Publié le 05 janvier 2019

ENVIRONNEMENT

[Science] Aux États-Unis, un OGM vise à "réinventer" la photosynthèse pour améliorer les rendements agricoles

Le processus de photosynthèse chez les plantes est nécessaire à leur croissance mais elle produit aussi des toxiques que la plante doit éliminer. Afin d’améliorer la production agricole, des chercheurs ont employé des techniques de modification génétique pour court-circuiter ce processus naturel. Selon cette recherche américaine, c’est une solution pour aller au-delà de l’utilisation d’engrais qui atteint ses limites.

Aux États-Unis, un champs de tabac a été modifié génétiquement pour modifier le processus de la photosynthèse.
@CC0

Dans des résultats publiés jeudi 3 janvier dans la revue Science, des chercheurs de l'Institut de biologie génomique de l'Université de l'Illinois affirment avoir réussi à augmenter jusqu'à 40 % le rendement de plants de tabac dans un champ expérimental, grâce à ce qu'ils appellent un court-circuit ou un piratage génétique. Il s'agit d'un organisme génétiquement modifié (OGM).

Le but final n'est pas de produire plus de tabac, mais d'appliquer un jour cette manipulation génétique à du blé ou du soja, afin de répondre à l'appétit croissant de l'humanité. Leurs travaux, dans le cadre d'un projet international, sont financés, entre autres, par la fondation philanthropique de Bill et Melinda Gates et le gouvernement britannique.

Les agriculteurs sont à peu près arrivés au bout des avantages procurés par les engrais, les pesticides ou les techniques agricoles, pour maximiser le rendement d'une culture. Les chercheurs ont voulu employer les méthodes de modifications génétiques pour aller repenser la machinerie même des plantes en modifiant le processus même de la photosynthèse.

ADN d’algue verte

La photosynthèse permet aux plantes de produire des glucides à partir de l'eau et du gaz carbonique (CO2) de l'air, sous l'action de la lumière solaire. Une enzyme baptisée Rubisco agit pour "fixer" le carbone dans la plante. C'est ce qui lui permet de croître.

Mais cette même enzyme fixe aussi dans une moindre mesure l'oxygène... ce qui produit des molécules toxiques, que la plante dépense une énergie considérable à éliminer. Ce processus concurrent de la photosynthèse s'appelle la photorespiration.

Les chercheurs de l'Illinois ont implanté une portion d'ADN d'algue verte dans les cellules de tabac pour créer une sorte de raccourci biologique... permettant à la plante de réaliser la photorespiration plus vite. "La plante peut consacrer cette énergie à sa croissance, au lieu de l'utiliser pour métaboliser ces molécules toxiques", explique à l'AFP Donald Ort, l'auteur principal de l'expérience.

De nombreux échecs

L'étude est importante car c'est la première fois que cette technique, débattue depuis des années, produit une telle hausse du rendement, dans un champ ouvert et non simplement en laboratoire. D'autres techniques avaient tenté de limiter la photorespiration, mais cela s'était toujours fait au détriment d'autres fonctions de la plante.

Reste qu'on est encore loin d'une exploitation à échelle industrielle. Les mêmes chercheurs vont tenter de reproduire leurs résultats avec du soja, des pois et la pomme de terre. Il faut aussi que la technique fonctionne dans divers climats, notamment en Afrique et en Asie du Sud-Est.

Cette technique ne fait pas consensus parmi la communauté scientifique, certains affichent clairement leur scepticisme. Le professeur Arnold Bloom, de l'Université de Californie Davis, rappelle que des quantités d'essais similaires ont été réalisées depuis cinq ou six ans, sans jamais aboutir. Il a lui-même publié dans Nature une étude montrant que la photorespiration n'était pas une fonction inutile des plantes. "Pouvons-nous réinventer la photosynthèse ? Je n'y crois pas", dit-il à l'AFP.

La rédaction avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Huile de coco

[La mondialisation dans l'assiette] L'huile de coco, parfois plus impactant sur la biodiversité que l'huile de palme

L'huile de coco, très tendance depuis quelques années dans les pays occidentaux, est perçue comme bonne pour la planète et la santé. Or, une nouvelle étude révèle qu'elle a un impact très néfaste sur la biodiversité, parfois pire que l'huile de palme. Cette dernière est pourtant de plus en plus...

Lait d amande biodiversite impact

[La mondialisation dans l’assiette] Le succès du lait d’amande, un massacre pour les abeilles

C'est un véritable plébiscite. Entre les laits de soja, de noisette, de riz, les laits végétaux rencontrent un succès fulgurant. Le lait d'amande est particulièrement apprécié, mais son impact sur la biodiversité est lourd. Alors que plus des trois quarts des amandes sont produites en Californie,...

Mondialisation dans l assiette tomates

[La mondialisation dans l’assiette] La tomate industrielle, un concentré de dérives

La tomate industrielle, qui représente un quart du marché mondial de ce fruit rouge, est devenue le symbole des dérives de la mondialisation. Entre des concentrés de tomates frelatés, des sauces "Made in Italy" envoyées depuis la Chine, des migrants sous-payés et des systèmes mafieux intenses,...

Champs de betterave Tereos

Le gouvernement veut sauver la filière betterave mais doit autoriser un insecticide dangereux pour les abeilles

Le ministère de l'Agriculture veut autoriser de nouveau l'utilisation de néonicotinoïdes dans la culture de la betterave pour sauver la filière. Cette filière est la première en Europe net emploi 46 000 personnes en France. Mais plusieurs ONG alertent sur un risque pour les abeilles.