Publié le 21 mai 2020

ENVIRONNEMENT

Créer une sécurité sociale de l'alimentation alors qu'un Français sur cinq souffre d'insécurité alimentaire

Plusieurs organisations dont Ingénieurs sans frontière et la Confédération paysanne militent pour étendre la sécurité sociale à l'alimentation. Cela permettrait à des millions de Français de se nourrir correctement et aux agriculteurs, conventionnés par cette Sécurité sociale selon des critères environnementaux, de s'assurer une clientèle. Un vrai levier de transition écologique et sociale.

Crise alimentaire france
La demande de dons alimentaires a explosé avec la crise sanitaire et le confinement.
LAURENT PERPIGNA IBAN / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP

C’est une des images de la crise sanitaire. À Clichy Sous-Bois, un journaliste du Monde a photographié une file d’attente interminable devant une association locale de dons alimentaires. Partout en France, les associations spécialisées évoquent un boom de la demande d'aide.

Les plus pauvres sont les premiers touchés par la crise. En temps normal, ils sont déjà 5,5 millions à bénéficier de l’aide alimentaire. Un Français sur cinq serait même en insécurité alimentaire. Pour remédier à ce système à bout de souffle, plusieurs associations, dont le réseau des AMAP, la Confédération paysanne, le groupe Ingénieurs sans frontière Agrista et le Réseau Salariat proposent de créer une sécurité sociale de l’alimentation. 

Considérer les producteurs comme des médecins

"En France, après la seconde guerre mondiale, la santé est devenue un droit avec un accès universel, c’est assez extraordinaire", constate Emmanuel Marie membre du comité national de la Confédération paysanne qui espère étendre ce principe à l’alimentation. "Il faut retrouver notre droit à l’alimentation", martèle-t-il. Le mécanisme étudié depuis plusieurs années par les associations, consiste à mettre en place une cotisation qui permettrait de distribuer à chaque personne 150 euros par mois. Ce budget serait matérialisé par une carte d’assurance alimentaire, calqué sur le modèle de la carte Vitale.

Surtout, cette proposition pourrait être un "levier de la transition écologique et sociale", explique Mathieu Dalmais, agronome et membre de l’association d’ingénieurs Agrista. Car, pour dépenser leurs 150 euros, les consommateurs devront obligatoirement choisir des produits conventionnés par la Sécurité sociale de l’alimentation, et les critères seraient à la fois environnementaux avec des enjeux de saisonnalité, de localité, et également sociaux et économiques avec un prix rémunérateur et un statut pour les producteurs. "Certes les prix seraient encadrés mais cela assurerait une clientèle aux producteurs", estime Emmanuel Marie. "Comme les médecins qui sont conventionnés en secteur 1. Mon rêve c’est que le paysan soit considéré, socialement, comme un médecin de ville", ajoute-t-il.

"On parle de nouveaux acquis"

Cette Sécurité sociale alimentaire permettrait donc de résoudre deux problèmes majeurs dans notre société : le faible revenu des agriculteurs et l’insécurité alimentaire de millions de Français. Et le Covid-19, considéré comme une guerre par Emmanuel Macron, pourrait être le moment idéal à sa mise en place comme le fut la Seconde guerre mondiale pour la sécurité sociale liée à la santé. 

Reste que les obstacles sont encore nombreux. Il faudrait déjà convaincre les citoyens de l’utilité de ces nouvelles cotisations. La proposition fait en tout cas son chemin en politique. La France Insoumise a lancé un débat avec les initiateurs de cette proposition. Et le nouveau groupe Ecologie, démocratie et solidarité, qui vient de faire perdre sa majorité à l'Assemblée à En Marche, a déjà évoqué l'idée de mettre en place une Sécurité sociale de l'alimentation sans plus de détails.

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Neonicotinoides abeilles pixabay

Néonicotinoïdes : la France se résigne à ne plus autoriser ces pesticides "tueurs d'abeilles"

C'est une victoire de taille pour les associations écologistes. Par la voix de son ministre de l'Agriculture, le gouvernement a annoncé qu'il renonçait à prolonger, pour la troisième année consécutive, les dérogations d'utilisations des néonicotinoïdes pour la filière betterave. Le gouvernement a dû...

Chlordecone manifestation avril 2021 LIONEL CHAMOISEAU AFP

Non-lieu dans le scandale sanitaire du chlordécone : "On est en colère, on veut des coupables"

La justice vient d'ordonner un non-lieu dans l'affaire du chlordécone, cet insecticide qui a empoisonné le sol de Guadeloupe et Martinique pendant des décennies. Alors que le taux de cancer de la prostate est parmi le plus élevé au monde dans ces îles, les juges ont reconnu un "scandale sanitaire"...

Elevage poules pixabay stux

La grippe aviaire dévaste les élevages de volailles, sans que le modèle intensif ne soit remis en cause

L’année 2022 aura connu l’épidémie de grippe aviaire la plus dévastatrice de l’histoire, selon un rapport de trois autorités européennes. Plus de 50 millions de volailles ont été abattues pour tenter d’endiguer le virus, sans succès. Les stratégies publiques consistant à abattre les animaux infectés...

Terre terre ferme urbaine agroecologie agriculture

À la découverte de Terre Terre, la ferme qui remet le vivant (et le collectif) au cœur de la ville

Au pied des immeubles d’Aubervilliers, Terre Terre fait le bonheur des jardiniers amateurs. Cette "ferme urbaine à partager" met à disposition des potagers et un jardin collectif pour sensibiliser les habitants à l’agroécologie. Prêts à mettre les mains dans la terre ? On vous emmène.