Publié le 07 avril 2021

ENVIRONNEMENT

Ce que l’Homme a fabriqué pèse désormais plus lourd que tout le vivant sur Terre

L’espèce humaine, qui représente une toute petite partie du vivant, a désormais laissé une trace indélébile sur sa planète, inscrite dans sa lithosphère et son atmosphère. Si la notion est difficile à se représenter, l’étude d’une équipe de l’Institut Weizmann y aide. Ceux-ci ont calculé que la masse de tout ce que l’être humain a fabriqué pèse désormais plus que celle de toute la biomasse.

Animal ville dain HamieHall
Seuls 4 % des mammifères sont aujourd'hui des animaux sauvages.
@Jamie_Hall

Tout ce que les humains ont coulé, usiné, fabriqué, fondu, polymérisé, alésé, façonné pèsent près de 1 100 milliers de milliards de tonnes. C’est plus que l’ensemble des animaux, arbres, bactéries, champignons et autres créatures vivantes qui existent sur Terre. C’est la conclusion d’une étude pilotée par des chercheurs de l’institut israélien Weizmann. Dans la prestigieuse revue Nature, ils écrivent : "L’Humanité est devenue une force dominante pour modifier la face de la Terre (…) Nous avons découvert que la Terre est exactement à un tournant : fin 2020, la masse anthropogénique (tout ce qui a été fabriqué par l’Homme, ndr), qui a doublé tous les 20 ans, a surpassé la biomasse vivante".

Ils ajoutent : "En moyenne, pour chaque personne sur le globe, la masse anthropogénique produite chaque semaine est égale ou supérieure à sa masse corporelle".  Une notion dingue mais qui devient plus concrète quand on pense à tous nos téléphones, ordinateurs, canettes, bouteilles, voitures, vêtements, villes, routes, avions,  paquebots… L’institut Weizman met en avant une comparaison frappante. La masse de tous les mammifères (dont les humains) et les poissons représentent quatre milliards de tonnes. Celle du plastique sur Terre représente huit milliards de tonnes !

L’âge de l’Homme

Cette étude ajoute une pierre à l’édifice de la théorie de l’anthropocène, littéralement "l’âge de l’Homme". Si le terme existe depuis la fin du XXe siècle, il est discuté très sérieusement par la communauté des géologues depuis le début des années 2010. Il relate que la présence de l’Homme est désormais inscrite de manière indélébile sur la planète, et y demeurera même bien après que l’Homme aura disparu comme le sont les couches géologiques des ères passées. Une notion que nous ressentons tous plus ou moins au quotidien.

Et cet âge de l’Homme est d’autant plus incroyable que, selon une autre étude de la même équipe de l’institut Weizmann publié en septembre 2020 dans PNAS, les presque huit milliards d’humains de la planète ne représentent que 0,01 % de la masse totale des êtres vivants. Ce sont les plantes qui dominent (en particulier les 3 000 milliards d’arbres) avec 82 % de la masse du vivant, 13 % pour les bactéries, 2,2 % pour les champignons et 0,37 % pour les animaux.

Malgré cette insignifiance fraction, il n’y a presque plus que nous sur Terre. Sur la masse totale des mammifères, seuls 4 % sont des animaux sauvages. Le reste est composé à 60 % des mammifères et 36 % d’êtres humains. Un autre ordre de grandeurs frappant est donnée dans l’étude de 2018 The biomass distribution on Earth, publiée dans PNAS également : seuls 30 % des oiseaux sont aujourd'hui sauvages, le reste est composé par la volaille d'élevage.

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

Requins pointe noire biodiversite ubcmio de Pixabay

[Bonne nouvelle] Face au déclin de sa biodiversité, l’archipel des Glorieuses dans l’océan indien devient une réserve naturelle

Les requins pointe noire, les concombres de mer ou encore les tortues vertes des Glorieuses devraient enfin être protégés. La France vient de faire de l'Archipel une réserve naturelle alors qu'elle vise à préserver 30 % du territoire marin et terrestre d'ici 2022. Un engagement que l'Hexagone entend...

@Ipbes  @biodiversityclimatescience

Le biodiversité et le climat sont un seul et même combat, alertent le GIEC et l’IPBES dans une collaboration inédite

La lutte contre le réchauffement climatique occupe souvent les devants de la scène. Mais celle-ci ne peut se penser indépendamment de la préservation de la biodiversité, alertent les deux instances de référence, le GIEC pour le climat, et l'IPBES pour la biodiversité, dans une première...

Surpeche Patricia Alexandre de Pixabay

La Méditerranée a connu en 30 ans un "effondrement" de sa biodiversité

En 30 ans, les populations de vertébrés des écosystèmes marins du bassin méditerranéen ont chuté de moitié. Les poissons sont les premières victimes de cet effondrement. Une situation dramatique, alertent les scientifiques de la Tour du Valat, Institut de recherche pour la conservation des zones...

Bruant jaune Pixabay @TheOtherKev

Les géants Bayer et Nufarm attaqués en justice par la Ligue de protection des oiseaux

Si les néonicotinoïdes sont réputés pour être des "tueurs d'abeilles", leur effet toxique sur les oiseaux est cependant moins connu. La Ligue de protection des oiseaux (LPO) a porté plainte le 25 mai contre Bayer et Nufarm, pour faire reconnaître le rôle des géants de l'agrochimie dans le déclin de...