Publié le 03 novembre 2019

ENVIRONNEMENT

[Bonne nouvelle] Les pesticides dans les forêts publiques, c’est fini

Herbicides, insecticides, fongicides... Plus aucun de ces pesticides ne se trouvera désormais dans les forêts publiques. L'Office national des forêts (ONF) vient d'annoncer leur abandon dans la gestion de ces dernières. Si leur usage était très limité, cette bonne nouvelle fait suite à celle de l'arrêt du glyphosate annoncée en 2018. 

Foret publique pesticide 1
Des ONG avaient publié une pétition en 2018 pour interdire les pesticides en dehors des surfaces agricoles.
CC0

Objectif zéro phyto atteint. L’Office national des forêts (ONF) vient de décider d’abandonner l’usage des produits phytopharmaceutiques dans la gestion des forêts publiques. Fini les herbicides, insectides et fongicides… sur un tiers de la surface forestière de l’Hexagone.

Leur recours était déjà minime à en croire l’ONF qui avance un chiffre de 0,02 % de surfaces forestières traitées. Ces traitements étaient appliqués pendant les phases de régénération et ciblaient la végétation qui pouvait entraver la croissance des arbres comme les fougères ou les ronces. "Pour aboutir à cet objectif, des alternatives mécanisées ou des techniques de bio-contrôle des ravageurs et parasites des arbres seront dorénavant privilégiées", note l’ONF qui veut voir, dans cet engagement, un "gage d’exemplarité" car certains des traitements que l’Office a abandonnés sont encore autorisés par la réglementation

Arrêt du glyphosate depuis 2018 

Reste que la pression se faisait de plus en plus grande. L’année dernière, plusieurs ONG avaient lancé une pétition demandant l’arrêt des pesticides sur les surfaces non agricoles dont les forêts. "Les herbicides et fongicides de synthèse n’ont pas leur place dans une forêt qu’elle soit publique ou privée", notait Sylvain Angerand des Amis de la Terre. "Il ne faut pas reproduire les erreurs qui ont été faites dans l’agriculture, la forêt doit rester un écosystème et la production de bois doit se faire dans le respect des équilibres naturels". L’ONF avait alors décidé d’abandonner le glyphosate. 

Selon les associations, 40 pesticides de synthèse dont 23 à base de glyphosate étaient autorisées dans les forêts françaises. "Ces derniers sont pourtant classés comme pouvant entraîner des effets néfastes à long terme pour l’environnement aquatique, s’accumulant dans l’organisme des poissons, crustacés, algues, et plantes. D’autres, au nom évocateur tel que le "Fusilade Forêt" commercialisé par Syngenta, présentent des risques pour l’enfant pendant la grossesse", notaient les ONG. 

Marina Fabre, @fabre_marina 


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

Deforestation amazonie double en un an Greenpeace

L’Amazonie, en feu, a connu son pire mois de juin depuis 13 ans

Alors que le Brésil subit de plein fouet le Covid-19, un autre drame se déroule en fond, celui de la destruction de la forêt amazonienne. Jamais, depuis 2007, l'Institut national de recherches spatiales n'avait enregistré autant de foyers d'incendies dans cette réserve de biodiversité. Un phénomène...

Vison elevage fin pays bas

[Bonne nouvelle] Les Pays Bas mettent fin à l’élevage de vison après des cas de Covid-19 chez les animaux

Alors que plusieurs visons d'élevage néerlandais ont été contaminés par le Covid-19, transmettant probablement le virus à deux employés, les Pays-Bas ont décidé de mettre fin à l'industrie de fourrure de vison. Le pays, quatrième producteur au monde, devait y mettre un terme en 2024 mais le Covid-19...

Biodiversite istock cco

Pas de relance économique sans prise en compte de la biodiversité

Alors que la pandémie de Covid-19 bouscule l’agenda politique de la biodiversité, les entreprises ne doivent pas attendre pour agir, estime la coalition internationale Business for Nature. Dans une lettre, celle-ci enjoint les patrons à prendre en compte la nature dans leur plan de relance...

Feux de foret crime environnement

Reconnaître le crime d'écocide, est-ce vraiment la priorité ?

Les 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) souhaitent que les Français s’expriment, au cours d'un référendum, sur l'intérêt de légiférer sur le crime d’écocide pour sanctionner les atteintes graves à l'environnement. Si les parlementaires français ont rejeté à deux reprises une...