Publié le 16 avril 2018

ENVIRONNEMENT

Réchauffement climatique : un viticulteur teste le Bordeaux de 2050… et le résultat n’est pas terrible

À quoi ressemblera un vin de Bordeaux en 2050 si le sud-ouest de la France finit par connaître un climat espagnol ? Un viticulteur girondin s'est attelé à concocter une "cuvée du futur", "buvable" mais éloignée des crus bordelais d'aujourd'hui.

Le réchauffement climatique va considérablement altérer les cépages français.
@RyanGageler

"J'ai assemblé des vins rouges issus des deux cépages typiques" de la région, merlot et cabernet sauvignon, mais produits bien plus au sud, en Tunisie et dans le Minervois, en Languedoc-Roussillon, explique à l'AFP Pascal Chatonnet, oenologue et responsable du Château Haut-Chaigneau, à Néac (Gironde). Il dit avoir pris "la fourchette haute" des prévisions de réchauffement climatique, se basant sur l'hypothèse selon laquelle "il y aura le climat de Tolède à Bordeaux en 2050".

"Ces vins sont représentatifs de l'expression du cépage sous ce climat", ajoute cet oenologue mandaté par l'Association des journalistes de l'environnement (AJE) et par une entreprise mécène, pour cette expérience selon lui inédite. "C'est un point de vue, il n'y a rien de mathématique là-dedans", ajoute-t-il.

Son breuvage, présenté cette semaine à Paris, se limite à 13,5 % d'alcool. Plus, ce serait "caricatural", sachant qu'on n'ira guère au-delà "parce que le marché n'en veut pas". Verdict du palais de l'experte Monique Josse, du Musée du vin à Paris, et Bordelaise: "Ce n'est pas ce que je connais depuis ma tendre enfance !"

+3° en 30 ans

"À l'aveugle, j'aurais dit un Languedoc, mais basique (...) On n'a pas le terroir, le sol et le sous-sol, qui font une grosse partie du vin. C'est buvable, mais il y a un manque de finesse, d'authenticité", juge-t-elle.

Elle s'étonne tout de même que le degré d'alcool ne soit que de 13,5 %. "Sur ces 30 dernières années on a déjà gagné 3° ! En France, on ne trouve même plus de vins de soif, ce qui est dommage."

Alors quel sera plutôt, selon elle, le goût du Bordeaux millésime 2050 ? "Et bien... je ne sais pas. C'est trop difficile de se projeter", il y a trop d'inconnues. Une température mondiale accrue de 2°C et plus serait la promesse d'un goût trop mûr, appauvri; les sécheresses celle d'un goût plus sec et amer, analysent les experts.

Des changements rapides

Conclusion de Pascal Chatonnet : "Si on voulait maintenir des vins de bonne facture avec le climat de 2050, on ne pourrait plus cultiver les mêmes variétés" de vigne. Depuis plusieurs années déjà, à Bordeaux comme partout en France, la profession fourbit ses armes, avec l'aide de la science, pour que les jus puissent à l'avenir garder leur typicité.

Par exemple avec la "parcelle 52", où depuis 2009, au coeur de l'AOC Graves, les chercheurs testent 52 cépages du monde pour voir lesquels correspondraient le mieux au caractère des cépages bordelais. Au centre des préoccupations, la vulnérabilité du merlot, cépage le plus répandu dans le bordelais, à la maturation précoce, qui risque d'être abandonné.

En attendant, les initiateurs du cru 2050 veulent d'abord sensibiliser l'opinion. "Ce pari vise à faire comprendre que rien ne sera plus pareil, que tout va très vite", souligne Yves Leers, journaliste et auteur spécialiste de l'environnement.

La Rédaction avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Champs de colza abeille rentabilite

[Science] Dans les champs de colza, les abeilles sont plus rentables que les pesticides

Pour gagner plus, mieux vaut miser sur les abeilles. Des chercheurs de l'INRA et du CNRS viennent de publier une étude dans laquelle ils affirment que miser sur les pollinisateurs pour accroître les rendements dans les champs de colza est plus rentable économiquement que d'utiliser des pesticides...

Poussins broyes vivants interdiction

En 2021, les poussins mâles ne seront plus broyés vivants, promet le gouvernement

Ils sont plus de 50 millions à subir ce sort chaque année. Les poussins mâles, trop peu rentables, sont broyés, gazés et même jetés, agonisants, dans des sacs-poubelles. Le gouvernement entend mettre fin à cette pratique d'ici 2021, d'autant que des alternatives existent. Cette mesure est l'occasion...

L’agriculture française n’est pas prête à encaisser les coûts élevés liés à la suppression du glyphosate, alertent des parlementaires

Un rapport parlementaire, qui doit être rendu public cette semaine, tire le signal d’alarme sur l’interdiction du glyphosate. À un peu plus d’un an de son interdiction, le gouvernement doit clarifier qui sera concerné par cette disposition car la viabilité de plusieurs activités serait remise en...

Loi alimentation echec agriculteur

La loi alimentation, "un chèque en bois" pour les producteurs, un "chèque en blanc" pour les distributeurs

La loi alimentation cumule les échecs. Un an après sa publication, un rapport sénatorial liste les effets pervers de ses mesures phares, notamment sur les PME. Alors que l'objectif était de mieux rémunérer les agriculteurs, ce sont les distributeurs qui semblent en profiter. L'expérimentation doit...