Publié le 17 septembre 2010

ENVIRONNEMENT

Biodiversité : le WWF appelle les entreprises à agir

Année internationale de la Biodiversité oblige, les 4èmes université d'été du WWF lui sont consacrées, à travers notamment le rôle des entreprises en la matière. L'occasion de débattre de la monétarisation, des impacts économiques et de la gouvernance mondiale de la biodiversité. L'occasion également pour le WWF de présenter son étude « Les entreprises face à l'érosion de la biodiversité ».

131180_GF.png

© WWF

Ce qu'en pensent les Français

A l'initiative du WWF, l'IFOP vient de publier le baromètre « Entreprise et biodiversité », qui illustre la perception des Français quant aux actions de préservation engagées par les entreprises. 81% jugent ainsi que les entreprises ont un impact négatif sur la biodiversité, et 48% pointent l'industrie chimique comme la plus dévastatrice. Si 91% des Français estiment cependant que les entreprises peuvent jouer un rôle dans les années qui viennent en matière de protection de la biodiversité, 67% jugent leurs actions et communication actuelles comme relevant du greenwashing.

« Les entreprises ne sont pas seulement des sources de destruction de la biodiversité, elles peuvent aussi devenir des leviers incontournables pour la restaurer et la préserver. » Directrice des partenariats entreprises au WWF France, Julia Haake présentait hier la dernière étude de l'ONG « Les entreprises face à l'érosion de la biodiversité ». Le message est clair : « pour appréhender ce sujet complexe, il existe des solutions très simples, relevant souvent du bon sens. » L'étude de WWF s'adresse en effet prioritairement aux dirigeants d'entreprises et se veut un guide pratique d'aide à la décision pour limiter les impacts de chacun sur la diversité du vivant. L'ONG a analysé huit filières*, déterminant pour chacune les impacts négatifs sur la biodiversité, les enjeux et les risques que ces impacts font peser sur les entreprises et les leviers d'actions pertinents pour les limiter. Quelques exemples.

Industries : aller au-delà des études d'impact

Le WWF pointe notamment les risques liés aux activités industrielles, tant en termes de destruction des écosystèmes que de difficultés opérationnelles pour les entreprises. L'industrie extractive, les transports ou encore le secteur de la construction riment souvent avec déforestation, destruction des sols, détournement des cours d'eau, mais aussi pollution des milieux, émissions de gaz à effet de serre, prélèvements excessifs d'eau douce...
La réhabilitation des sites et la compensation écologique sont donc de plus en plus souvent intégrées dans le coût global des projets. Un surcoût forcément variable selon les propriétés des terrains et leur richesse en biodiversité. En 2004, l'Institut International de l'Aluminium estimait par exemple à 9600 euros par hectare le coût de la réhabilitation de 19 anciennes mines de bauxite à travers le monde.

Le WWF recommande donc aux industriels français d'anticiper au mieux la réglementation, notamment celles relatives aux installations classées, à l'image du cimentier Lafarge, qui a mis en place des programmes de maintien et de protection de la biodiversité dans 35% de ses carrières. Une anticipation d'autant nécessaire que le durcissement de la réglementation peut générer des pertes économiques pour les entreprises qui ne se seraient pas montrées actives.

Banques et Assurances : inciter les clients à l'investissement socialement responsable

« Si la responsabilité directe des impacts n'incombe pas aux établissements bancaires et aux sociétés d'assurance, ceux-ci peuvent néanmoins influencer l'activité de leurs entreprises clientes. » Côté secteur financier, le WWF insiste largement sur la co-responsabilité des investisseurs, et estime que le secteur « aurait tort de minimiser sa dépendance à la biodiversité et aux services écologiques qui lui sont offerts. » L'association engage donc banques et assurances à investir sur les marchés qui prennent en compte la biodiversité. Celui de la certification alimentaire (agriculture et pêche) passerait d'ailleurs de 16,9 milliards d'euros en 2006, à 161 milliards en 2050, celui du bois certifié de 4 à 40 milliards et celui de la bioprospection -inventaire des propriétés de la biodiversité, et notamment de celle des plantes - de 24 à plus de 404 millions d'euros.

Agriculture, pêche et bois : privilégier les labels et certifications

Quant secteurs aux impacts les plus directs - surtout les plus évidents - ils sont invités à recourir aux labels et certification existants, bien que certains aient pu décevoir, comme l'ont montré les récentes critiques à l'égard du label MSC pour la pêche.
Les milieux impactés par les activités agricoles, halieutiques et forestières abritent une biodiversité toujours plus fragile, comme en témoignes les nombreux exemples d'espèces menacées mentionnés dans l'étude. Julia Haake le concède, « certes, les certifications sont perfectibles, mais elles sont devenues incontournables dans la lutte contre l'érosion de la biodiversité. »

Les recommandations formulées par le WWF n'ont rien de neuf. Julia Haake le reconnaît. Mais elle ajoute que si ces leviers d'actions relèvent du bons sens, « nous n'en sommes qu'à l'état embryonnaire des pratiques qu'il faudrait mettre en place dans chaque entreprise. Or, la fenêtre de tir pour éviter une catastrophe écologique se resserre.»

*Culture et Élevage, Pêche et Aquaculture, Bois Extraction, Infrastructure et Transport, Chimie et Santé, Tourisme et Loisir, Banque et Assurance.

Anne Farthouat
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Entreprises : comment prendre en compte la biodiversité ?

La biodiversité a trouvé sa légitimité dans les stratégies d'entreprises grâce à l'émergence du concept de « services rendus par les écosystèmes ». Mais son intégration concrète suppose encore la création d'indicateurs pertinents.

Perte de biodiversité : un enjeu mieux compris dans les pays émergents

Dans un rapport publié ce 13 juillet par le TEEB, le groupe de travail sur l'économie des écosystèmes et de la biodiversité montre que les grosses sociétés devraient et pourraient mieux surveiller leur impact sur la biodiversité et les services rendus par les écosystèmes.

Biodiversité : un actif de l'entreprise ?

Face à l'urgence qu'est l'arrêt de l'érosion de la biodiversité un Fonds d'investissement pour le patrimoine naturel (FIPAN) s'apprête à être lancé. Les entreprises pourront souscrire des « actions-vie » d'un terrain donné et prendre ainsi part à la restauration d'un patrimoine menacé. Le...

Biodiversité : première initiative pour la compensation

Comment compenser les impacts des activités économiques sur la biodiversité ? La question est complexe, et l'enjeu tout aussi crucial que celui du réchauffement climatique. Premier opérateur français de cette compensation, le fonds « CDC Biodiversité » vient d'initier une démarche pilote à...

Pourquoi la sauvegarde de la biodiversité peine à mobiliser ?

2010 a été consacrée comme l'année de la biodiversité par l'ONU. Cependant, au-delà des cercles d'initiés, la protection des écosystèmes suscite peu d'enthousiasme, en comparaison avec la mobilisation que l'on trouve sur le climat. Trop complexe ? Ou peut-être aussi trop porteur d'enjeux...

Biodiversité : les entreprises encore à la traîne

Alors que 2010 est consacrée par l'ONU « année de la biodiversité», les acteurs économiques commencent à prendre conscience de l'étroite dépendance qu'ils entretiennent avec les écosystèmes. Mais les mesures prises pour préserver ce lien restent encore timides.

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

Coronavirus venise pollution Massimo Bertolini NurPhoto

Sans bateaux ni touristes, les eaux de Venise retrouvent leur clarté

Alors que l'Italie est confinée depuis le 8 mars dernier, l'absence de touristes et de bateaux de croisière à Venise se fait sentir. Les eaux de la Cité des Doges ont retrouvé leur transparence et les habitants ont remarqué des bancs de poissons dans certaines zones. Il y aura un avant et un après...

Rhinoceros noir bonne nouvelle biodiversite

En voie d’extinction, la population de rhinocéros noir repart à la hausse

C'est une augmentation faible mais elle représente une lueur d'espoir. Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) la population de rhinocéros noir, menacée d'extinction, est repartie à la hausse. La lutte contre le braconnage et les mesures de reproduction prises par les...

Chauve souris covid 19 biodiversite

Coronavirus : si nous ne préservons pas la biodiversité, les crises sanitaires vont se multiplier

La destruction des habitats naturels est à l'origine de la pandémie de coronavirus qui frappe actuellement le monde entier. Les humains n'ont eu de cesse de s'installer dans des zones toujours plus reculées, mettant à mal les écosystèmes naturels indispensables à notre survie. En détruisant la...

Drapeaux monde istock

Coronavirus : les événements climat et biodiversité reportés en cascade alors que l’année 2020 devait marquer un tournant

COP15 Biodiversité, Congrès mondial de la Nature, Convention citoyenne pour le climat … Une série d’événements cruciaux pour l’environnement sont reportés en raison de la pandémie de coronavirus. L’année 2020 devait pourtant être charnière pour le climat et la biodiversité.