Publié le 03 novembre 2018

ENVIRONNEMENT

[Science] Après deux ans d’exploration, la mission Tara témoigne de la fragilité des coraux face au changement climatique

Retour au bercail pour Tara. Après deux ans et demi à explorer des récifs coralliens dans le Pacifique et à mesurer l'impact du changement climatique sur ces écosystèmes riches mais menacés, la goélette scientifique est arrivée 27 octobre samedi au port de Lorient avec des nouvelles peu rassurantes.

La mission scientifique Tara est revenu après deux années et demie de mission dans le Pacifique.
@MurielVandenbempt

Des dizaines de scientifiques ont pris place à bord du navire de 36 mètres de long au cours de son périple de plus de 100 000 kilomètres qui l'a conduit dans une quarantaine de pays, du Panama au Japon en passant par les îles Samoa, Hong Kong ou encore l'Australie. Le but de cette mission inédite, partie en mai 2016, était de parcourir l'océan Pacifique pour étudier la diversité des récifs coralliens et mieux appréhender l'impact du réchauffement climatique.

"C'est la première fois qu'on va avoir un état des lieux précis de la santé des coraux à l'échelle d'un océan entier", a souligné Stéphanie Thiébault, directrice de l'institut écologie et environnement CNRS, à Groix. "On n'a pas de résultats scientifiques" pour l'instant, "par contre on a observé beaucoup de choses", a expliqué Romain Troublé, directeur général de la fondation Tara expéditions.

"On a observé des récifs très tristes comme ceux des Samoa" avec des coraux morts, et "des récifs magnifiques", a complété Serge Planes, directeur scientifique de l'expédition, qui parle de "patchwork". Le petit atoll de l'île isolée de Ducie a par exemple souffert d'un fort blanchiment quand l'archipel de Chesterfield, lui aussi préservé d'activités humaines, présente des coraux en très bonne santé.

30 % des espèces marines

"Au global l'équilibre n'est pas catastrophique mais on est dans des systèmes très fragiles", qui peuvent vite se dégrader, a poursuivi Serge Planes. Les scientifiques disposaient de deux laboratoires à bord, un "humide", une petite cabine sur le pont, et un autre "sec" emménagé dans un coin du couloir desservant les cabines.

Les récifs coralliens ne couvrent que 0,2 % de la superficie des océans, mais réunissent environ 30 % des espèces marines connues à ce jour. Plusieurs menaces pèsent sur eux : les aménagements portuaires et touristiques, la pêche à l'explosif ou au cyanure, la pollution, des espèces invasives, le réchauffement des eaux qui entraîne leur blanchiment ou encore l'acidification des océans.

20 % des récifs sont déjà détruits, 15 % risquent de l'être d'ici à 10-20 ans. Les coraux protègent les côtes de l'érosion ou rendent des services pour la pêche, en attirant des poissons. Plus de 500 millions de personnes en dépendent.

Donner du temps

"C'est important de donner du temps aux récifs pour se reconstruire", a souligné Serge Planes. Si le réchauffement climatique ne peut pas être stoppé du jour au lendemain, "on peut demain empêcher la construction d'une digue", rappelle-t-il.

"Nous créerons une base de données" pour "comprendre ce que peuvent devenir ces écosystèmes à l'avenir", a fait savoir Patrick Wincker, directeur de recherche au CEA (Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives).

Cette même semaine, le WWF a révélé sa nouvelle étude bisannuelle "Planète vivante" sur l’état de la biodiversité. Selon cette dernière, en 40 ans, 60 % des populations d’animaux sauvages sur Terre ont disparu : poissons, mammifères, oiseaux, amphibiens et reptiles. Les espèces n’ont jamais décliné à un rythme si rapide, qui est aujourd’hui cent à mille fois supérieur que celui calculé au cours des temps géologiques", indiquent les experts. 

La Rédaction avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

One planet summit

Un One Planet Summit consacré à la biodiversité se tiendra en janvier prochain à Marseille

Le Président Emmanuel Macron entend faire de 2021 l'année de la biodiversité. Dès janvier, il va organiser un One Planet Summit dans le cadre du Congrès mondial de la nature de Marseille, pour mobiliser la communauté internationale et placer le sujet au centre de leur agenda. Ce sommet doit servir...

Abeilles bonne nouvelle

[Bonne nouvelle] Au Costa Rica, une ville donne la citoyenneté aux abeilles et plantes

Dans la banlieue de la capitale du Costa Rica, la ville de Curridabat vient de donner la citoyenneté aux pollinisateurs et aux arbres. Le but est de faire de ces espèces vivantes non humaines le cœur de la restructuration urbaine de la ville et non l'inverse. Un projet qui devrait permettre aux...

Rorqual DanielBenhaim

[Bonne Nouvelle] Quand le coronavirus protège les baleines des chasseurs

Cette année, les baleiniers islandais ne partiront pas au large pour traquer les baleines. Les entreprises estiment que les obligations de distanciation sociale et de sécurité, liées au coronavirus, ne permettront pas de mener à bien les opérations de pêche. Mais au-delà de la crise sanitaire,...

Cerf espaces sauvages JMrocek

Déconfinement : appels à protéger les animaux qui se sont réappropriés les espaces naturels

Le déconfinement de millions d'humains risque d'être dramatique pour les animaux qui se sont réappropriés des espaces désertés par l'activité humaine, avertissent l'Office national des forêts (ONF) et la Ligue de protection des oiseaux (LPO).