Publié le 02 octobre 2020

ENVIRONNEMENT

Massive mobilisation des entreprises et des investisseurs pour protéger la biodiversité, lors du sommet des Nations unies

Malgré l’épidémie de Covid-19, le sommet des Nations unies sur la biodiversité du 30 septembre a permis de remobiliser les troupes. En seulement quelques jours, de nouvelles coalitions ont vu le jour et d'autres se sont renforcées. L'enjeu est que l'effondrement des écosystèmes soit mesuré et traité par les acteurs avec autant de rigueur que ce qui leur est demandé pour le climat.

Biodiversite CCO pixabay
Les coalitions d’entreprises et/ou d’investisseurs se multiplient pour agir contre l'érosion de la biodiversité.
CCO

Finance for biodiversity pledge : les investisseurs se mobilisent 

Le 25 septembre, 26 institutions financières représentant 3 000 milliards de dollars d’actifs sous gestion ont signé un engagement pour préserver la biodiversité. On y trouve Alliance France, Axa Group, la Caisse des Dépôts, Mirova et une grande majorité d’acteurs européens. Les signataires souhaitent inverser la perte de la biodiversité dans les années à venir. Pour y parvenir, ils prévoient de déterminer l’impact de leurs investissements et financements sur la biodiversité et de dialoguer avec les entreprises afin de réduire leur impact négatif sur la nature. Ils s’engagent à publier un rapport sur la biodiversité d’ici 2024. 

TNFD : fédérer les acteurs autour d'un reporting transparent sur la biodiversité

Le 29 septembre, 62 acteurs financiers et des entreprises, de la Banque mondiale à Axa en passant par BP viennent de constituer un groupe de travail informel : le task TNFD (task force on nature-related financial disclosures). Officiellement lancé en 2021, il sera chargé d’avancer sur des lignes directrices pour rendre visibles les risques financiers de la perte de biodiversité. Il est calqué sur le modèle de la TCFD sur la transparence des risques financiers liés au climat. L'enjeu est de "renforcer la prise de conscience et les capacités des acteurs financiers à faire face aux défaillances du marché et du système qui contribuent à la destruction de la nature", espèrent ses initiateurs. 

Business for nature : les grandes entreprises font pression sur les États

Le 22 septembre, 560 entreprises de 54 pays, employant 9,5 millions de personnes dans tous les secteurs telles que Walmart, Microsoft, Ikea, H&M, Axa ou Mahindra Group appellent les gouvernements à agir pour lutter contre la perte de biodiversité. Un an après sa création, la coalition Business for Nature prend ainsi une nouvelle ampleur. Les entreprises appellent à "protéger, restaurer et utiliser durablement nos ressources naturelles". Elles y ont tout intérêt :  plus de 40 % de notre économie dépend des services écosystémiques (photosynthèse, matières premières, qualité de l’air…) rendus par la nature et 60% sont menacés.

Act for Nature International : les groupes français à l'international se réunissent

Le 1er octobre, Danone, Carrefour, Groupe Rocher, Maisons du Monde et d'autres entreprises ont rejoint l'alliance Act For Nature International. Destinée aux groupes français d'envergure internationale, cette coalition entre entreprises, pouvoirs publics, scientifiques et associations environnementales a l'ambition de créer une dynamique collective pour protéger, valoriser et restaurer la biodiversité, grâce notamment à l’implication de leurs patrons. Elle compte parmi les signataires originelles LVMH, Axa ou encore Vinci et bénéfice en outre du soutien de Business for Nature qui la reconnait comme l’un des "rares modèles d’engagements trans-sectoriels pouvant inspirer les entreprises, à l’échelle internationale".

Science based Targets for nature : une coalition pour établir une trajectoire basée sur la science

Le 23 septembre, une branche biodiversité de l'initiative Science Based Targets, initialement focalisée sur le climat, a été annoncée. Concrètement, des experts de plus de 65 organisations, 14 entreprises et 22 pays ont planché sur un guide destiné à aider les entreprises à évaluer, prioriser, mesurer et agir sur leurs impacts biodiversité. Prochaine étape : élaborer des objectifs portant sur tous les aspects de la nature — biodiversité, eau, terre et océans basés sur la science "avec la même rigueur et responsabilité que pour le climat" d'ici 2022.

Béatrice Héraud @beatriceheraud


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

Lephant Zimbabwe Pixabay

[Bonne nouvelle] Le Zimbabwe interdit toute exploitation minière dans les réserves naturelles

La mobilisation a payé. Le gouvernement du Zimbabwe, qui avait autorisé une société minière chinoise à explorer du charbon dans une réserve naturelle abritant plus de 45 000 éléphants a fait machine arrière. Face à la pression de l'Association des avocats environnementaux, les autorités ont même...

Carte sons des forets Timber Festival

Grâce à cette carte interactive, vous pouvez écouter les sons des forêts du monde entier

Alors que le confinement a été l'occasion pour beaucoup de redécouvrir les sons de la nature, des chants des oiseaux aux bruissements des feuilles... Une nouvelle carte interactive de sons des forêts du monde entier vous permet de replonger dans cet univers calme et apaisant. C'est l'idée des...

Petrole forage prix pixabay

Lac Tchad : les autorités souhaitent abandonner son inscription au patrimoine de l’Unesco au profit du pétrole

Selon une information révélée par le journal The Guardian, le Tchad s'apprêterait à renoncer à son inscription au Patrimoine mondial de l'Unesco afin de ne pas fermer la porte à de possibles explorations pétrolières et minières. Le lac Tchad, qui se situe aux confins de trois autres pays, le Niger,...

Biodiversite CCO pixabay

Massive mobilisation des entreprises et des investisseurs pour protéger la biodiversité, lors du sommet des Nations unies

Malgré l’épidémie de Covid-19, le sommet des Nations unies sur la biodiversité du 30 septembre a permis de remobiliser les troupes. En seulement quelques jours, de nouvelles coalitions ont vu le jour et d'autres se sont renforcées. L'enjeu est que l'effondrement des écosystèmes soit mesuré et traité...