Publié le 30 juin 2020

ENVIRONNEMENT

Pas de relance économique sans prise en compte de la biodiversité

Alors que la pandémie de Covid-19 bouscule l’agenda politique de la biodiversité, les entreprises ne doivent pas attendre pour agir, estime la coalition internationale Business for Nature. Dans une lettre, celle-ci enjoint les patrons à prendre en compte la nature dans leur plan de relance économique. Plusieurs ont déjà répondu à l’appel en livrant leur nouvelle stratégie, comme Unilever.

Biodiversite istock cco
Business for Nature appelle les entreprises à se pencher sur leur impact biodiversité et à donner de la voix pour défendre la nature.
@CCO

"Plus de la moitié du PIB mondial, soit 44 000 milliards de dollars, est exposé aux risques de perte de biodiversité. Avant le coronavirus, la nécessité de créer des économies et des sociétés plus résilientes était claire, elle est désormais incontournable". C’est par ses mots que la coalition internationale Business for Nature a décidé d’interpeller "tous les patrons d’entreprises, de par le monde". 

Une année charnière

Dans une lettre ouverte, celle-ci demandent aux chefs d’entreprise de prendre position pour défendre la nature, notamment auprès des dirigeants politiques qui planchent sur les plans de relance économique. "Alors que les dirigeants politiques planifient la sortie de cette crise, ils doivent entendre de la part des chefs d'entreprise qu'un monde naturel sain reste une priorité essentielle", insistent les dirigeants de 31 grandes ONG et coalitions d’entreprises, d’Epe au WWF en passant par le Shift, Science Based Targets network, We Mean Business ou le Global Compact. Protéger la nature est aussi dans l'intérêt des acteurs économiques car 40% de l’économie mondiale repose sur les services écosystémiques délivrés par la nature.

Pourtant, à mesure que la nature décline, la fenêtre de tir de l’action se réduit. "Nous sommes à un point charnière", souligne la coalition : "les matières premières et les écosystèmes qui alimentent les entreprises sont soumises à une pression intense". Il s'agit donc de ne pas rater l'opportunité offerte par l'agenda actuel comme la COP15 sur la biodiversité qui se tiendra dans quelques mois à Pékin. Les gouvernements y ont "une opportunité unique d’élaborer un traité international pour renverser la tendance, comme l’Accord de Paris en 2015 pour le climat", précise Business for Nature. Quant aux "sommes colossales mobilisées pour relancer l'économie en sortie de crise", elles sont une "opportunité historique pour amorcer la transition de notre modèle vers une meilleure prise en compte de l'environnement et de la biodiversité", souligne la Mission Économie de la Biodiversité (MEB) de la Caisse des Dépôts dans une note où elle recense une dizaine d'actions que les entreprises peuvent prendre.

Unilever met en place un fonds doté d’un milliard d’euros pour le climat et la nature

Plusieurs grandes entreprises ont déjà répondu à l’appel. C’est le cas d’Unilever (Knorr, Ben&Jerry’s ou Seventh Generation) qui annonce une série de nouveaux engagements climat et biodiversité. "Le changement climatique, la dégradation de la nature, le recul de la biodiversité, la pénurie d'eau – tous ces problèmes sont liés et nous devons les traiter de concert", déclare son patron Alan Jope. Pour atteindre ses objectifs de neutralité carbone pour tous ses produits en 2039 et d’une chaîne d’approvisionnement zéro déforestation d’ici 2023, le groupe va travailler avec des petits exploitants sur des programmes de protection et de restauration des forêts, des sols et de la biodiversité et l’accès à l’eau.

Le groupe de cosmétique Natura&Co qui détient notamment The body Shop ou Natura vient lui aussi de publier son plan mêlant action climatique, biodiversité et économie circulaire, avant L’Oréal, le 25 juin. D'autres entreprises françaises, engagées dans l'initiative Act4Nature d'Epe ont également réhaussé leurs engagements comme Axa, EDF, Kering ou Natixis. Les investisseurs, eux, restent à la traîne si l’on en croit une étude de Share Action. Selon l'ONG britannique, aucun des 75 plus grands gestionnaires d'actifs internationaux ne dispose d'une politique dédiée concernant la biodiversité.

Béatrice Héraud @BeatriceHeraud


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

2020, année cruciale pour le climat et la biodiversité

2020 sera l'année du climat mais aussi de la biodiversité. En octobre, les États du monde entier devront se fixer de nouveaux objectifs en matière de protection de la nature à la COP15 sur la biodiversité qui se tiendra en Chine. Un mois plus tard, ils se retrouveront au Royaume-Uni pour...

Les entreprises et les institutions publiques s'allient pour mieux protéger la biodiversité

2020 sera l’année de la biodiversité avec un agenda international chargé en la matière. Pour unir les forces des entreprises et des institutions publiques, deux initiatives viennent de fusionner : "Act4Nature" lancée par EpE et "Entreprises engagées pour la Nature" lancée par l'Office...

Total, SNCF, BNP... Des grandes entreprises s'engagent (enfin) sur la biodiversité

Le 10 juillet, 65 entreprises se sont engagées dans l’initiative Act4Nature. Lancée par "Entreprises pour l’environnement" (EpE) et soutenue par 20 partenaires parmi lesquels des réseaux d’entreprises, des ONG, des institutions scientifique et l’Agence française pour la biodiversité, cette...

Un One Planet Summit consacré à la biodiversité se tiendra en janvier prochain à Marseille

Le Président Emmanuel Macron entend faire de 2021 l'année de la biodiversité. Dès janvier, il va organiser un One Planet Summit dans le cadre du Congrès mondial de la nature de Marseille, pour mobiliser la communauté internationale et placer le sujet au centre de leur agenda. Ce sommet...

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

Projet navette directe Paris Charles de Gaulle CDG Express

Jugée non indispensable, la navette Charles-de-Gaulle Express ne pourra pas traverser des zones où vivent des espèces protégées

Avec la baisse du trafic aérien, due à la pandémie de Covid-19, le projet de navette directe entre Paris et l'aéroport Charles-de-Gaulle vient d'être jugé non indispensable par le tribunal administratif de Montreuil. Celui-ci vient d'annuler l'autorisation environnementale qui permettait à la ligne...

Decharge sauvage delit ecocide istock

Écocide : cinq questions pour comprendre les deux nouveaux délits envisagés par le gouvernement

Garder le cap, c’est ce que tente de faire le gouvernement face aux 150 citoyens de la Convention pour le climat (CCC). Lundi 23 novembre, Barbara Pompili, la ministre de la Transition écologique, et Éric Dupond-Moretti, ministre de la Justice, ont rencontré les citoyens de la CCC pour leur...

Incendie amazonie jour du feu greenpeace

Le Brésil met en danger la COP15 de 2021 sur la biodiversité

Un nouveau round de négociations s'est ouvert ce mercredi 25 novembre au sein de la Convention pour la diversité biologique (CDB). Il s'agit de trouver un accord tacite entre les 196 parties membres sur le budget 2021, mais le Brésil est accusé de bloquer les discussions. A défaut, le secrétariat ne...

Yukon Alaska US Fish Wildlife Service

Donald Trump tente de lancer les forages dans l’Arctique avant son départ de la Maison Blanche

Dans deux mois, Donald Trump quittera Washington. Mais il est bien décidé à laisser d’ultimes traces de son mandat. Notamment en Arctique où une procédure a été lancée pour vendre des concessions pétrolières sur des terres appartenant à l’État dans une zone protégée. Un pied de nez à Joe Biden qui a...