Publié le 18 juin 2020

ENVIRONNEMENT

Traces de pesticides dans l’eau du robinet : sans harmonisation, pas de lutte efficace

L'association Générations futures vient de publier un nouveau rapport dans lequel elle révèle la présence de traces de pesticides et de perturbateurs endocriniens présumés dans l'eau du robinet. Si ces résidus sont inquiétants pour l'association, c'est surtout le manque d'harmonisation entre les départements qui pose problème. Ainsi dans l’Aisne ce sont 10,5 pesticides qui sont analysés en moyenne par l'Agence régionale de santé contre 590 dans le Var, biaisant considérablement les résultats.

Eau du robinet pesticides
Parmi les dix molécules les plus quantifiées, sept sont interdites depuis les années 2000.
CC0

L'eau du robinet contient des traces de pesticides et de perturbateurs endocriniens présumés, a dénoncé dans un nouveau rapport publié le 17 juin Générations futures. L’association a épluché les analyses effectuées par les Agences régionales de Santé (ARS), qui contrôlent la qualité de l'eau du robinet. "Le ministère de la Santé communique chaque année au sujet des situations de dépassement de norme pour l'eau potable. Nous voulions aller voir la nature des molécules, si elle est préoccupante ou pas", explique à l'AFP François Veillerette, président de l'association.

Générations futures s'est concentré sur des molécules au "caractère cancérogène, mutagène ou reprotoxique (CMR)" et "potentiel perturbateur endocrinien (PE)" selon la classification de l'Union européenne et la base TEDX pour les PE, considérée par l'association comme la plus complète, en l'absence de liste officielle. L’association a retenu 8 835 analyses "ayant révélé la présence d’au moins un résidu de pesticide au-delà des limites de quantifications", sur environ 273 500 prélèvements au total.

Sept molécules retrouvées interdites depuis vingt ans

Il en ressort "15 990 quantifications de pesticides", dont 38,5 % sont des CMR, 56,8 % des perturbateurs endocriniens suspectés, selon Générations futures. Si les autorités attestent que ces résultats ne remettent pas en cause la qualité de l’eau puisque les limites de qualité réglementaires sont respectées, Générations futures considère la présence de ces résidus comme préoccupante. Parmi les dix molécules les plus quantifiées, sept sont interdites depuis les années 2000, dont le métolachlore et l'atrazine, des herbicides, ou encore l'oxadixyl, un fongicide. 

Pour les industriels de la chimie, représentés par le syndicat professionnel des fabricants de produits phytopharmaceutiques (UIPP), la détection des traces de pesticides "ne préjuge en rien du risque", pour les consommateurs. L'ONG suédoise ChemSec vient cependant de publier le ChemScore qui note 35 industriels de la chimie en fonction des substances dangereuses contenues dans leur portefeuille de produits. Seuls trois sur les 35 obtiennent la moyenne.

Impossibilité de comparer les départements entre eux 

Mais c’est surtout l’impossibilité de comparer les départements entre eux qui pose problème. L’association prend l’exemple du département de l’Aisne dans lequel neuf résidus quantifiés ont été trouvés dans les analyses par rapport à celui de l’Oise où le nombre monte à 252. Or, les deux départements ont le même type d’agriculture et sont très proches. "Le choix de molécules à analyser est très différent d’un département à l’autre et donne sans doute des résultats faussement rassurants pour certains départements", ajoute l’association.

Ainsi dans l’Aisne ce sont 10,5 pesticides qui sont analysés en moyenne contre 590 dans le Var. Générations futures milite donc pour une approche "harmonisée et transparente" tant au niveau des méthodes d’analyses que du choix des molécules analysées "pour avoir une vision correcte de la réalité de la pollution de l’eau du robinet par les pesticides partout en France". 

Cela permettrait de lutter plus efficacement contre l'utilisation des pesticides. Rappelons que la France a lancé plusieurs plans appelés Ecophyto pour réduire la consommation des produits phytosanitaires dans l'agriculture mais ils se sont tous soldés par des échecs. Cette consommation a augmenté de 21 % en 2018 quand elle était censée diminuer de moitié en dix ans malgré 400 millions d'euros mis sur la table. 

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Bien etre animal poulet

Des grands patrons de la tech, dont Xavier Niel, souhaitent un référendum sur la maltraitance animale

Plusieurs grands patrons de la tech, comme Xavier Niel de Free et Marc Simonci de Meetic, soutiennent le lancement, avec plusieurs personnalités, journalistes et associations, comme L214, d'un Référendum d'initiative partagée (RIP) sur la cause animale. Interdiction de l'élevage en cage,...

Anne Hidalgo Audrey Pulvar JOEL SAGET AFP

À Paris, Audrey Pulvar, nommée en charge de l’alimentation durable et l’agriculture, suscite (à tort) la polémique

La maire de Paris fraîchement réélue Anne Hidalgo vient de nommer l'ancienne journaliste et présidente de la Fondation pour la Nature et l'Homme Audrey Pulvar adjointe en charge de l’alimentation durable, de l’agriculture et des circuits-courts. Un portefeuille moqué sur les réseaux sociaux alors...

Semences paysanne vente amateur

La France autorise la vente des semences paysannes mais la Commission européenne s'y oppose

Une nouvelle loi permet désormais de vendre des semences paysannes aux jardiniers amateurs. Jusqu'ici, toutes les semences autorisées à la commercialisation devaient être inscrites au cahier officiel selon des critères répondant surtout à l'agriculture intensive. Cette nouvelle est un "grand pas...

Eau du robinet pesticides

Traces de pesticides dans l’eau du robinet : sans harmonisation, pas de lutte efficace

L'association Générations futures vient de publier un nouveau rapport dans lequel elle révèle la présence de traces de pesticides et de perturbateurs endocriniens présumés dans l'eau du robinet. Si ces résidus sont inquiétants pour l'association, c'est surtout le manque d'harmonisation entre les...