Publié le 27 février 2019

ENVIRONNEMENT

[Salon de l'agriculture] Les aides européennes enrichissent les grosses exploitations, au détriment des plus petites

La Politique agricole commune (PAC) soutient une agriculture productiviste. Selon un nouveau rapport de la Cour des comptes, la répartition des aides agricoles est même "facteur de fortes inégalités". Les grosses exploitations, aux activités les plus rentables, reçoivent davantage de subventions que les plus petites. À l'occasion du salon de l'agriculture, Novethic vous propose, toute la semaine, une série dédiée à ce secteur prépondérant en France. 

En 2008 et 2015, la France a reçu, par an, 7,8 milliards d'euros de la PAC.
©CC0

La répartition française des aides européennes aux agriculteurs favorise de "fortes inégalités" entre les exploitations, accuse la Cour des comptes dans un référé rendu public ce jeudi 10 janvier. L’institution a observé l’évolution de la répartition des aides directes du fonds européen agricole de garantie (FEAGA). Ce fonds, qui constitue l’essentiel de la politique agricole commune (PAC), a représenté en moyenne 7,8 milliards d’euros par an en moyenne de 2008 à 2015 pour la France.

Or, "10 % des bénéficiaires (33 000 exploitants) ont perçu moins de 128 euros par hectare d’aides directes découplées (droits à paiement de base), alors qu’à l’autre extrémité, (..) 10 % des bénéficiaires ont perçu plus de 315 euros par hectares".

La PAC, "facteur de fortes inégalités"

"Le mode de répartition de ces aides, facteur de fortes inégalités, n’a plus de justification pertinente", estime la Cour, et "les effets de ces aides sont, au mieux, incertains, que ce soit au regard du revenu des agriculteurs, de l’économie des exploitations ou de l’environnement", ajoute-t-elle dans ce document adressé au ministre de l’Agriculture.

Selon l’institution, ces écarts, "fondés sur des situations historiques révolues", sont "l’héritage de situations historiques qui ont été cristallisées en 2006 sur la base des montants moyens des déclarations PAC des années 2000 à 2002". Elle ajoute que les modalités de répartition de ces aides "avantagent les grandes exploitations et celles dont les activités sont les plus rentables".

Une refonte de la PAC va bientôt commencer

Ces critiques sont portées depuis longtemps par plusieurs syndicats agricoles. "L’État, donc les citoyens, versent des subventions aux gros producteurs céréaliers à travers la PAC alors même qu’on doit changer de modèle agricole", dénonce Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération paysanne. Ce syndicat milite pour la création d’un soutien spécifique aux petites fermes et une meilleure répartition entre le pilier 1 de la PAC, destiné aux grosses exploitations conventionnelles et le pilier 2 regroupant les petits exploitants et les producteurs bio.

La PAC doit subir une refonte pour l’édition 2021-2027, les syndicats agricoles essaieront alors de faire valoir leurs revendications. Reste que l’enjeu le plus discuté sera certainement celui montant des subventions dont la France est le premier pays bénéficiaire. Bruxelles a déjà annoncé une baisse de 5 % du budget. 

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Champs de colza abeille rentabilite

[Science] Dans les champs de colza, les abeilles sont plus rentables que les pesticides

Pour gagner plus, mieux vaut miser sur les abeilles. Des chercheurs de l'INRA et du CNRS viennent de publier une étude dans laquelle ils affirment que miser sur les pollinisateurs pour accroître les rendements dans les champs de colza est plus rentable économiquement que d'utiliser des pesticides...

Poussins broyes vivants interdiction

En 2021, les poussins mâles ne seront plus broyés vivants, promet le gouvernement

Ils sont plus de 50 millions à subir ce sort chaque année. Les poussins mâles, trop peu rentables, sont broyés, gazés et même jetés, agonisants, dans des sacs-poubelles. Le gouvernement entend mettre fin à cette pratique d'ici 2021, d'autant que des alternatives existent. Cette mesure est l'occasion...

L’agriculture française n’est pas prête à encaisser les coûts élevés liés à la suppression du glyphosate, alertent des parlementaires

Un rapport parlementaire, qui doit être rendu public cette semaine, tire le signal d’alarme sur l’interdiction du glyphosate. À un peu plus d’un an de son interdiction, le gouvernement doit clarifier qui sera concerné par cette disposition car la viabilité de plusieurs activités serait remise en...

Loi alimentation echec agriculteur

La loi alimentation, "un chèque en bois" pour les producteurs, un "chèque en blanc" pour les distributeurs

La loi alimentation cumule les échecs. Un an après sa publication, un rapport sénatorial liste les effets pervers de ses mesures phares, notamment sur les PME. Alors que l'objectif était de mieux rémunérer les agriculteurs, ce sont les distributeurs qui semblent en profiter. L'expérimentation doit...