Publié le 19 décembre 2022

ENVIRONNEMENT

Accord de Kunming-Montréal : la COP15 s’achève sur un accord historique pour préserver la biodiversité

C'était quasi inespéré, mais les ministres de près de 200 pays ont réussi à aboutir à un accord mondial sur la biodiversité à la COP15 de Montréal. Dans la nuit de dimanche à lundi 19 décembre, ils ont adopté un nouveau cadre mondial visant à enrayer le déclin de la biodiversité d'ici à 2030. Parmi les objectifs phares, il y a la préservation de 30% des terres et des mers, une hausse des financements Nord-Sud ou encore la réduction des pesticides.

Coup de marteau COP15 Biodiversite montreal canada ministre environnement chinois Huang Runqiu ANDREJ IVANOV AFP
Huang Runqiu, le président chinois de la COP15, laisse retomber son marteau sous les applaudissements des délégués, lors de la plénière finale de la Conférence des Nations Unies sur la biodiversité (COP15) à Montréal, Canada le 19 décembre 2022.
ANDREJ IVANOV / AFP

De l’aveu de tous il y a encore quelques jours, un accord semblait peu probable et un accord ambitieux, impossible. Mais la COP15 Biodiversité, qui s’est ouverte à Montréal, au Canada, le 7 décembre, avec deux ans de retard, a fait mentir les pronostics. Présidée par la Chine, et reportée à de multiples reprises pour cause de Covid-19, elle a finalement débouché sur un nouveau cadre mondial de la biodiversité pour l’après-2020, dont le but est d’enrayer la perte de biodiversité au niveau mondial d’ici 2030, après l’échec des Objectifs d’Aichi adoptés en 2010 au Japon, dont pratiquement aucun n’a été rempli. Et cela dans les temps !

Les négociations patinaient encore samedi 17 décembre, lors de la seconde plénière. Mais la présidence chinoise, jusqu’alors critiquée pour son manque d’initiative et de transparence, a pris les devants en présentant un texte de compromis dimanche 18 décembre. Et elle a réussi l'exploit de contenter à peu près tous les camps. Alors que tout le monde avait les yeux tournés sur la finale de la Coupe du monde de football, les négociateurs de près de 200 pays étaient lancés dans un marathon diplomatique. Ils ont ferraillé toute l’après-midi et toute la nuit de dimanche pour parvenir à un accord peu après 3 heures du matin, heure de Montréal, créant la surprise. 

L'objectif de 30% des terres et des mers maintenu

Ce "pacte de paix avec la nature" appelée "Accord de Kunming-Montréal" se décline en quatre objectifs et 23 cibles. La plus emblématique d’entre elles, défendue par une coalition de plus de 110 pays dont la France, porte sur la protection de 30% des terres et des mers, au niveau global, d’ici 2030. L'objectif est bien mondial et non pas national, impliquant que certains en fassent plus que les autres, ou en fassent plus sur terre que sur mer. C’est pour beaucoup d’observateurs l'équivalent pour la biodiversité de l'objectif de l’Accord de Paris de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C. À ce jour, seules 17% des terres et 8% des mers sont protégées.

Parmi les autres mesures importantes, se trouve la réduction de moitié des risques liés aux pesticides et aux produits chimiques hautement dangereux d’ici 2030. Un long bras de fer a opposé l'Union européenne à des pays comme le Brésil, l'Inde ou l'Indonésie, Bruxelles défendant une réduction en volumes. Les pays doivent également "prévenir, réduire et travailler à l'élimination de la pollution plastique". En outre, 30% des écosystèmes terrestres et marins dégradés devront être restaurés et le taux d’introduction des espèces envahissantes devra diminuer de 50%. Le développement de l’agroécologie est également mentionné, une demande portée notamment par la France. Et les entreprises et les institutions financières sont encouragées - et non pas contraintes - à évaluer et à rendre public l’impact de leurs activités sur la biodiversité. 

Enfin, sur la question clé des financements, là-aussi les positions ont bougé à l’issue d’un long marchandage entre le Nord et le Sud. Les pays riches s’engagent à fournir 20 milliards de dollars par an d'ici 2025, puis 30 milliards de dollars par an d'ici 2030 aux pays en développement, soit le triple de l'aide internationale actuelle pour la biodiversité. La formulation choisie permet d'intégrer les États-Unis, non signataires de la Convention pour la biodiversité, et ouvre la voie à l'intégration de la Chine ou des États arabes parmi les donateurs. La COP15 approuve aussi la création d'un nouveau fonds dédié à la biodiversité au sein du Fonds mondial pour l'Environnement (FEM) et vise la réduction des subventions néfastes à la nature à hauteur de 500 milliards de dollars par an d'ici 2030.

Un mécanisme pour suivre l'évolution des engagements

"Il y a eu à Montréal un sursaut de la communauté internationale pour se mettre d’accord malgré des positions encore très éloignées il y a quelques jours. Je salue les efforts conjugués de la Chine, du Canada et de l’Union européenne qui a porté d’une seule et même voix un haut degré d’ambition", a déclaré Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires. La France regrette toutefois l’absence d’engagement chiffré sur l’augmentation de la surface des espaces naturels d’ici à 2050, des engagements insuffisants sur la protection des espèces, l’absence d’objectif chiffré pour la réduction de l’empreinte écologique ainsi que le respect des limites planétaires.

Concernant le mécanisme de suivi, absent des objectifs d’Aïchi, les États s’engagent cette fois à publier leurs plans biodiversité d’ici la COP16, qui se tiendra en Turquie en 2024. Ceux-ci seront revus régulièrement et un bilan global sera réalisé en 2026, à mi-parcours. "On a beaucoup de points d'étape qui sont prévus (tous les deux ans) dans un format commun, mais on n'aura pas vraiment le temps de demander aux gouvernements de refaire une nouvelle stratégie à 2030. Ce qui est positif toutefois, c'est que ces points d'étape sont mieux organisés et permettent un meilleur suivi de la société civile, qui pourra mettre plus de pression", analyse Sébastien Treyer, directeur général de l'Iddri.

"Cet accord mondial pour la biodiversité ne casse pas la baraque mais vient au moins sauver les meubles. Les pays se sont donné une nouvelle mission qui pourrait changer la donne en apportant à tous un cap clair pour la nature et les peuples. Pour la première fois des problèmes sont pointés du doigt - comme les pollutions des pesticides - et des solutions comme l’agroécologie sont avancées. Il faudra rester très mobilisés pour s'assurer que les pays les mettent en œuvre !", commente Pierre Cannet, directeur du plaidoyer au WWF France, présent à Montréal.

Concepcion Alvarez @conce1


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

Laboratoire scientifiques pesticides tests autorisation iStock

L’État attaqué sur la toxicité des pesticides : "Nous sommes les cobayes de l’industrie"

Nouveau recours contre l'État. Une trentaine d'organisations et 28 députés ont saisi jeudi 2 février le Conseil d'État afin d'ordonner au gouvernement de respecter la règlementation européenne en matière d'évaluation des pesticides. Celle-ci exige de prendre en compte la toxicité de l'ensemble des...

Exploitation fonds marins moratoire Campagne Serpentine 2007 IFREMER VICTOR

La France, porte-voix d’un moratoire contre l’exploitation des fonds marins dans les eaux internationales

Mardi 17 janvier, les députés ont adopté à la majorité absolue une résolution visant à défendre un moratoire contre l’exploitation des fonds marins dans les eaux internationales. Une activité qui n’est pas aujourd’hui réglementée et qui fait l’objet d’un vif intérêt en raison des métaux contenus...

SEBASTIEN BOZONAFP

Insécurité, alcoolémie, accident... Le plan chasse tire à côté

Après plusieurs mois de débat, le gouvernement a annoncé une série de quatorze mesures visant à sécuriser la pratique de la chasse. Formation, contrôle d’alcoolémie, application mobile… Le plan dévoilé par la secrétaire d’État à l’Écologie satisfait les chasseurs mais peine à convaincre les...

Starling Indonesie

Déforestation, pollutions, fuites de méthane... Les satellites au secours de l'environnement

Les progrès en intelligence artificielle ont dopé la puissance des technologies satellites, ouvrant de nombreuses perspectives pour la protection de l'environnement. Lutte contre la déforestation, détection des fuites de méthane, identification des décharges illégales... Les entreprises ont à...