Publié le 19 juin 2019

ENVIRONNEMENT

Le manque de maïs attendu mondialement dès 2020 illustre l’impact systémique du changement climatique

Le Midwest américain a les pieds dans l’eau. Ces inondations, qui risquent de devenir la norme face au réchauffement, empêchent les agriculteurs de semer le maïs. D’ores et déjà, le gouvernement américain prévoit une production en recul de presque 10 % cette année. Un impact considérable sur l’offre mondiale de cette céréale qui va renchérir toute l’alimentation mondiale.

Depuis mars 2019, le Midwest américain a connu de fortes inondations retardant considérablement les semis de maïs.
@ScottOlson/GettyImage/NorthAmerica/AFP

Souvent les catastrophes liées au changement climatique apparaissent assez localisées. Une vague de chaleur en Inde due au retard de la mousson, des pertes massives de glace au niveau des pôles, une tempête sur les vignobles dans le sud-est de la France… Ces événements ont un impact important mais il est difficile de sentir leur influence globale. Pour la première fois, un aléa climatique aux États-Unis pourrait nous prouver à tous directement l’effet systémique du réchauffement planétaire… en nous touchant au porte-monnaie.

En ce mois de juin, les agriculteurs américains devraient être massivement occupés à finir de semer les immenses plantations de maïs dans les États de la Corn Belt (la ceinture du maïs), en particulier dans l’Illinois, l’Iowa et le Nebraska. Mais au 2 juin, selon l’administration américaine, seuls 67 % des champs avaient été plantés contre 99 % en temps normal. Un taux faible dû aux massives inondations qui touchent le Midwest américain depuis plusieurs mois. Or le temps des semis est arrivé à son terme.

Baisse de l’offre mondiale

Selon l’administration américaine, la baisse de production de maïs domestique devrait se situer aux alentours de 9 % sur la saison 2019-2020. Or les États-Unis étant le premier producteur et premier exportateur mondial de maïs, cela signifie que 3 à 5 % de l’offre mondiale va disparaître selon une étude de l’Université de l’Illinois. Le premier impact a été une forte hausse des cours du maïs qui ont grimpé de 24 % en mai. Et les auteurs de l’étude prévoient encore 36 à 52 % de hausse.

Mais cette flambée des prix est la partie émergée de l’iceberg. "Le maïs est une denrée largement utilisée dans l'alimentation animale, cette hausse des prix risque de faire augmenter les coûts de production des éleveurs - avec à la clé une hausse des prix pour les consommateurs, notamment sur la viande, les produits laitiers et les œufs", et ce sur toute la planète rapporte l’European Climate Foundation.

Nouvelle normalité

Et il ne devrait pas s’agir d’un épiphénomène. Cité par le Financial Times, Eugene Takle, professeur à l’université d’Iowa, qualifie ces pluies qui affectent la production de maïs de "nouvelle normalité". Il ajoute : "Nous savons très bien ce qui se passe, pourquoi cela se produit et nous en connaissons les causes. Très brièvement, cela commence par le réchauffement de la planète".

Le gouvernement américain, malgré le climato-scepticisme du patron de la Maison blanche, semble s’aligner sur cette vision. Dans sa dernière évaluation climatique, il décrit ces fortes pluies dans le Midwest américain comme une tendance qui va s’accentuer jusqu’à la moitié du siècle et va "réduire encore le nombre de journées dans la saison de plantation en raison de la saturation en eau du sol".

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Pas d’avantage fiscal pour l’huile de palme : le business model de la Mède de Total remis en question

Total va-t-il continuer d'importer de l'huile de palme pour faire tourner sa bio-raffinerie de la Mède ? Le Conseil constitutionnel vient de rejeter un recours du groupe pétrolier et valide ainsi la suppression d'une exonération fiscale pour les biocarburants à base d'huile de palme. Une décision...

L agriculture en berne incendie usine lubrizol LOU BENOIST AFP

Lubrizol : le cauchemar des agriculteurs se prolonge dix jours après l’incendie

Il y a dix jours, une "marée noire" survolait le ciel de Rouen et ses alentours à la suite de l'incendie de l'usine de produits chimiques Lubrizol. Depuis, les agriculteurs ont interdiction de vendre leurs récoltes et les éleveurs doivent jeter des millions de litres de lait. Les pertes financières...

Films crise agricole

Du film "Au nom de la Terre" à "Tout est possible", la crise agricole n’est pas une fatalité

Il y a d’un côté cet agriculteur épuisé, surendetté, qui décide d’en finir en buvant des litres de glyphosate et de fipronil. Et de l’autre ce couple de citadins qui se lance dans la création d’une ferme agroécologique et qui, loin de tout angélisme, vont découvrir que la nature ne se dompte pas....

L agriculture en berne incendie usine lubrizol LOU BENOIST AFP

Usine Lubrizol : une "marée noire" tombée du ciel qui inquiète les agriculteurs

Les bêtes et les sols sont-ils pollués ? Après le grave incendie de l'usine chimique Lubrizol à Rouen, la préfecture de Seine-Maritime a gelé la récolte des agriculteurs au nom du principe de précaution. Certains éleveurs doivent jeter des centaines de litres de lait, denrée périssable. Le manque à...