Publié le 08 décembre 2019

ENVIRONNEMENT

[Bonne nouvelle] Paris ne veut plus d'animaux sauvages dans les cirques

Fini les ours, lions, éléphants et autres animaux sauvages dans les cirques de la capitale. La Ville de Paris a décidé de ne plus délivrer d'autorisations, d'ici 2022, aux futurs cirques voulant s'installer avec leurs animaux sauvages. Elle va aider les autres, déjà installés, à transitionner. Au total, 387 communes ont pris des mesures en ce sens et demandent à l'État de légiférer. 

Animaux sauvages cirque
Plus de 387 villes ne veulent plus d'animaux sauvages dans les cirques.
CCO

Il n’y aura bientôt plus à Paris de cirques qui présenteront des spectacles avec des animaux sauvages. Plus de tigre, d’éléphant, d’ours, de lion… Le Conseil de Paris a décidé, mi-novembre, de ne plus accorder à partir de 2020 de nouvelles "autorisations d’occupation temporaire" aux cirques présentant des spectacles avec animaux sauvages et qui n’auraient pas conventionné avec la Ville.

Paris veut une loi nationale

"Nous pouvons collectivement nous féliciter de cette décision qui correspond à une avancée sociétale souhaitée par tous les Français", s’est réjouie auprès de l’AFP Pénélope Komitès, adjointe à la mairie de Paris chargée de la nature en ville. Concrètement, aujourd’hui, quatre cirques sont implantés dans la capitale. Il s’agit d’Arlette Gruss, Bouglione, Bormann et Pinder. La Ville dit avoir "choisi la voie du dialogue" et s’engage à soutenir financièrement des mesures de reconversion.

Les quatre cirques ont trois ans pour se mettre en conformité mais seul le cirque Pinder s’est engagé dans cette voie. "Les autres cirques n’ont souhaité à ce stade s’engager à court terme dans une transition, dans l’attente des propositions du gouvernement sur ce sujet", note la Mairie. "À cet égard, la Ville de Paris a décidé d’interpeller l’État, qui a compétence sur la législation afférente, pour qu’il prenne position sur un arrêt des spectacles avec animaux sauvages à un horizon rapproché".

La maltraitance au coeur de l'actualité 

"Le 15 novembre restera une date importante dans l’histoire de notre mouvement", a tweeté l’association Paris Animaux Zoopolis. Paris n’est pas la seule ville à vouloir se passer des animaux sauvages. À Montpellier, le cirque Médrano n’a pas été autorisé à installer son chapiteau, la ville ayant interdit les représentations de cirques avec des animaux sauvages. Tours vient également de voter une interdiction en ce sens et appelle à une loi nationale. Au total, plus de 387 communes ont rejoint le mouvement.

Il faut dire la maltraitance des animaux sauvages dans les cirques est souvent d’actualité. Il y a un mois c’est le décès de l’ours Mischa qui a été largement relayé sur les réseaux. Cet ours était utilisé dans des spectacles itinérants à travers la France alors que son état de santé était très inquiétant. Alerté par les ONG, la ministre de la Transition écologique Elisabeth Born avait demandé qu’il soit soigné et qu’il ne puisse plus intervenir dans les spectacles.

 

Marina Fabre, @fabre_marina

 

 


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

One planet summit

Un One Planet Summit consacré à la biodiversité se tiendra en janvier prochain à Marseille

Le Président Emmanuel Macron entend faire de 2021 l'année de la biodiversité. Dès janvier, il va organiser un One Planet Summit dans le cadre du Congrès mondial de la nature de Marseille, pour mobiliser la communauté internationale et placer le sujet au centre de leur agenda. Ce sommet doit servir...

Abeilles bonne nouvelle

[Bonne nouvelle] Au Costa Rica, une ville donne la citoyenneté aux abeilles et plantes

Dans la banlieue de la capitale du Costa Rica, la ville de Curridabat vient de donner la citoyenneté aux pollinisateurs et aux arbres. Le but est de faire de ces espèces vivantes non humaines le cœur de la restructuration urbaine de la ville et non l'inverse. Un projet qui devrait permettre aux...

Rorqual DanielBenhaim

[Bonne Nouvelle] Quand le coronavirus protège les baleines des chasseurs

Cette année, les baleiniers islandais ne partiront pas au large pour traquer les baleines. Les entreprises estiment que les obligations de distanciation sociale et de sécurité, liées au coronavirus, ne permettront pas de mener à bien les opérations de pêche. Mais au-delà de la crise sanitaire,...

Cerf espaces sauvages JMrocek

Déconfinement : appels à protéger les animaux qui se sont réappropriés les espaces naturels

Le déconfinement de millions d'humains risque d'être dramatique pour les animaux qui se sont réappropriés des espaces désertés par l'activité humaine, avertissent l'Office national des forêts (ONF) et la Ligue de protection des oiseaux (LPO).