Publié le 26 janvier 2018

ENVIRONNEMENT

Vœux à l'agriculture : Macron rappelle à l'ordre les distributeurs et nuance ses engagements sur le glyphosate

Emmanuel Macron, lors de ses vœux au monde agricole jeudi 25 janvier, a reconnu que plusieurs distributeurs ne respectaient pas leurs engagements pris lors des États généraux de l'alimentation. Il a menacé de divulguer leur nom. Parallèlement, le Président, qui s'était engagé à sortir sous trois ans du glyphosate, a annoncé que pour les "10 %" d'agriculteurs qui ne trouvaient pas d'alternative crédible au désherbant, des dérogations étaient possibles.

Le Président s'est rendu, le 25 janvier, en Auvergne, pour présenter ses vœux au monde agricole.
©Elysée

Cela faisait des années qu’un Président de la République n’avait pas adressé ses vœux au monde agricole. "La première fois dans l’histoire récente", souligne même l’Élysée. Emmanuel Macron, jeudi 25 janvier, a voulu renouer les liens avec un secteur en crise. Souvent accusé de mépriser les paysans, le Président, après son discours au Forum économique mondial de Davos, a filé directement en Auvergne pour un déplacement de deux jours.

Symboliquement, il a choisi de rendre visite à une exploitation laitière, filière particulièrement souffrante, surtout depuis l’affaire du lait infantile Lactalis contaminé aux salmonelles. Le Président a été clair : "Il n’y aura aucune tolérance de l’État" sur ce sujet. 

Macron va dénoncer les distributeurs qui ne respectent pas leurs engagements

Sur les négociations commerciales en cours, le chef de l’État était très attendu par les agriculteurs. Plusieurs syndicats agricoles, dont le principal, la FNSEA, alertent depuis plusieurs semaines des tensions qui y règnent, accusant les distributeurs de ne pas respecter leurs engagements. Ces deniers ont en effet signé une charte dans laquelle ils promettent que, désormais, le prix de vente sera construit à partir du coût de production et non l’inverse.

Cette charte "n’est pas respectée", a reconnu Emmanuel Macron. "J’appelle les distributeurs à la responsabilité". Le Président, comme il l’avait déjà évoqué à de multiples reprises, n’hésitera pas à dégainer l’arme du name and shame. "S’il n’y a pas de changement dans les dernières semaines de négociations, nous dirons aux consommateurs citoyens français qui fait quoi", a-t-il prévenu.

Il doit par ailleurs présenter le projet de loi issu des États généraux de l’alimentation mercredi 31 janvier en conseil des Ministres. Rappelons qu’au-delà du renversement de la construction du prix, ce projet prévoit d’encadrer les promotions commerciales et d’augmenter le seuil de relèvement à perte. 

Des alternatives crédibles au glyphosate

Enfin, sur le volet environnemental, Emmanuel Macron a estimé que "le secteur agricole a un impact sur l’environnement et les agriculteurs sont les premières victimes des dérèglements climatiques (…). Je souhaite que l’on mette ce combat pour la planète au cœur de notre modèle productif".

À ce sujet, le Président a souhaité "accompagner la transformation" des agriculteurs vers la fin du glyphosate. La France s’est en effet engagée à sortir du glyphosate, ce désherbant que l’on retrouve dans le Roundup, le produit phare de Monsanto, sous 3 ans. Mais Emmanuel Macron a quelque peu nuancé cet engagement.

"Les solutions existent pour 90 % des surfaces", a-t-il souligné, mais "on ne peut pas laisser un agriculteur sans solution. (…) Pour les impasses restantes, notamment pour l’agriculture de conservation des sols ou les cultures en pente, nous mobiliserons la recherche pour trouver des alternatives avec un principe simple : je n’imposerai jamais une sortie s’il n’y a pas d’alternative crédible"

Marina Fabre @fabre_marina


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Etats généraux de l’alimentation : une loi pour mieux rémunérer les agriculteurs

Dans un discours très attendu visant à augmenter le revenu des paysans en crise, le Président de la République a annoncé mercredi une loi pour rééquilibrer les contrats commerciaux entre agriculteurs et distributeurs. A condition qu'ils réorganisent leurs filières de production.  

Le pouvoir des agriculteurs sort renforcé des États généraux de l'alimentation

Les États généraux de l'alimentation, se sont terminés jeudi 21 décembre. Ont-ils joué leur rôle ? Les graines ont en tout cas été semées. Désormais le prix de vente sera construit à partir du coût de production, les agriculteurs proposeront eux-mêmes leurs contrats aux distributeurs, et...

Traçabilité, bio, gaspillage alimentaire... De trop faibles avancées pendant les États généraux de l'alimentation

Lors des États généraux de l'alimentation, l'urgence d'une meilleure rémunération des agriculteurs a un peu relégué au second plan la volonté d'une alimentation saine, durable, accessible à tous et qui réponde aux attentes des consommateurs. Le ministre de la Transition écologique, Nicolas...

Après le revirement de l'Allemagne, le glyphosate est renouvelé pour 5 ans dans l'Union européenne... contre l'avis de la France

Contre toute attente, les États membres ont approuvé à la majorité une autorisation pour cinq ans en Europe du désherbant glyphosate. La France, comme elle l'avait annoncé, s'y est opposée. Mais l'Allemagne, habituellement abstentionniste, a fait pencher la balance en approuvant le...

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Terre terre ferme urbaine agroecologie agriculture

À la découverte de Terre Terre, la ferme qui remet le vivant (et le collectif) au cœur de la ville

Au pied des immeubles d’Aubervilliers, Terre Terre fait le bonheur des jardiniers amateurs. Cette "ferme urbaine à partager" met à disposition des potagers et un jardin collectif pour sensibiliser les habitants à l’agroécologie. Prêts à mettre les mains dans la terre ? On vous emmène.

Elevage poules pixabay stux

Poules réformées, lait en poudre… la France exporte toujours plus de produits animaux élevés à bas coûts

La France est le premier exportateur européen de lait en poudre écrémé et un acteur majeur des poulets congelés à destination des pays du Sud, constate une étude de trois ONG. Subventionnées par la PAC (Politique Agricole Commune) et orchestrée par une poignée d’industriels, cette stratégie...

Sri lanka palais assiege AFP

Le Sri Lanka est-il en faillite à cause de son passage à une agriculture 100 % bio ?

Le Sri Lanka est plongé dans une crise économique et politique sans précédent. Faute de devises, l'île ne peut plus importer de produits de première nécessité, intensifiant le risque de famine. Si la décision brutale du Président d'interdire, du jour au lendemain, l'importation d'engrais et produits...

Documentaire ARTE insecticide

Sur Arte, un documentaire choc : "Insecticide, comment l’agrochimie a tué les insectes"

Le silence. Ce sont tous ces bourdonnements que l’on n’entend plus, alors que 75 % des insectes ont disparu en Europe depuis 30 ans en raison de l’utilisation massive d’insecticides. Basé sur une enquête du journaliste du Monde Stéphane Foucart, un nouveau documentaire décrypte les méthodes des...