celle-ci est variée et plus elle permet de résilience à la fois pour la santé mais aussi pour la pérennité du système alimentaire et agricole dans son ensemble. Or, face à l'uniformisation de notre alimentation et l'intensification de nos modèles...