Publié le 21 juin 2020

ENVIRONNEMENT

[Bonne Nouvelle] La population de loups continue à progresser en France

La population de loups gris en France est estimée à 580 loups adultes, contre 530 un an plus tôt. Une très bonne dynamique pour cette population de canidés qu’il faut toutefois légèrement nuancer alors que le rythme de croissance ralentit un peu et que la mortalité augmente. De leur côté, les fédérations d'agriculteurs dénoncent de trop nombreuses attaques. 

Loup gris ABPhotography
Le Loup exterminé en France dans les années 1930 est désormais repassé au dessus du seuil d’extinction.
@ABPhotography

"L'estimation des effectifs (de loups en France) est à 580 au sortir de l'hiver", a indiqué l'Office français de la biodiversité (OFB) à l'AFP. Mais "la dynamique de progression de la population ralentit" avec "un taux de survie qui baisse", les raisons devant encore être étudiées. Il y a un an, la population adulte avait progressé de 100 individus, passant le cap des 500.

Le plan loup adopté en 2018 prévoyait que ce seuil ne serait atteint qu'en 2023. Il correspond à l'aptitude d'une population à moyen terme (100 ans) "à résister au risque d'extinction". "Il n'y a toujours pas de meutes constituées en dehors des Alpes et du Jura", même si le loup peut être présent de façon permanente dans d'autres régions et que des individus solitaires ont pu être observés jusqu'au Centre ou en Normandie, selon l'OFB.

Ces carnivores, éradiqués par l'homme dans les années 1930 et revenus naturellement par l'Italie dans les années 1990, se concentrent dans les Alpes, le Sud-Est et l'Est. La présence de plus en plus importante du prédateur est combattue par les éleveurs qui dénoncent les attaques contre leurs troupeaux. Dans un communiqué commun, huit fédérations agricoles et d'éleveurs, dont la FNSEA, critiquent des "attaques à répétition (...) les retards de paiements observés pour le financement des moyens de protection et les indemnisations des dommages".

Demande d’accroissement des prélèvements

En 2019, 3 742 attaques ont eu lieu contre 12 451 animaux, en majorité des ovins, selon les chiffres officiels. Plus de 7,4 millions d'ovins sont présents en France, avec plus de 21 000 éleveurs ovins professionnels, selon la Fédération nationale ovine (FNO). L’État finance des dispositifs de protection dans les zones de prédation (parcs électrifiés, chiens, gardiennage par des bergers).

Bien que le loup gris soit une espèce protégée en France et en Europe, un quota est fixé chaque année autorisant à en tuer. Ce quota est actuellement de 17 à 19 % de la population estimée. En 2019, une centaine de loups ont été prélevés. La FNSEA, les Jeunes agriculteurs ou encore la FNO demandent "le droit de n'avoir aucun plafond de prélèvement" ou encore "le droit d'avoir zéro attaque sur son troupeau".

La rédaction avec AFP

 

 


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

Deforestation amazonie double en un an Greenpeace

L’Amazonie, en feu, a connu son pire mois de juin depuis 13 ans

Alors que le Brésil subit de plein fouet le Covid-19, un autre drame se déroule en fond, celui de la destruction de la forêt amazonienne. Jamais, depuis 2007, l'Institut national de recherches spatiales n'avait enregistré autant de foyers d'incendies dans cette réserve de biodiversité. Un phénomène...

Vison elevage fin pays bas

[Bonne nouvelle] Les Pays Bas mettent fin à l’élevage de vison après des cas de Covid-19 chez les animaux

Alors que plusieurs visons d'élevage néerlandais ont été contaminés par le Covid-19, transmettant probablement le virus à deux employés, les Pays-Bas ont décidé de mettre fin à l'industrie de fourrure de vison. Le pays, quatrième producteur au monde, devait y mettre un terme en 2024 mais le Covid-19...

Biodiversite istock cco

Pas de relance économique sans prise en compte de la biodiversité

Alors que la pandémie de Covid-19 bouscule l’agenda politique de la biodiversité, les entreprises ne doivent pas attendre pour agir, estime la coalition internationale Business for Nature. Dans une lettre, celle-ci enjoint les patrons à prendre en compte la nature dans leur plan de relance...

Feux de foret crime environnement

Reconnaître le crime d'écocide, est-ce vraiment la priorité ?

Les 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) souhaitent que les Français s’expriment, au cours d'un référendum, sur l'intérêt de légiférer sur le crime d’écocide pour sanctionner les atteintes graves à l'environnement. Si les parlementaires français ont rejeté à deux reprises une...