Publié le 31 janvier 2008

ENVIRONNEMENT

Guyane : Nicolas Sarkozy refuse le projet de mine d'or Camp-Caïman

Depuis plusieurs années, ce projet d'exploitation aurifère au nord de Cayenne soulevait l'opposition des associations environnementales. La décision du président Sarkozy était particulièrement attendue, d'autant qu'il avait déclaré que toutes les décisions publiques seront arbitrées en intégrant leur coût pour la biodiversité. Très clairement, un projet dont le coût environnemental est trop lourd, sera refusé.

113329_GF.jpg
Marais de Kaw

La montagne de Kaw située à une vingtaine de kilomètres du littoral guyanais et à 45 km de Cayenne, est entièrement recouverte de forêt primaire. C'est aussi le lieu d'un projet de mine d'or à ciel ouvert -le site dit de "camp caïman"- objet de controverses successives. En effet, la forêt de Kaw renferme une biodiversité végétale (plus de 700 espèces) et animale (plus de 500 espèces) particulièrement riche. On y dénombre 18 espèces végétales endémiques à la Guyane dont 7 que l'on ne trouve que sur cette montagne. Ce site fait d'ailleurs l'objet de plusieurs mesures de conservation (Réserve Naturelle des Marais de Kaw-Roura, Site Ramsar, Réserve Naturelle Volontaire de Trésor ...) qui sont incluses au sein du Parc Naturel Régional de Guyane.

Ce lieu incarne à lui seul les enjeux d'un développement durable conciliant le respect de la biodiversité et du patrimoine naturel d'un côté, les aspect économiques de l'autre, selon que l'on choisit le développement du projet minier porté par la société canadienne Iam Gold ou le développement de l'écotourisme par exemple. Posant frontalement la question de la place des industries extractives en Outre-Mer, le projet de camp caïman a retenu l'attention de l'atelier "Biodiversité" lors du grenelle et figurait dans les débats finaux des tables rondes. Les questions suscitées par ce projet ne sont d'ailleurs pas nouvelles puisqu'en 2006, un rapport remis Nelly Olin, alors ministre de l'Ecologie, avait incité l'entreprise Cambior, avant son rachat par Iam Gold, à retirer sa demande d'exploitation (voir article lié).

Le premier acte de la pièce a été rejoué début janvier, puisque 4 experts ont remis un rapport complémentaire sur le sujet . Romain Renoux, responsable du pôle outre mer du WWF-France, n'était d'ailleurs pas satisfait de cette méthode : "Il n'y a pas là de démarche collégiale comme l'annonçait le Grenelle mais une démarche d'audit. Nous espérions un rapport de force équilibrée entre les syndicats, les entreprises, les ONG, les élus et l'administration tant au niveau de l'expertise que de la décision. Or, ce n'est déjà pas le cas dans la mise en oeuvre de ce rapport dont on ne sait rien puisqu'il n'a pas été rendu public."

Malgré ces craintes, le rapport a pourtant joué son rôle. C'est en effet sur ses conclusions que Nicoals Sarkozy s'est appuyé pour choisir de rejetter le projet. Par ailleurs, l'Elysée précise dans un communiqué que " le président de la république a souhaité qu'un schéma départemental d'orientation minière et d'aménagement soit réalisé dans les plus brefs délais. Ce schéma permettra de délivrer des autorisations d'exploitation dans des conditions acceptables par tous".

Pour un "secteur minier responsable"

Le WWF a donc pu se réjouir de la décision, qui " répond en effet aux arguments avancés par le WWF-France sur ce dossier". En particulier, l'ONG "a toujours considéré qu'un tel projet industriel d'activité extractive, se révélait incompatible avec la conservation de l'intégrité d'un site phare de la biodiversité de la forêt tropicale guyanaise" . Par ailleurs, l'ONG salue la création d'un " schéma départemental d'orientation minière " . Il s'agit en effet d'une mesure répondant à une attente exprimée de longue date. Car ce que remet en cause le WWF, ce n'est pas tant l'exploitation aurifère en soi que la localisation de cette mine. "Nous militons pour un secteur minier responsable. Ce que nous questionnons ici ce n'est pas le process c'est la localisation. Peut-on imaginer construire une usine en Camargue ?" interroge Romain Renoux. Il poursuit : "Dans ce cas, l'Etat a l'occasion de tenir ses engagements et de mettre en place une décision cohérente avec un développement durable en outre-mer, notamment pour les populations locales, plutôt que de favoriser une exploitation irrationnelle de ressources que l'on regrettera dans 10 ou 20 ans." (voir article lié).

Enfin, même si la firme canadienne Iam Gold a signé une charte d'engagement environnemental qu'elle rend disponible sur son site internet, l'ONG restait réservée : "Iam Gold a été plusieurs fois montré du doigt pour ses pratiques en Afrique. Dans ce secteur, on en est encore qu'aux discours, et les entreprises ont plus ou moins de rigueur dans leurs pratiques d'exploitation selon les exigences du territoire où elles s'installent. Si malheureusement, ce projet du site caïman devait avoir lieu, il nous faudra être particulièrement vigilants à ce que les mesures compensatoires soient conséquentes aux impacts sur l'environnement."

Christophe Brunella
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

Photo G7 biarritz

Au G7, de timides engagements sont pris pour sauver l’Amazonie des incendies géants

La découverte à l’internationale des milliers de feux ravageant l’Amazonie, en particulier au Brésil, a perturbé le programme de la rencontre des dirigeants du G7 ce week-end à Biarritz. Tous les pays se disent prêts à apporter une aide aux pays touchés. Mais ni la forme, ni la date de ce soutien...

Tigre Inde dickysingh

[Bonne Nouvelle] La population de tigres croît fortement en Inde

La population de tigres sauvages en Inde a augmenté de 30 % en quatre ans, selon un nouveau recensement local publié sur ce fauve par les autorités du pays. Le majestueux félin fait l'objet d'une mobilisation internationale pour éviter son extinction.

La pêche électrique interdite dans les eaux françaises, un "premier pas" pour les pêcheurs français

Dans l'attente de l'interdiction européenne qui ne prendra effet qu'en 2021, la pêche électrique est officiellement interdite dans les eaux françaises depuis le 14 août. Ce type de pêche consistant à envoyer depuis un chalut des impulsions électriques pour capturer des poissons vivant au fond des...

Incendie amazonie Greenpeace Daniel Bertra

Des incendies ravagent la forêt amazonienne, poumon de la Terre

C'est une véritable catastrophe. La forêt amazonienne, considérée comme le poumon vert de la Terre, part en fumée. Depuis le début de l'année 2019, les incendies ont augmenté de 83 % dans le secteur ravageant des milliers d'hectares. En cause : la sécheresse et les feux provoqués pour transformer...