Publié le 06 octobre 2018

ENVIRONNEMENT

[Science] Biodiversité : le CNRS pointe du doigt l’inaction des gouvernements malgré les alertes des scientifiques

Si la biodiversité connaît un recul accéléré, ce n'est pas faute de connaissances scientifiques mais plutôt d'actions politiques, souligne une étude du CNRS. Pendant deux ans, deux spécialistes du centre de recherche ont décortiqué 13 000 études parues depuis 15 ans dans les principales revues spécialisées.

Tigre blanc photomaru
La Terre connaît actuellement une extinction massive des espèces.
@Photoramu

À l'origine de leur démarche, une interrogation : "Pourquoi cette crise s'accélère-t-elle en dépit de toutes nos publications ?", explique le géographe Laurent Godet, de l'université de Nantes. "Est-ce par manque de connaissances ? Manque-t-on de solutions, ou sont-elles trop contraignantes ? Envoie-t-on des messages trop pessimistes et donc démobilisateurs pour la sphère politique et la société civile ?"

L'étude, parue dans Trends in Ecology and Evolution, offre une conclusion sans appel : la connaissance est là, avec l'identification depuis 30 ans des "grands maux" affectant le vivant (ressources surexploitées, habitats fragmentés, espèces invasives, grands bouleversements comme le changement climatique). Cette connaissance ne se limite pas aux espèces "exotiques", mais couvre tous les territoires, comme l'étude choc parue ce printemps en France sur la disparition des oiseaux des campagnes.

En outre "la communauté scientifique n'est pas si pessimiste", analysent Laurent Godet et son confrère biologiste Vincent Devictor, de l'université de Montpellier : "Des publications apportent aussi des bonnes nouvelles, sur les retours spontanés d'espèces ou le succès de certaines mesures". Surtout, les experts ont tout un panel de solutions : aires protégées mais aussi contrôle des espèces invasives, restauration d'habitats...

Des mesures trop timides

Les propositions de solutions durables, compatibles avec les activités humaines, ne manquent pas, note le CNRS dans un communiqué : "le frein majeur réside plutôt dans la demande de compromis toujours plus favorables à l'exploitation plutôt qu'à la conservation, malgré des recommandations scientifiques déjà timorées".

"S'il y a peut-être une critique à faire à la communauté scientifique, c'est qu'elle a souvent proposé des mesures assez timides, minimales", constatent les scientifiques, ce qui accroît encore la frilosité des politiques.

"Les mesures de conservation sont incompatibles avec certains projets de développement économique", souligne le chercheur, relevant qu'en France par exemple, "sur 60 espèces d'oiseaux chassables, 20 se trouvent sur la liste rouge des espèces menacées".  Quant aux aires protégées, "on n'a pas encore trouvé mieux et ça fonctionne très bien", ajoute-t-il, relevant qu'"on est loin d'une mise sous cloche" puisqu'en France les réserves biologiques intégrales ne représentent que 0,02 % du territoire métropolitain, essentiellement en forêts.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

Le gouvernement accuse d ouvrir la voie a la betonisation des sites classes 1

Le gouvernement accusé d’ouvrir la voie à la bétonisation des sites classés

Les calanques de Marseille, les lagons de Nouvelle Calédonie, l'île de Ré, sont-ils en périls ? Plusieurs associations dénoncent un projet de décret qui pourrait ouvrir la voie à la bétonisation des sites classés. Alors que les experts de l'ONU viennent de tirer la sonnette d'alarme sur le déclin de...

Rale du cuvier Atoll Aldabra SeychellesIslandsFoundation

[Science] L’oiseau qui est mort deux fois du changement climatique

Il y a 136 000 ans, le Râle du Cuvier, ce petit oiseau de l’océan indien, incapable de voler, était mort englouti par la montée des eaux. Réapparu tel un petit phénix, il risque à nouveau d’être rayé du livre de la vie à cause du réchauffement climatique.

Barrage de Katse Lesotho YolandaVanNiekerk

[Science] Biodiversité : deux tiers des plus longs fleuves et rivières entravés par l'Homme

Deux tiers des plus longs cours d'eau du monde sont entravés par des barrages et autres infrastructures, menaçant les écosystèmes et les communautés qui en dépendent. Telles sont les conclusions d’une étude canadienne qui s'interroge ainsi sur l'hydroélectricité comme alternative aux énergies...

Les cinq facteurs de l effondrement de la biodiversite pixabay

[Vidéo] Exploitation des sols, pollution plastique, espèces invasives… Les cinq causes de l’effondrement de la biodiversité

Un million d'espèces sont menacées d'extinction. 75 % de la surface terrestre est "altérée" par l'humain. 60 % des animaux sauvages ont disparu en 40 ans... Les chiffres de l'effondrement de la biodiversité sont alarmants. Un nouveau rapport de l'IPBES, des experts de l'ONU, pointe cinq facteurs...