Publié le 03 mars 2018

ENVIRONNEMENT

[VIDEO] Salon de l'agriculture : 10 jours de stress pour les animaux

Pendant 10 jours des centaines d'animaux ont été soumis à rude épreuve. Cris, caresses, flashs, mégaphones... 600 000 visiteurs vont défiler au Salon de l'agriculture. Du foin à volonté à la paille changée tous les jours, chaque agriculteur a sa technique pour limiter le stress de ses bêtes. 

Le Salon de l'Agriculture a commencé le 24 février et terminera le 4 mars.

Il n'y a pas que les exposants et les participants aux différents concours organisés lors du Salon de l'agriculture qui sont stressés. Les premiers concernés, les animaux, le sont tout autant, voire davantage. Pendant 10 jours, 1 % de la population française va parcourir les allées de la Porte de Versailles. Et même si des panneaux "Défense de toucher aux animaux" sont accrochés sur quelques enclos, vous n'empêcherez pas les passants de venir les caresser.

"10 jours, c'est trop long"

Quelques animaux essayent d'éviter les contacts et se mettent au milieu des enclos quand ils sont assez grands pour ne pas être atteint par une main tendue. En témoignent ces trois cochonnets allongés et serrés au milieu de leurs grand espace. "Cela signifie qu'ils veulent dormir", glisse un éleveur. Mais là encore, difficile de s'assoupir, le bruit et le flash des photos perturbent leur sommeil. "Effectivement, c'est stressant pour eux", témoigne Morane Cassotti, éleveuse de moutons charolais, "c'est surtout très long, 10 jours".

Les organisateurs ont d'ailleurs limité le nombre d'animaux par enclos, pour leur permettre de se coucher et de bouger sans contrainte. "On change la paille tous les jours, on leur met de l'eau propre et du foin à volonté pour qu'ils puissent être au mieux", raconte Morane Cassotti. Certains chevaux ont même écouté pendant un mois le bruit du salon pour s'habituer au stress qu'il génère.

Sélectionner les animaux les plus sociables 

"Bien sûr c'est toujours un peu stressant mais c'est comme si vous partiez à un examen, que vous changiez de lieu et d'habitude", explique Christophe Pelcat, producteur de lait dans l'Eure. L'éleveur présente une de ses vaches fétiches à plusieurs concours. "Le premier est une source de stress parce qu'il y a le transport et le dépaysement mais après elle s'habitue", affirme-t-il.

D'autres ont sélectionné les animaux les plus sociables de leur ferme. C'est le cas de Brigitte Desfroges, éleveuse de lapins, poules, pigeons ou encore faisans. Sur la table, face à elle, un petit lapin gambade. Cet aimant à câlins n'est pas gêné d'être touché à longueur de journée, assure l'éleveuse. "On l'a choisi parce qu'il n'est pas farouche, il aime le contact humain. Par contre avec ceux qui sont dans les cages, on fait attention", admet-elle.

Le jeu en vaut-il la chandelle ? Pour ces éleveurs et agriculteurs, le salon est l'occasion d'aller à la rencontre du grand public et de mettre en avant leurs bonnes pratiques. "On veut aussi leur montrer ce qu'on fait vraiment, ce n'est pas qu'une vitrine", se défend Christophe Pelcat. C'est aussi l'occasion pour les exploitants de signer des contrats. En 2017, 33% des visiteurs professionnels avaient passé commande lors de l'évènement.

Marina Fabre @fabre_marina


© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles